FLASH
[18/08/2017] Quand il y a 1 attentat en Israël, Barcelone dit « les islamistes résistent aux crimes d’Israël ». Barcelone a commis quels crimes?  |  On peut supposer que le général Kelly a exigé le départ de Steve Bannon, conseiller de Trump  |  Après les attentats, la Pologne appelle l’UE à «fermer la porte» à l’immigration  |  Steve Bannon évincé de la Maison-Blanche. Pourrait retourner à Breitbart News  |  Venezuela : l’assemblée pro-gouvernement confisque le pouvoir à l’opposition  |  Sur Facebook, la députée du Missouri dit espérer que « Trump sera assassiné ». Le gouverneur demande sa démission  |  #Finland #Turku – bien qu’il ait hurlé Allahu Akbar, la police ne dit pas (encore) « le motif est terroriste »  |  #Finlande #Turku : nouveau bilan 2 morts, 8 blessés  |  #Allemagne, #Wuppertal : selon des témoins, l’attaque au couteau (1 mort 1 blessé) est lié à une dispute, pas à un attentat  |  #Allemagne, #Wuppertal, la police ne sait pas encore s’il s’agit d’un attentat terroriste (1 mort 1 blessé grave)  |  USA : l’Ohio se propose de classer les néo-nazis comme groupes terroristes  |  #Allemagne #Elberfeld : le motif de l’attaque n’est pas connu mais ne semble pas être terroriste  |  #Allemagne #Elberfeld : attaque au couteau – 1 mort, 1 blessé  |  #Turku #Finlande : Sécurité renforcée dans les gares et aéroports, d’autres jihadistes recherchés  |  #Finlande : la police recherche d’autres suspects  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 20 juillet 2013

Depuis 15 jours des jeunes venus de Six-fours, Sanary et La Seyne importunent quotidiennement les commerçants et riverains de la place des Poilus. Excédés par les incivilités permanentes de ces gamins âgés de 12 à 15 ans à peine, ils restent aussi complètement démunis.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Vendredi après-midi une intervention conjointe de la police municipale, la police nationale et les CRS a fait cesser pour un temps l’attroupement récurent de jeunes qui, au su et au vu de tous, investissent les lieux : « ils circulent en cyclomoteur à toute vitesse sur les trottoirs, jettent tout par terre, se crachent dessus, s’insultent, s’alcoolisent et en viennent parfois aux mains ». Les commerçants et riverains sont excédés et désarmés face à ce phénomène qui fait fuir les clients outrés. « C’est le monde à l’envers, ils font la loi, nous raconte une commerçante, si nous allons leur parler pour leur dire d’arrêter ils nous insultent ou nous rient au nez ». Le soir ils s’installent dans les cages d’escalier et perturbent la tranquillité des habitants. Suite aux appels réguliers des commerçants et de riverains, les forces de l’ordre sont arrivées en nombre vendredi vers 16h pour faire cesser cet état de fait. Peu impressionnés par ce dispositif, les jeunes se sont lentement dispersés comme le leur demandaient les forces de l’ordre. Dix minutes plus tard, certains d’entre eux revenaient… Un adolescent revenu sur les lieux une fois la police partie n’a rien trouvé de mieux à faire que d’uriner sur un coin de trottoir, devant la porte d’un commerce et d’insulter le commerçant qui le lui reprochait.
Quelle solution?

Une situation bien embarrassante puisque ces jeunes sont mineurs et qu’ils savent qu’ils n’ont rien à craindre tant qu’ils ne sont pas pris en flagrant délit, confie un agent de la police municipale. Tout ce que nous pouvons faire c’est les verbaliser si leurs cyclomoteurs ne sont pas aux normes de sécurité. La police nationale prend l’identité des meneurs, souvent plus âgés, et oblige les bandes à se disperser. Ecœurés par cette situation d’impunité totale, les commerçants ont signé une pétition à laquelle se sont joints les habitants du quartier. Mais ils se doutent bien que demain le problème se reposera. Interrogé sur la question, l’élu adjoint à la sécurité, Thierry Mas Saint Guiral, est bien conscient du problème, il rappelle que la police municipale est présente 24h sur 24h et qu’en cas de besoin il ne faut pas hésiter à appeler à toute heure le 04 94 34 94 20.
De toute évidence, une question se pose : où sont les parents?

http://www.six-fours.net/actualite/six-fours-faits-divers-les-commercants-du-centre-ville-et-les-riverains-excedes-par-les-7324.html

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz