FLASH
[17/01/2018] Des Israéliens se sont rendu dans la capitale juive pour prier au Mont du Temple. Sans la présence des forces de sécurité, ils auraient été décapités aux cris d’Allahou Akbar – et l’UE veut faire croire qu’il faut partager la ville !  |  3 pays dans le monde (à part les USA), ont une rue Martin Luther King: le Sénégal, le Brésil, et Israël (King était profondément pro-israélien) – ça ne rime pas bien avec Apartheid  |  Eric Trump, votre père est-il raciste ? Mon père n’est pas raciste du tout, en fait, il ne voit qu’une seule couleur : le vert, l’économie !  |  Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  |  Israël ferme ses missions diplomatiques de Biélorussie, République dominicaine, Érythrée, Irlande et Lettonie pour en ouvrir d’autres en Afrique  |  En Autriche, 20 000 manifestants qui rejettent le principe démocratique contre la coalition gouvernementale incluant l’extrême droite – mais l’extrême gauche criminelle, pas de problème  |  Laurent Wauquiez : « Avec Emmanuel Macron, les clandestins resteront sur notre sol »  |  Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-Ocha a installé un découpage en carton de sa photo pour que les journalistes posent leurs questions, puis il a quitté la conférence de presse  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 19 juillet 2013

Petit matin mouvementé, hier mercredi, dans le quartier du Blosne. Trente policiers ont investi les lieux, six jours après des incidents. Des menaces de mort avaient été proférées.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Il fait à peine jour. Une trentaine de policiers débarquent discrètement dans le quartier du Blosne, hier. Les enquêteurs de la Sûreté départementale et du GIPN (Groupement d’intervention de la police nationale), lourdement équipés, se dirigent vers des immeubles place Monténégro, place du Banat, square de Set•bal, square de Bosnie ou près de la place d’Italie.

C’est là que résident des jeunes, soupçonnés d’avoir menacé de mort des policiers, commis des outrages et des dégradations sur un véhicule de la Bac (Brigade anticriminalité), le mercredi 10 juillet (voir Ouest-France des 11 et 12 juillet).

À 6 h 15, un bruit sourd et des cris se font entendre. Les policiers défoncent une porte à l’aide d’une masse et entrent dans un appartement. Des locataires, sans doute réveillés par le bruit, ouvrent leurs fenêtres et s’interrogent. Dans la rue, c’est calme. Quasiment personne ne se promène à cette heure si matinale.

Climat tendu

Quelques minutes plus tard, sous haute protection, deux jeunes sortent d’une tour, menottes aux poignets. La scène se répète un peu plus loin dans une autre rue. Au total, sept hommes, âgés d’une vingtaine d’années, ont été interpellés puis placés en garde à vue au commissariat. Certains sont connus de la justice. Leurs auditions se poursuivaient, hier, en fin de journée. Ce jeudi, le procureur décidera des suites judiciaires qu’il compte engager.

Les incidents du 10 juillet se sont produits dans un contexte tendu. En 2012, les forces de l’ordre avaient mené des opérations antidrogue dans le quartier.

Un local associatif avait été fouillé en septembre. Les policiers avaient saisi du cannabis, des répliques d’armes de poing et interpellé plusieurs personnes. Depuis, ils occupent le terrain. « Les patrouilles sont régulières », comme le confirmait Patrick Chaudet, directeur départemental de la sécurité publique, en février dernier.

« Cela a dû agacer certaines personnes qui n’acceptent pas que la police surveille de trop près leur quartier », analyse une source proche du dossier. Le 10 juillet, tout a dérapé après un simple contrôle d’identité, comme il y en a souvent.

« À Rennes, les quartiers sont plutôt calmes. On n’est pas habitué à voir des policiers pris pour cible et insultés de la sorte. » Selon les syndicats de police qui avaient réagi après ces incidents, les menaces de mort visaient également les familles des fonctionnaires. « Cela n’est pas acceptable. »

http://www.rennes.maville.com/actu/actudet_-Rennes.-Insultes-degradations-sept-arrestations-au-Blosne_fil-2372002_actu.Htm?abo=605023&serv=36&utm_source=newsletter&utm_medium=email_interne&utm_campaign=lettre_information_maville&utm_content=actualite&xtor=EPR-300-[lettre_information_maville]-20130718-[actualite]-605023%402

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz