FLASH
[13/12/2017] Alabama : Après la victoire de Doug Jones, aucune émeute à droite : c’est là qu’on voit qui sont les vrais fascistes  |  Tirs de missiles terroristes sur le sud d’Israël. Les habitants ont été alerté de se réfugier dans les abris  |  Pédophilie, la France a des leçons à recevoir de l’Amérique : dans l’Aude, un homme se prend seulement 5 ans de prison avec sursis pour le viol d’une fillette de 4 ans  |  La mère de l’ancien chef de l’Etat, Andrée Sarkozy, est décédée  |  Deux frères d’Adama Traoré en garde à vue dans le cadre d’une affaire de stupéfiants  |  Avec 5000 euros par mois, la députée LREM se plaint de devoir « manger pas mal de pâtes »  |  Edouard Philippe nomme un rappeur qui traite les Français de porcs, au Conseil national du numérique  |  Médiapart demande que l’académicien Alain Finkielkraut soit exclu de l’Académie Française. Sans surprise, les lecteurs de Mediapart se déchaînent dans leurs commentaires antisémites  |  Religion d’amour et de tolérance : En Egypte à l’islam très modéré, Sheema, une chanteuse pop, a été condamnée à 2 mois de prison pour « incitation à la débauche »  |  Erdogan appelle tous les pays du monde Arabe à reconnaître Jérusalem comme capitale d’un pays inexistant, l’Etat de Palestine : tout repose sur du vent  |  USA Today donne un exemple de la noblesse et du respect de la neutralité du journalisme : « Trump n’est même pas digne de nettoyer les chiottes de la librairie Obama »  |  Des Parisiens excédés, des Parisiennes sexuellement harcelées, menacent de déclencher une grève de la faim en raison du danger et de l’insalubrité des camps de réfugiés  |  En panique, le roi de Jordanie affirme maintenant que Jérusalem n’est pas le 3e mais le 1er lieu saint de l’Islam ! Le mensonge arabe est sans limite !  |  Aux abois, Mahmoud Abbas demande à la communauté internationale de retirer à Israël le statut d’Etat  |  [12/12/2017] La Gambie, après avoir suivi les procédures demandées par l’administration américaine, a été retirée de la liste des pays visés par une interdiction d’entrée aux USA  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 3 août 2013

Secouée ces dernières semaines par des émeutes, la ville des Yvelines révèle autant les compromissions du gouvernement que l’impuissance de la police. Plongée dans une ville où l’État-PS a renoncé à imposer la loi.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Gilet pare-balles recouvrant le teeshirt, Flash-Ball au poing, l’oeil rivé sur les barres HLM, une poignée de gros bras de la Bac (brigade anticriminalité) s’aventurent dans les allées de la cité des Merisiers, à Trappes (Yvelines). À leurs côtés, 400 CRS maintiennent un dispositif qui est allégé de jour en jour.

La cité retrouve son indépendance. Le calme revient après les émeutes qui ont embrasé cette commune où Benoît Hamon, député de la circonscription devenu ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire, estime qu’il fait « bon vivre ».

Pour mettre le feu aux poudres, il a pourtant suffi, le 18 juillet, du simple contrôle d’une femme intégralement voilée (lire page 10). Dès le lendemain, à la prière du vendredi, des prêcheurs salafistes dénoncent une « provocation de la police en plein ramadan ». Les réseaux sociaux aidant, des centaines de “jeunes” armés de pierres, boulons et engins incendiaires attaquent le commissariat aux cris de « Allahu akbar ». « C’était Fort Apache et nous étions les tuniques bleues ! », se souvient un policier. Durant trois jours, Trappes et les communes alentour virent à la zone de guerre : explosions, coups de feu, voitures en flammes…

Détail sur ce champ de bataille : un ordre « venu d’en haut » intime aux CRS de ne surtout pas blesser des assaillants qui recourent aux tirs de mortiers d’artifice et de chevrotine. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a fait de cette émeute une affaire personnelle. La place Beauvau dirige la communication en direct, via la parole calibrée de la préfecture des Yvelines. D’après une source policière, les journalistes ne doivent pas assister aux briefings de la police « où sont annoncées des consignes ministérielles incitant à un simple endiguement des violences ».

Valls rugit, mais ne mord pas. D’autant que la gauche prend garde à ménager son électorat : au second tour de la présidentielle, Hollande a recueilli 77 % des suffrages à Trappes. Ainsi, la sénatrice Esther Benbassa (EELV) dénonce-t-elle un « contrôle d’identité injuste » et une loi sur le voile intégral qui « stigmatise les musulmans ». Pour éviter « l’amalgame », Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, renvoie la parole des policiers et des voyous dos à dos : « Quelques individus se sont comportés ou pas, de telle façon ou pas, c’est à la justice de le dire. »

Valls lui-même minimise l’injure faite à ses hommes. Pour lui, 200 voyous « seulement »(sic) ont attaqué le commissariat — et non 400, comme annoncé par les médias. Et leur mauvaise humeur s’expliquerait en trois mots : « chômage », « discrimination », « exclusion ».

Dynamique cité ferroviaire bâtie par des générations d’ouvriers bretons, italiens et polonais, Trappes abrite aujourd’hui des zones de non-droit mises en coupe réglée par l’islam radical, sur fond de criminalité endémique. « Les délinquants sont pris en main par des fondamentalistes pour imposer une société alternative, en rupture avec la République », insiste Mohamed Douhane, commandant de police et membre du bureau national du syndicat Synergie officiers. Il est déconseillé de s’y rendre : « Vous serez repéré par les “chouffeurs” [guetteurs qui assurent la tranquillité des trafics, NDLR], dépouillé et fracassé », prévient un policier. Nous rencontrons toutefois un “fixeur” [Note de Gaïa : terme utilisé par les journalistes et les services secret pour parler d’un agent local dans un pays en guerre, indiquant à ses contacts où aller ou ne pas aller, qui rencontrer, quelles sont les milices locales, …]  congolais nommé Nsemi, garagiste de son état. Il circule dans la cité en coupé sport Mercedes : « Ça évite de passer pour un “keuf” [policier, NDLR], ils sont fauchés. Si ta caisse en jette, t’es un boss, t’as pas d’emmerdes. »

Le long de la route, entre les vieilles barres d’immeubles, les arrêts de bus et les toboggans brûlés, se dressent de nouvelles résidences à trois ou cinq étages, des centres sportifs, un hôpital privé. Le centre commercial a été agrandi, un bureau de poste réimplanté. Le maire (PS) de Trappes, Guy Malandain, vante ces rénovations urbaines destinées à améliorer le “vivre ensemble” et la “mixité sociale”. Un pari loin d’être gagné : les musulmans représentent le tiers des 30 000 habitants de Trappes (pour une centaine de nationalités), majoritairement concentrés dans des zones de non-droit. La plupart des passants y portent la tenue islamique : tunique salafiste pour les hommes, voiles en tout genre pour les femmes. La séparation des sexes est stricte : on ne voit aucun couple.

Quant à la rénovation urbaine, elle attise la méfiance de ces nouveaux Trappistes, persuadés que les pouvoirs publics complotent pour “blanchir la ville”. Olympe, mère de famille antillaise, estime que les loyers risquent d’augmenter et d’attirer des « bolos » (des Blancs) [Note de Gaïa : petit approximation mensongère du journaliste : un « boloss » est un « bourgeois looser », c’est un terme utilisé dans les cités pour effectivement parler du blanc, mais vu comme un gibier pour la racaille…]. Hakim, honnête commerçant, fulmine contre ces étrangers qui « voudront des restaurants ou des cafés ouverts pendant le ramadan » — une « provocation ». Même entre immigrés, la mixité sociale est rejetée. Hakim se plaint de voir les jeunes du quartier « obligés » de se battre avec des Congolais récemment arrivés. Leur tort ? « Ils ne sont pas croyants et vendent de l’alcool devant tout le monde ! »

Depuis les années 1980, l’arrivée d’une immigration de masse, combinée à l’abandon du modèle assimilationniste, a bouleversé les équilibres sociaux. Prenant la “diversité” en pleine face, certains habitants s’enfuient : « J’ai failli me faire violer parce que je suis blanche », témoigne Ludivine, qui a déménagé. « Au marché, on a refusé de me servir parce que j’avais les bras nus ! Certains commerçants traitent les Blancs en citoyens de seconde zone. Sauf à être musulmans, ils sont servis après les “croyants”. »

http://www.valeursactuelles.com/trappes-cit%C3%A9-perdue-r%C3%A9publique20130731.html

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz