FLASH
[22/09/2018] Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  |  Joie chez les antisémites: Des centaines de terroristes musulmans se livrent ce soir à des émeutes à plusieurs endroits le long de la clôture de sécurité avec Gaza et tentent de la saboter pour s’infiltrer en Israël et assassiner des Juifs  |  3 feux de forêt dans le Negev israélien provoqués par des ballons incendiaires palestiniens – et toujours aucune condamnation des écologistes  |  2 Marocains se faisant passer pour réfugiés mineurs d’origine libyenne et arrêtés à Rotterdam planifiaient des attentats à Paris (source NLTimes.nl)  |  L’armée israélienne va démolir le bâtiment où le terroriste qui a assassiné le soldat Ronen Lubarsky a vécu. Le ministre de la Défense a déclaré : « Pas de compromis avec la terreur »  |  [19/09/2018] Un « mineur » étranger, logé en foyer, mis en examen & placé en détention à Marseille. Il est suspecté d’avoir violé 3 femmes depuis avril  |  Plusieurs personnes atteintes par balles y compris des policiers près d’un bâtiment du gouvernement de Pennsylvanie  |  Mauvaise nouvelle : un sondage montre que les électeurs Républicains sont certains de gagner les élections de mi-mandat  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 15 juillet 2013

Dix mineurs âgés de 14 à 16 ans sont convoqués devant le juge des enfants en vue d’une mise en examen pour l’agression d’une collégienne à Aytré (Charente-Maritime), le 7 juin 2013, diffusée sur le réseau social Facebook.Ces convocations visent sept filles et trois garçons et sont étalées sur plusieurs semaines.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Tyfaine, 15 ans, s’en était tirée avec une double entorse des cervicales et une côte fêlée et s’était vu prescrire une ITT de 15 jours après cette agression commise vers 17H45, à l’arrière du collège de l’Atlantique où elle est scolarisée.

Sur fond de rivalité amoureuse, la jeune fille avait été rouée de coups de poing et de pied. Après son agression, l’adolescente était rentrée seule chez elle, en sang. Sa mère la voyant ainsi l’avait conduite aux urgences.

Selon le parquet de La Rochelle, les adolescents, inconnus des services de police, tous scolarisés également dans cet établissement, doivent en principe être mis en examen pour «violences volontaires en réunion» ou «enregistrement ou diffusion d’images portant atteinte à l’intégrité de la personne», selon le rôle précis qu’a joué chacun. La victime avait de son côté évoqué la présence de personnes extérieures, mais aucune ne semble être visée par l’enquête à ce stade.

Ils avaient pris partie pour une collégienne contre un autre

«Pour la plupart, ils reconnaissent les faits mais pas dans leur totalité. Chacun reconnaît une action, une bagarre… une claque parce qu’elle m’a mal parlé, mais aucun ne s’approprie les faits en expliquant qu’il y a eu un guet-apens» tendu à la victime, explique t-on au parquet. «Les jeunes mis en cause savaient qu’il y avait un litige entre deux collégiennes et disent avoir pris parti pour l’une d’elle, pour la défendre».

Toujours selon cette même source, «pour l’instant, rien dans l’enquête ne montre une responsabilité du personnel du collège», contredisant les propos de la mère de la victime qui avait déclaré fin juin que des adultes de l’établissement avaient été mis au courant des intentions de certains des auteurs de l’agression à venir et n’avaient rien fait pour l’éviter.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/video-agression-d-une-collegienne-diffusee-sur-facebook-10-mineurs-chez-le-juge-15-07-2013-2984549.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz