FLASH
[19/01/2018] Agression motivée par l’islam- 2 surveillants de la prison de Borgo (Corse) ont été agressés à l’arme blanche ce matin par un détenu. Ils sont blessés, l’un gravement. Selon un délégué syndical, le détenu a hurlé : « Allah Akbar » (Corse-Matin)  |  L’incident de la Yeshiva de Bonneuil-Sur-Marne (94), où deux juifs ont été heurtés par une voiture ne semble pas au premier abord être un acte terroriste. C’est un accident de la circulation. Le chauffeur est en garde à vue (source RSB News)  |  [18/01/2018] Communiqué ministère de la Santé iranien: 36 000 morts par la pollution de l’air en 2017. Téhéran : 4 810 morts par la pollution de mars 2016 à mars 2017  |  Alain Soral a été condamné aujourd’hui en appel à 10.000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour avoir publié sur son site un dessin négationniste  |  Mutinerie à la prison de Fleury-Mérogis : 123 détenus refusent de regagner leur cellule  |  Cette nuit, Tsahal et la police ont localisé les terroristes islamistes palestiniens qui ont assassiné le Rabbin Raziel Shevach le 9 janvier. Repérés, les colons arabes ont ouvert le feu. 1 a été tué et 2 autres ont été appréhendés. 2 policiers ont été blessés  |  [17/01/2018] Des Israéliens se sont rendu dans la capitale juive pour prier au Mont du Temple. Sans la présence des forces de sécurité, ils auraient été décapités aux cris d’Allahou Akbar – et l’UE veut faire croire qu’il faut partager la ville !  |  3 pays dans le monde (à part les USA), ont une rue Martin Luther King: le Sénégal, le Brésil, et Israël (King était profondément pro-israélien) – ça ne rime pas bien avec Apartheid  |  Eric Trump, votre père est-il raciste ? Mon père n’est pas raciste du tout, en fait, il ne voit qu’une seule couleur : le vert, l’économie !  |  Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 9 août 2013

Var-matin a recueilli le témoignage de Stéphane S., attaqué par un chien dangereux, samedi soir dans un train. De Marseille à Toulon, son trajet s’est transformé en un voyage infernal

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Il est debout. Sans regret. Mais profondément choqué par les violences qu’il a subies samedi soir, alors qu’il rentrait du travail par le train express régional de 20 h 35. Stéphane S., 34 ans, est agent de sécurité dans un supermarché à Marseille.

Pas le genre de garçon à chercher des embrouilles, ni à être effrayé par une discussion houleuse. Avec le recul, il sait que seuls ses bons réflexes l’ont sauvé de blessures graves. Pendant quelques minutes, il a affronté les crocs et les coups. Les assauts répétés d’un chien d’attaque, et de deux agresseurs.

Les plaies au bras et à l’arcade sourcilière sont presque cicatrisées. Bien plus vite que la blessure morale.

« T’es qui ? Le train n’est pas à toi »

Le train roule à hauteur de Bandol, samedi soir vers 21 h. Dans un wagon à l’avant du TER, deux voyageurs s’allument un joint. Ils ont avec eux un american stafford terrier, un chien possiblement dangereux. Stéphane raconte la suite.

« Ils ont allumé leur joint. Je leur ai dit qu’il fallait l’éteindre. Tout de suite ils m’ont répondu : « Qui tu es, toi pour dire ça, le train n’est pas à toi… ». Ils ont détaché le chien et l’ont lancé sur moi. »

« Le chien, il décollait du sol »

« Physiquement, je connais les techniques. Je me suis mis en position de défense. » Il mime le geste, rassemble ses deux avant-bras devant le visage et remonte un genou contre son corps.

Il était debout, appuyé au wagon. « Heureusement, si j’avais été assis, le chien m’attrapait à la tête, j’étais foutu. »

L’attaque a duré de longues minutes.

« Le chien, il décollait du sol sans arrêt, il était tout le temps sur moi. Mais il ne m’a pas attrapé, alors ça a énervé l’un des deux, qui est passé par-derrière, pour me mettre des coups de poings pour m’affaiblir. »

Sa chemise blanche est couverte de sang.

« Celui qui bouge a son compte »

Dans le wagon, les passagers sont tétanisés. « Tout le monde criait, c’était la panique totale dans le train. Ils ont dit : « Celui qui bouge, il a son compte ». Un seul en a eu le courage, c’est celui qui a été mordu au ventre. Je crois qu’il est sans papiers. Au commissariat, il a dit qu’il n’avait pas sa carte d’identité sur lui. Après, il a disparu. »

Quand le chien fond sur le second voyageur, « tout le monde grimpait sur les fauteuils ». Stéphane n’hésite plus, il bat provisoirement en retraite.

« Ma chance, c’est que la porte de la cabine du conducteur était ouverte. » Mais encore le chien et les frères sont à ses trousses. « Je revois la mâchoire du chien, ses muscles. Il y a plein de choses qui me reviennent dans la tête. » Son regard se perd, absent. Lourd.

La fuite et le pardon

Finalement, le conducteur stoppe le train. Les deux voyous s’échappent. Stéphane est consterné. « Si je les laisse partir, ils vont recommencer sur quelqu’un d’autre », s’exclame-t-il. Il part derrière le frère qui n’a pas le chien avec lui. Ce sera le premier interpellé par la police. Le second le sera environ une demi-heure plus tard.

Stéphane était présent à l’audience, la justice lui a demandé d’être là pour témoigner. Son récit était primordial. « En entrant dans la salle, ils m’ont demandé pardon. J’ai accepté leurs excuses. » Le tribunal non. La dette vis-à-vis de la société ne sera payée qu’à la sortie de prison.

http://www.nicematin.com/toulon/agresse-dans-un-ter-entre-marseille-et-toulon-ils-ont-lache-le-chien-c%E2%80%99etait-la-panique-total.1386849.html#sthash.GAvm8pLS.dpuf

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz