FLASH
[23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  |  Après avoir accusé les policiers de -chier dans leur froc- et de ne pas -avoir les couilles- d’aller dans les quartiers difficiles, #YannMoix est invité par un syndicat policier à un reportage en zone sensible. « On verra s’il a les couilles »  |  Affaire Kavanaugh : Un 3e témoin cité par Christine Ford comme ayant été présent rejette ses allégations  |  [22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 1 août 2013

Par sa décision du 26 juillet dernier, le juge des référés du TGI d’Aix a renvoyé le Conseil général dans ses cordes. Deux jours plus tôt, le Département introduisait une requête en référé afin que soit ordonnée l’expulsion de gens du voyage, installés « sans droit ni titre », sur un terrain lui appartenant, situé sur la commune de Marignane. Selon le conseil général, produisant un courrier du sous-préfet d’Istres, « cette occupation illicite par un camp composé de 60 adultes et 40 enfants, était génératrice de risques d’incendie ».

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

La collectivité propriétaire avait, alors, été fermement invitée à prendre « toutes dispositions pour mettre un terme à ce danger ». Les avocats du Département relevaient également qu’un constat d’huissier daté du 19 juillet notait que « les lieux étaient souillés par de nombreux déchets, ce qui constitue une gêne pour le voisinage et des risques environnementaux, et qu’enfin, les occupants eux-mêmes sont confrontés à des conditions de vie non décentes ». Forts de ces arguments, ils réclamaient l’expulsion sans délai du campement… « Ils ne contestent pas occuper les lieux sans droit ni titre, souligne en défense, Me Chantal Bourglan. Mais ils ont déjà fait l’objet d’expulsions et se sont retrouvés sans aucune solution d’hébergement. »

Si ces familles ont effectivement installé leurs véhicules sur un terrain appartenant au Département, ils ont mis en place un groupe électrogène et bénéficient d’un suivi médical par « Médecins du monde ». « Les enfants sont en rupture de scolarisation, et c’est dans cette situation de précarité qu’ils se sont trouvés assignés devant le juge des référés », martèle Me Bourglan en assurant qu’il n’y avait ni « urgence » ni « dommage imminent ».

Des arguments reçus par le juge qui note que « les éléments versés aux débats ne caractérisent par l’existence d’un danger imminent que seule l’évacuation forcée des occupants permettrait de prévenir ».

Le juge souligne en outre que « si l’occupation sans droit ni titre peut être de nature à caractériser l’existence d’un trouble illicite, ce terrain avait été acquis par le Département dans le cadre d’un projet de rocade aujourd’hui abandonné. La préoccupation concernant ce terrain inoccupé était surtout liée aux risques d’incendie et au fait qu’il avait été préconisé un débroussaillage et non l’évacuation des occupants. »

Et le juge de conclure qu’il « n’est pas établi que l’occupation actuelle du terrain soit génératrice d’un trouble dans la jouissance par le Département de son droit de propriété » et que « le trouble et les dangers susceptibles de résulter d’une évacuation en urgence et sans solution de relogement d’une centaine de personnes seraient également très élevés, tant pour les personnes déplacées que pour l’environnement dans lequel elles seraient contraintes de se réfugier. »

http://www.laprovence.com/article/actualites/2469855/le-departement-perd-une-bataille-contre-les-roms.html

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz