Publié par Gaia - Dreuz le 10 juillet 2013

Un mois après le décès du militant anti-fasciste Clément Méric, le gouvernement a annoncé mercredi la dissolution des groupes d’extrême droite «Troisième voie» et «Jeunesses nationalistes révolutionnaires», et de l’association «Envie de rêver».

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Ces trois structures, dont des sympathisants ont été impliqués dans la mort du jeune militant, «présentaient les caractéristiques de milices privées» incitant à «la discrimination et à la haine», a fait valoir la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem.

Cette dissolution a été prononcée en Conseil des ministre sur proposition du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. Les procédures de dissolution avaient été lancées après la mort de l’étudiant de Sciences Po de 18 ans, dans une rixe avec des skinheads. Cinq personnes ont été mises en examen. Le principal mis en cause, Esteban Morillo, 20 ans, est un sympathisant de Troisième voie et des JNR, leur service d’ordre. L’association «Envie de rêver» gère elle «Le Local», un établissement privé du XVe arrondissement à Paris qui sert de lieu de ralliement à Troisième voie.

Troisième voie et Jeunesses nationalistes révolutionnaires avaient annoncé leur propre dissolution il y a quinze jours. «J’ai dissous pour l’honneur, pour ne pas être dissous par d’autres. Ces tartufferies, c’est fini», avait alors déclaré Serge Ayoub, alias «Batskin», leur fondateur et leader. Il avait précisé que la dissolution était enregistrée depuis «une semaine» à la préfecture.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-gouvernement-dissout-les-groupuscules-troisieme-voie-et-jeunesses-nationalistes-revolutionnaires-10-07-2013-2971325.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz