Publié par Gaia - Dreuz le 12 août 2013

La prison de Mons est confrontée depuis un mois à une situation qui risque de déborder à tout moment. Un détenu, cité comme le meneur, y organise des appels et prières collectives au sein du préau. Une situation pourtant interdite au sein de l’établissement pénitentiaire. Une vingtaine de détenus refuse ainsi d’obéir aux ordres donnés par les femmes. Selon nos infos, le personnel a reçu pour ordre de photographier et d’identifier toutes les personnes qui participent à ces pratiques…

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Un certain K., dont nous ne citerons volontairement pas le nom, tenterait d’imposer sa loi au sein de la prison de Mons où il est actuellement détenu. L’homme, « barbu comme Ben Laden » comme on nous le décrit, est parvenu en un mois, depuis le début du Ramadan précisément, à convaincre une vingtaine de détenus de lui obéir et de le suivre dans sa pratique d’un Islam radical. Il appelle même au boycott de l’imam dont le travail consiste à rendre visite aux prisonniers.

Et le « barbu », va plus loin : il considère que seuls ses appels à la prière sont à suivre. Des appels pourtant interdits au sein de l’établissement pénitentiaire. Mais K. n’en a que faire.

À la prison de Mons, où le climat est donc tendu entre des détenus qui imposent leurs pratiques au préau et des agents qui doivent avant tout veiller à la sécurité, on nous rapporte aussi que plusieurs détenus se seraient récemment convertis à l’Islam radical. Une situation qui n’arrange rien.

http://www.lacapitale.be/784306/article/regions/mons/actualite/2013-08-11/un-recruteur-sevit-dans-la-prison-de-mons-il-veut-que-les-detenus-le-suivent-da

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz