FLASH
[11/12/2017] New York : le terroriste qui a fait exploser une bombe (4blessés légers) s’appelle Afrad Zakhmi, 22 ans du Blangadesh. Et oui encore et toujours ce sont les musulmans qui commettent le plus d’attentats  |  Un migrant musulman du Bangladesh a tenté de faire exploser une bombe a New York  |  Imam Tawhidi: « ouvrez les yeux, nos leaders ont volé nos nations et ils ont accusé Israël et les USA. Puis ils nous ont dit de chanter des slogans de mort à l’occident »  |  [10/12/2017] Netanyahu donne une leçon d’histoire à Macron: « Jérusalem n’a jamais été la capitale d’un autre peuple. Plus vite les Palestiniens accepteront cette réalité, plus vite nous arriverons à la paix »  |  Netanyahu à Paris : « la stratégie d’Israël est de se servir de [ses nouveaux alliés] du monde Arabe pour forcer les Palestiniens à être réalistes sur le processus de paix »  |  Netanyahu à Macron : « Paris est la capitale de la France. Jérusalem est la capitale d’Israël. Nous respectons votre histoire et vos choix, et je sais qu’en tant qu’ami, vous respectez la nôtre »  |  Netanyahu à propos d’Erdogan: « quand on bombarde les villages kurdes, aide l’Iran et soutient le Hamas on ne peut pas donner des leçons de morale à Israël »  |  Vendée : la crèche de Noël définitivement autorisée à La Roche-sur-Yon  |  Paris : Manifestation antisémite contre Israël: une femme d’un certain âge, pro-israélienne, attaquée par des antisionistes  |  Jérusalem : attentat au couteau. Un jeune de 25 ans dans un état critique  |  Ce dimanche, Tsahal a découvert et détruit un autre tunnel terroriste du Hamas  |  59% des Français ont une vision négative de l’avenir de la France (Sondage JDD 9 décembre 2017)  |  Après la décision de Trump de reconnaître que Jérusalem est en effet la capitale israélienne, une centaine de personnes attaquent une synagogue de Suède. Et la gauche soutient que les antisionistes ne sont pas des antisémites !  |  [09/12/2017] Macron, le honteux héritier de l’idéologie pétainiste, s’allie à la Turquie pour réclamer l’annulation de Trump sur Jérusalem  |  La Cour suprême donne une 1ere victoire à Trump sur les « dreamers », illégaux arrivés mineurs aux USA  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 9 août 2013

Var-matin a recueilli le témoignage de Stéphane S., attaqué par un chien dangereux, samedi soir dans un train. De Marseille à Toulon, son trajet s’est transformé en un voyage infernal

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Il est debout. Sans regret. Mais profondément choqué par les violences qu’il a subies samedi soir, alors qu’il rentrait du travail par le train express régional de 20 h 35. Stéphane S., 34 ans, est agent de sécurité dans un supermarché à Marseille.

Pas le genre de garçon à chercher des embrouilles, ni à être effrayé par une discussion houleuse. Avec le recul, il sait que seuls ses bons réflexes l’ont sauvé de blessures graves. Pendant quelques minutes, il a affronté les crocs et les coups. Les assauts répétés d’un chien d’attaque, et de deux agresseurs.

Les plaies au bras et à l’arcade sourcilière sont presque cicatrisées. Bien plus vite que la blessure morale.

« T’es qui ? Le train n’est pas à toi »

Le train roule à hauteur de Bandol, samedi soir vers 21 h. Dans un wagon à l’avant du TER, deux voyageurs s’allument un joint. Ils ont avec eux un american stafford terrier, un chien possiblement dangereux. Stéphane raconte la suite.

« Ils ont allumé leur joint. Je leur ai dit qu’il fallait l’éteindre. Tout de suite ils m’ont répondu : « Qui tu es, toi pour dire ça, le train n’est pas à toi… ». Ils ont détaché le chien et l’ont lancé sur moi. »

« Le chien, il décollait du sol »

« Physiquement, je connais les techniques. Je me suis mis en position de défense. » Il mime le geste, rassemble ses deux avant-bras devant le visage et remonte un genou contre son corps.

Il était debout, appuyé au wagon. « Heureusement, si j’avais été assis, le chien m’attrapait à la tête, j’étais foutu. »

L’attaque a duré de longues minutes.

« Le chien, il décollait du sol sans arrêt, il était tout le temps sur moi. Mais il ne m’a pas attrapé, alors ça a énervé l’un des deux, qui est passé par-derrière, pour me mettre des coups de poings pour m’affaiblir. »

Sa chemise blanche est couverte de sang.

« Celui qui bouge a son compte »

Dans le wagon, les passagers sont tétanisés. « Tout le monde criait, c’était la panique totale dans le train. Ils ont dit : « Celui qui bouge, il a son compte ». Un seul en a eu le courage, c’est celui qui a été mordu au ventre. Je crois qu’il est sans papiers. Au commissariat, il a dit qu’il n’avait pas sa carte d’identité sur lui. Après, il a disparu. »

Quand le chien fond sur le second voyageur, « tout le monde grimpait sur les fauteuils ». Stéphane n’hésite plus, il bat provisoirement en retraite.

« Ma chance, c’est que la porte de la cabine du conducteur était ouverte. » Mais encore le chien et les frères sont à ses trousses. « Je revois la mâchoire du chien, ses muscles. Il y a plein de choses qui me reviennent dans la tête. » Son regard se perd, absent. Lourd.

La fuite et le pardon

Finalement, le conducteur stoppe le train. Les deux voyous s’échappent. Stéphane est consterné. « Si je les laisse partir, ils vont recommencer sur quelqu’un d’autre », s’exclame-t-il. Il part derrière le frère qui n’a pas le chien avec lui. Ce sera le premier interpellé par la police. Le second le sera environ une demi-heure plus tard.

Stéphane était présent à l’audience, la justice lui a demandé d’être là pour témoigner. Son récit était primordial. « En entrant dans la salle, ils m’ont demandé pardon. J’ai accepté leurs excuses. » Le tribunal non. La dette vis-à-vis de la société ne sera payée qu’à la sortie de prison.

http://www.nicematin.com/toulon/agresse-dans-un-ter-entre-marseille-et-toulon-ils-ont-lache-le-chien-c%E2%80%99etait-la-panique-total.1386849.html#sthash.GAvm8pLS.dpuf

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz