FLASH
[25/09/2018] La France refuse l’Aquarius bourré d’étrangers illégaux et suggère qu’il accoste à Malte  |  Comme l’a expliqué Trump, la Chine ne peut pas gagner son bras de fer tarifaire contre les Etats-Unis. La guerre commerciale de Trump prend une dimension militaire avec la vente d’armes de chasse à réaction à Taiwan  |  [24/09/2018] Allo tonton, pourquoi tu tousses ? A Grenoble un musulman fiché S a tenté de mettre le feu à une chapelle, car l’islam est une religion d’amour  |  Comme promis lors de l’élection, le gouvernement italien serre la vis sécuritaire et anti-étrangers illégaux  |  La Belgique est scandalisée par la libération de Noureddine C., condamné en 2007 à 30 ans de prison pour le meurtre d’une policière  |  Pendant la présidentielle, Benalla posait avec son arme pour un selfie… sans port d’armes, mais la justice n’est pas égale pour tous  |  L’Aquarius demande l’autorisation de débarquer 58 « migrants » (le vrai terme est étrangers illégaux) à Marseille  |  Sous les pressions de l’Italie, le Panama retire son pavillon à L’Aquarius  |  Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 23 août 2013

Trafic de drogue, vente d’alcool, bars clandestins… La ville de Saint-Denis a pris un arrêté pour contraindre 70 commerces à fermer dès 20 heures.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Imposer un couvre-feu aux commerces d’un quartier pour combattre l’insécurité. La mesure, rarissime, vient d’être prise coup sur coup par deux villes de banlieue parisienne gangrenées par les violences sur fond de trafic de drogue : Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne). Les bars, épiceries et lieux de vente à emporter sont particulièrement ciblés.

« Ce sont des points de fixation importants de la délinquance, observe Bernard Pasqualini, ancien chef de la sûreté départementale de Seine-Saint-Denis. Chercher à fermer ces commerces est une bonne idée. Il serait temps d’être beaucoup plus intransigeant avec ces bars et établissements de restauration rapides qui sont très souvent en dehors des règles de la législation. »

L’initiative de Saint-Denis, ville communiste, marque un tournant dans le combat des communes face à la délinquance des quartiers. Plusieurs villes marquées à droite avaient tenté d’instaurer les premiers couvre-feux pour mineurs à la fin des années 1990. Mais leurs initiatives étaient quasi systématiquement annulées par les tribunaux administratifs.

Une mesure souvent polémique

En 2001, Orléans trouve la parade législative en ciblant précisément trois cités sensibles et les mineurs de moins de 13 ans non accompagnés. Lors des émeutes de 2005 en Seine-Saint-Denis, plusieurs villes voisines de Clichy-sous-Bois, comme Le Raincy, avaient fait de même.

Reste que les arrêtés de fermeture nocturne pour les commerces demeurent exceptionnels en France. En 2010, la ville de Béziers (Hérault) avait tenté l’expérience avant de restreindre son arrêté face à la polémique. A Villeneuve-Saint-Georges, la décision prise début juin a provoqué la fronde de commerçants qui déplorent une chute importante de leurs chiffres d’affaires. Mais leur recours devant le tribunal de commerce a été rejeté début août. L’expérience devrait donc se poursuivre.

A Saint-Denis, un bilan sera tiré mi-octobre. Certains se montrent d’ores et déjà sceptiques : « Les jeunes et les trafiquants trouvent toujours un nouveau point de chute », tranche une mère de famille. « Ils vont là où ils trouvent de la lumière, reconnaît Bernard Pasqualini. Alors, forcément, on ressent une forme d’impuissance car la délinquance ne disparaît pas. »

http://www.leparisien.fr/societe/video-saint-denis-l-arme-du-couvre-feu-pour-lutter-contre-l-insecurite-23-08-2013-3073967.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz