FLASH
[23/02/2019] Effet Trump : la stratégie gagnante d’un grand président : Lors de la réunion dans le Bureau oval, les Chinois se sont engagés à acheter 10 millions de tonnes métriques supplémentaires de soja américain  |  L’envoyé du Canada Kelly Knight Craft est nommé ambassadeur des États-Unis à l’ONU par Trump  |  3e mois: Les #Giletsjaunes résistent à Paris, Bordeaux, Rennes, Toulouse, Clermont-Ferrand et ce sont les juifs qui prennent  |  [22/02/2019] Fusillade mortelle à Colomiers, dans la banlieue ouest de Toulouse : 1 mort  |  [21/02/2019] L’administration dépense trop ? Pas grave, qu’ils payent : Île-de-France, nouvelle taxe sur les parkings  |  Excellente nouvelle : le jihadiste français Fabien Clain a été tué mercredi en Syrie  |  Jussie Smollett, l’acteur de Empire et proche d’Obama qui a fabriqué son attaque raciste par des pro-Trump, dort ce soir au poste  |  [20/02/2019] L’aviation israélienne a bombardé une position terroriste de Gaza en riposte à l’attaque avec explosifs attachés à un ballon plus tôt aujourd’hui  |  L’ado catho de Covington accusé à tort de propos racistes contre un natif indien, poursuit le Washington Post pour 250 millions de dollars pour avoir menti sur l’incident viral  |  [19/02/2019] Seulement quelques heures après avoir annoncé sa candidature, le socialiste Démocrate Bernie Sanders récole 1 million $ de dons – le gros pognon, il est chez les socialos  |  Trump lance une campagne mondiale pour mettre fin à la criminalisation de l’homosexualité dans des dizaines de pays, dirigée par l’ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell (homosexuel)  |  #Marseille : l’homme a tiré sur la police qui a répliqué le blessant grièvement  |  #Marseille : un homme a attaqué au couteau 4 personnes  |  Val de Marne : des inscriptions « mort aux juifs » ont été retrouvées devant l’école juive et la synagogue de Bry-sur-Marne  |  [18/02/2019] @MikeGapes: « Quand j’ai rejoint le parti travailliste en 1968, j’ai rejoint un parti politique et non une secte stalinienne »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 1 septembre 2013

L’établissement qui abrite 600 détenus pour 385 places a dévoré presque l’intégralité de son budget annuel dès cet été, en partie à cause de la surpopulation carcérale.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Des caisses quasi vides. Aucune dépense autorisée sauf en cas d’impératif. La maison d’arrêt de Douai (Nord), l’une des plus importantes de France avec environ 600 détenus (pour 385 places), n’a plus assez d’argent pour assurer son fonctionnement jusqu’à la fin de l’année. C’est ce que révèle une note de service datée du 22 juillet que nous nous sommes procurée.

Dans ce document confidentiel, le directeur de l’établissement annonce la « mise sous tutelle budgétaire » de l’établissement. Une décision rare qui interdit toute nouvelle dépense sans l’aval de la Direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) du Nord, et entraîne une série de directives insolites à l’attention du personnel pour faire le maximum d’économies.

Le début de la note ne fait pas mystère de la disette qui s’annonce. « Nous ne pouvons plus engager de dépenses sans autorisation du BDF (bureau des finances) de la DISP […]. Toute demande d’achat devra être motivée auprès de l’économat », avertit le directeur de la maison d’arrêt. En clair, seules les « dépenses inéluctables au fonctionnement de l’établissement » seront autorisées, précise-t-il.

Mais cette discipline ne suffit pas. Le patron de l’établissement encourage aussi chaque membre du personnel pénitentiaire à faire la « chasse aux gaspillages ». « Lors de la sortie du détenu de sa cellule : veiller à ce que les lumières, les plaques chauffantes soient éteintes; vérifier que le robinet est bien fermé », souligne le directeur.

Une exigence qui vaut également pour les locaux professionnels. « Eteindre les lumières quand vous quittez un bureau. N’utiliser un chauffage électrique qu’en cas de nécessité. Régler [la climatisation] sous maximum 5 °C en dessous de la température extérieure », énumère le document.

Un surveillant : «On a englouti des millions, et on nous demande désormais d’éteindre les lumières en sortant»

Comment en est-on arrivé là? « En juillet, le budget annuel de la maison d’arrêt était déjà presque épuisé, ce qui a nécessité cette reprise en main », explique une source pénitentiaire. Un trou de caisse essentiellement dû à un contexte budgétaire tendu auquel s’ajoute la surpopulation carcérale.

« Les budgets restent stables, alors que le nombre de détenus augmente de façon continue », poursuit cette même source. « Nous sommes dans un contexte financier général très restreint, qui nécessite une maîtrise forte des dépenses et consommations, nuance-t-on à la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP). La direction interrégionale accompagne à cet effet l’établissement dans le pilotage de ses dépenses. »

Dans les coursives, ce régime sec laisse les personnels amers. « On a englouti des millions, et on nous demande désormais d’éteindre les lumières en sortant, c’est dérisoire et humiliant, persifle un surveilllant syndiqué. L’administration n’a pas pris la mesure de ce qu’il faut appeler une faillite. Il y a un problème général de gestion, mais aussi de budget alloué, très insuffisant, face à une population carcérale qui explose. Ces économies de bouts de chandelles n’y changeront rien. »

http://www.leparisien.fr/lille-59000/faillite-a-la-prison-de-douai-01-09-2013-3097945.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :