FLASH
[19/01/2019] Somalie : l’armée américaine indique avoir tué 52 islamistes d’al-Shabab lors d’un raid aérien, en réponse à une attaque contre les forces somaliennes  |  Laura Loomer, qui est juive, s’est précipitée sur la scène de la Marche des Femmes de NY et a pris le micro pour dénoncer l’antisémitisme des organisatrices : « La Marche des Femmes déteste les Juifs ! »  |  Saccage de l’Arc de Triomphe : le tagueur néo-nazi surnommé Sanglier, incarcéré  |  4 mois après les élections, le Parlement suédois réélit l’ancien Premier ministre – qui promet d’augmenter la migration  |  Les #Giletsjaunes « acte 10 » ce samedi 19 janvier – pour ou contre, on ne peut que saluer leur ténacité  |  [18/01/2019] Le président Trump et le dictateur communiste nord-coréen Kim tiendront un deuxième sommet fin février  |  Le soutien aux Gilets jaunes en net regain, selon un sondage BFM : +7points à 67% en 1 semaine  |  André Santini : « Emmanuel Macron est entouré de gens qui n’ont aucune expérience ». Parce que Macron il a de l’expérience lui ?  |  Tamika Mallory, cofondatrice de #WomensMarch et fan du nazi noir Farrakhan, refuse de reconnaître le droit d’israël à exister  |  Pendant le blocage du gouvernement sur le financement du mur avec le Mexique, la cote de popularité de Trump explose auprès des Latinos  |  [17/01/2019] Leçon n° 34 pour les #GiletsJaunes : la liberté ne nous est pas donnée par le gouvernement mais par le droit naturel. Le gouvernement n’est pas là pour nous offrir notre liberté mais pour la garantir  |  Le mois dernier, 934 personnes ont été tuées par des islamistes dans 29 pays, dont 15 par attentats suicides. Le nombre de morts par des extrémistes de droite le mois dernier s’élevait à 0  |  Bogota (Colombie) : 5 morts, 10 blessés par l’explosion d’une voiture piégée près de l’académie de la police  |  L’antisémite Alain Soral vient d’être condamné à 1 an de prison ferme pour injure raciale, provocation et incitation à la haine raciale après ses propos sur la communauté juive  |  Et encore, et encore et encore : San Remo (Italie): Une femme belge enlevée, séquestrée, violée, prostituée, pendant 2 mois par 6 Tunisiens  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 11 juillet 2013

Vatican-4

Nombreux sont les éclairages donnés sur les messages portés par l’Eglise

Michel Garroté, réd en chef  –-  L’analyste italien Riccardo Cascioli se livre à une intéressante lecture du message du pape François à Lampedusa (extraits adaptés ; voir source originale italienne en bas de page) : Espérons qu’ils comprennent ce geste, aurait confié le pape François à ses collaborateurs au début de sa visite à Lampedusa, selon ce que rapportent des vaticanistes. Phrase qui exprimerait la conscience du risque de malentendu que comporterait la présence du Pape sur l’île des naufragés. Risque qui s’est très vite transformé en réalité, vu que souvent les mots et les gestes du Pape – mais il serait préférable de dire de tous les Papes – sont réduits à l’usage et à la consommation de ceux qui les rapporte. Alors, imaginez sur un sujet comme l’immigration ! Nous avons donc assisté à un ballet inconvenant sur les paroles du Pape, qui selon certaines interprétations, aurait même eu l’intention de donner un coup d’épaule à la loi italienne dite loi Bossi-Fini qui encadre très strictement l’entrée des étrangers en Italie.

Riccardo Cascioli : En réalité, le Pape a placé la question sur un tout autre plan, ce qui fait apparaître plutôt pathétique la réaction de la présidente de la Chambre Laura Boldrini, bien contente de pouvoir affirmer que le pape serait en accord avec elle. Mais qui sait si Laura Boldrini a écouté ce passage de l’homélie où le Pape François dit que l’origine de la violence est dans le péché d’Adam, l’homme qui prétend être Dieu, l’homme qui efface Dieu de son horizon. Au lieu d’inscrire d’office le pape dans le parti de Nicky Vendola, président du parti d’extrême-gauche SEL dont la présidente de la Chambre est membre), Laura Boldrini ferait mieux de penser à sa propre responsabilité et à celle tous ceux qui comme elle, dans les tragédies de la mer dans ces dernières années, ont contribué par tous les moyens à l’arrivée d’immigrants illégaux.

Riccardo Cascioli : L’accueil humain, la participation à la douleur et à la souffrance de ceux qui vivent certaines expériences, est bien autre chose que de garantir l’impossible, à savoir une maison, un travail et la citoyenneté pour tous ceux qui décideraient éventuellement de débarquer à Lampedusa.

Riccardo Cascioli : Il faut redire avec clarté qu’une chose est l’attention à l’individu – et en cela, on ne remerciera jamais assez les militaires italiens qui ont toujours tout fait pour sauver et soigner les immigrants en danger de mort -; et une autre chose sont les politiques migratoires qui — en déterminant le nombre d’immigrants ayant la possibilité de résider dans un pays — doivent tenir compte de nombreux facteurs de toutes sortes qui permettent une réelle intégration, et, aussi, des règles du droit international. Quand le pape a fait référence à des choix socio-économiques qui favorisent la migration et les tragédies, il est absurde de le réduire à une critique de l’Occident ou de la mondialisation. Du point de vue économique, la mondialisation a apporté des avantages à tous.

Riccardo Cascioli : Prenons le cas de plus de 500 réfugiés arrivés à Lampedusa : ils viennent du Pakistan, du Nigéria, de l’Erythrée, de la Somalie. C’est-à-dire qu’ils fuient la pauvreté et la persécution provoquée par le fondamentalisme islamique ou les derniers vestiges du communisme en Afrique. Alors, la solution n’est pas de faire venir la moitié de l’Asie et de l’Afrique en Italie, mais de s’employer pour que dans ces pays, on crée les conditions politiques et économiques grâce auxquelles la fuite n’est plus nécessaire.

Riccardo Cascioli : Parce que — nous devons toujours garder cela à l’esprit — ceux qui meurent en mer en essayant d’atteindre les côtes italiennes ne meurent pas à cause du manque d’accueil de notre part, mais parce qu’il y en a qui ont facilité le départ des côtes tunisiennes et libyennes. Et s’il n’y avait pas eu nos patrouilles en mer, le bilan eut été beaucoup plus lourd, conclut Riccardo Cascioli (fin des extraits adaptés ; voir source originale italienne en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention :

© Michel Garroté www.dreuz.info

Source (s) :

http://www.lanuovabq.it/it/articoli-salvate-il-papadai-suoi-interpreti-6844.htm

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz