FLASH
[21/11/2017] « Si Fox News avait existé, les agressions sexuelles de Bill Clinton auraient été révélés, et il n’aurait jamais été élu président »  |  [20/11/2017] Les États-Unis réinscrivent la Corée du Nord sur la liste des États terroristes  |  Merkel dit à la presse que les négociations de coalition avec les Verts et les liberaux ont échoué et qu’il y aura de nouvelles élections  |  Religion de paix : une foule de 1000 personnes attaquent une église copte en Egypte. Les chrétiens se sont enfermés dedans pour se protéger  |  Victoire sur la pollution : le serial killer Charles Manson est mort  |  L’arrivée des livres dans la maison a bien plus bouleversé la vie de famille que les smartphones  |  Cocktails molotovs, tirs de mortier et voitures incendiées: nuit multiculturelle à Mantes-La-Jolie  |  Bruxelles : des migrants tentent de squatter un immeuble, 6 blessés lors d’affrontements avec la police  |  [18/11/2017] Espagne : la police espagnole a ouvert le feu sur un Français qui criait « Allahou Akhbar » à un péage près de la frontière française  |  Les tanks de l’armée israélienne ont procédé à des tirs de mise en garde sur les forces syriennes près de la frontière du Golan  |  [17/11/2017] L’explosion d’un pipeline au Bahreïn considérée comme une mise en garde de l’Iran  |  Retrait de sa nationalité à un « Danois de papier » parti combattre avec ISIS  |  La candidature de l’iran à la tête de l’UNESCO n’a pas été retenue  |  [16/11/2017] La deuxième vague de réfugiés balaiera l’Europe, se préoccupe l’ONU  |  Une Suédoise violée par des réfugiés se suicide après que le procureur ait conclu à un « manque de preuves »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 23 août 2013

Trafic de drogue, vente d’alcool, bars clandestins… La ville de Saint-Denis a pris un arrêté pour contraindre 70 commerces à fermer dès 20 heures.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Imposer un couvre-feu aux commerces d’un quartier pour combattre l’insécurité. La mesure, rarissime, vient d’être prise coup sur coup par deux villes de banlieue parisienne gangrenées par les violences sur fond de trafic de drogue : Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne). Les bars, épiceries et lieux de vente à emporter sont particulièrement ciblés.

« Ce sont des points de fixation importants de la délinquance, observe Bernard Pasqualini, ancien chef de la sûreté départementale de Seine-Saint-Denis. Chercher à fermer ces commerces est une bonne idée. Il serait temps d’être beaucoup plus intransigeant avec ces bars et établissements de restauration rapides qui sont très souvent en dehors des règles de la législation. »

L’initiative de Saint-Denis, ville communiste, marque un tournant dans le combat des communes face à la délinquance des quartiers. Plusieurs villes marquées à droite avaient tenté d’instaurer les premiers couvre-feux pour mineurs à la fin des années 1990. Mais leurs initiatives étaient quasi systématiquement annulées par les tribunaux administratifs.

Une mesure souvent polémique

En 2001, Orléans trouve la parade législative en ciblant précisément trois cités sensibles et les mineurs de moins de 13 ans non accompagnés. Lors des émeutes de 2005 en Seine-Saint-Denis, plusieurs villes voisines de Clichy-sous-Bois, comme Le Raincy, avaient fait de même.

Reste que les arrêtés de fermeture nocturne pour les commerces demeurent exceptionnels en France. En 2010, la ville de Béziers (Hérault) avait tenté l’expérience avant de restreindre son arrêté face à la polémique. A Villeneuve-Saint-Georges, la décision prise début juin a provoqué la fronde de commerçants qui déplorent une chute importante de leurs chiffres d’affaires. Mais leur recours devant le tribunal de commerce a été rejeté début août. L’expérience devrait donc se poursuivre.

A Saint-Denis, un bilan sera tiré mi-octobre. Certains se montrent d’ores et déjà sceptiques : « Les jeunes et les trafiquants trouvent toujours un nouveau point de chute », tranche une mère de famille. « Ils vont là où ils trouvent de la lumière, reconnaît Bernard Pasqualini. Alors, forcément, on ressent une forme d’impuissance car la délinquance ne disparaît pas. »

http://www.leparisien.fr/societe/video-saint-denis-l-arme-du-couvre-feu-pour-lutter-contre-l-insecurite-23-08-2013-3073967.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz