FLASH
[25/09/2018] La France refuse l’Aquarius bourré d’étrangers illégaux et suggère qu’il accoste à Malte  |  Comme l’a expliqué Trump, la Chine ne peut pas gagner son bras de fer tarifaire contre les Etats-Unis. La guerre commerciale de Trump prend une dimension militaire avec la vente d’armes de chasse à réaction à Taiwan  |  [24/09/2018] Allo tonton, pourquoi tu tousses ? A Grenoble un musulman fiché S a tenté de mettre le feu à une chapelle, car l’islam est une religion d’amour  |  Comme promis lors de l’élection, le gouvernement italien serre la vis sécuritaire et anti-étrangers illégaux  |  La Belgique est scandalisée par la libération de Noureddine C., condamné en 2007 à 30 ans de prison pour le meurtre d’une policière  |  Pendant la présidentielle, Benalla posait avec son arme pour un selfie… sans port d’armes, mais la justice n’est pas égale pour tous  |  L’Aquarius demande l’autorisation de débarquer 58 « migrants » (le vrai terme est étrangers illégaux) à Marseille  |  Sous les pressions de l’Italie, le Panama retire son pavillon à L’Aquarius  |  Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 septembre 2013

BTqKVfPCYAAUIhh.jpg-largeD

« Le Président François Hollande est à la traîne d’Obama, il lui porte son cartable et son manteau pendant que Poutine et Obama sont engagés dans des discussions privées », écrit le New York Times avec un mordant que d’autres laquais, que sur internet nous évoquons avec dérision comme les journalistes du pouvoir, n’ont pas la tremper d’afficher.

« Et pendant ce temps, Hollande s’imagine, naïf, qu’il joue un rôle clé dans les décisions sur la Syrie ! » se moque le quotidien new-yorkais.

Aux guignols de l’info, une exception dans le paysage médiatique consensuel, Hollande est montré visitant une école et demandant à Obama la permission d’aller faire pipi. Je ne suis même pas sûr que les élèves demandent encore la permission.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Si Hollande pensait que sa décision d’adopter une posture volontaire aux cotés des Etats Unis, pour lancer une frappe contre la Syrie, lui donnerait une stature internationale, et l’aiderait à regagner un peu d’autorité en France, les évènements de la semaine passée ont du lui faire l’effet d’une douche froide :

  • L’opinion publique s’est retournée : le sondage publié par le Figaro de ce week end indique que plus des 2/3 des Français sont hostiles à toute action contre la Syrie.
  • De plus en plus de voix, à gauche comme à droite, demandent un vote de l’Assemblée nationale, ce que la loi n’exige pas.
  • Les tentatives d’aide du secrétaire d’état John Kerry, qui a comparé le refus de la France aux accords de Munich de 1938, ont produit l’effet inverse, révélant que le président français avait besoin de la bouée de sauvetage de la Maison blanche pour ne pas se noyer, et ont souligné ses faiblesses au lieu de le grandir.
  • Alors que son intervention au Mali lui a valu un éphémère regain de popularité, sa décision d’intervenir en Syrie, si elle était motivée par l’attrait de remonter dans les sondages, a été un échec total – et l’opération n’a pas commencé.
  • Coincé entre le ridicule, lui qui annonçait fièrement, un lundi : « nous pourrions frapper la Syrie dès jeudi », et le risque de s’écrouler dans les sondages si – et c’est probable – les Français lui mettent sur le dos le drame humanitaire et l’embrasement de la région qui pourrait découler d’une intervention militaire, Hollande en est réduit à attendre, impuissant comme un anonyme citoyen, le vote du parlement américain qui décide pour la France. Et cela, personne n’a manqué de le remarquer.
  • Hollande est maintenant l’objet d’une avalanche de critiques – souvent contradictoires -tant de son camp politique que de la Droite. Qui de lui reprocher d’avoir parlé à la légère, qui d’avoir engagé trop vite la France dans un conflit où elle devra affronter la Russie, qui d’être trop timide d’attendre le bon vouloir des Etats Unis et des Nations unies, qui de lui reprocher de ne pas tenir compte de l’opinion majoritairement hostile des Français, et donc de ne plus les représenter, ou, à l’inverse, d’avoir porté préjudice à la fonction présidentielle qui lui confère le droit d’employer la force sans faire appel à l’Assemblée nationale.
  • Comme en Grande Bretagne, comme aux Etats Unis, la France pose maintenant les questions fondamentales auxquelles la diplomatie français peine à répondre : pouvons-nous agir ? Est-ce en conformité avec le droit international ? Est-ce que cela va servir à quelque chose ? Est-ce que le conflit ne va pas, avec ou sans frappes, s’éterniser ? Assad ne va-t-il pas devenir encore plus agressif après l’intervention occidentale ? Est-il vraiment l’auteur des attaques chimiques ?

Le pire de tout, ajoute le New York Times, est probablement que François Hollande, qui n’a aucune expérience en politique étrangère, a échoué dans une tâche essentielle : celle de protéger la fierté et l’image de la France, et d’avoir présenté au monde entier l’image d’un président impuissant, un laquais des Etats Unis.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.nytimes.com/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz