Quantcast
FLASH
[18/04/2019] #Sarthe : Prise d’otages au supermarché Super U de Bessé-sur-Braye, les gendarmes sur place  |  Effet Trump: Les demandes hebdomadaires de prestations d’assurance-chômage chutent pour la cinquième semaine consécutive, tombant au niveau le plus bas depuis septembre 1969  |  Effet Trump: Les ventes au détail aux États-Unis augmentent au rythme le plus rapide depuis septembre 2017  |  Le président israélien Rivlin vient de charger Netanyahou de former son 5e gouvernement  |  [16/04/2019] Omar Barghouti : « j’ai fondé BDS pour boycotter Israël, pourquoi suis-je boycotté et interdit d’aller aux Etats-Unis ? »  |  Elections israéliennes : après tous les recomptes, Naftali Bennet et Ayelet Shaked sont retoqués  |  Notre Dame : Si les entreprises de rénovation sont coupables alors leurs assurances payerons. Le fait qu on accepte les dons laisse craindre que c’est un attentat  |  Incendie de Notre-Dame : la mairie de Paris débloque 50 millions d’euros pour la reconstruction. N’est ce pas formidable que la mairie ait autant d’argent bloqué !  |  Ca a du bon d’avoir des riches. Un milliardaire français offre 100 millions pour réparer Notre Dame  |  [15/04/2019] L’antisémite Alain Soral condamné à 1 an de prison pour négationnisme – un peu dommage, les autres vont maintenant être plus discrets au lieu d’être repérés et rééduqués  |  [11/04/2019] Effet #Trump : 55% des Américains approuvent la politique de Trump. 58% approuvent l’économie sous Trump (sondage Georgetown)  |  Le président soudanais Ahmad Al Bashir, criminel de guerre du Jihad, évincé par un coup d’État  |  La Haute Cour israélienne approuve la démolition de la maison du tueur de l’adolescente juive israélienne Ori Ansbacher  |  Julian Assange (WikiLeaks) a été arrêté par la police britannique  |  [10/04/2019] Transparence : Les consultations entre le président Rivlin et les chefs des partis seront retransmises en direct pour la première fois dans l’histoire israélienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 septembre 2013

BTqKVfPCYAAUIhh.jpg-largeD

« Le Président François Hollande est à la traîne d’Obama, il lui porte son cartable et son manteau pendant que Poutine et Obama sont engagés dans des discussions privées », écrit le New York Times avec un mordant que d’autres laquais, que sur internet nous évoquons avec dérision comme les journalistes du pouvoir, n’ont pas la tremper d’afficher.

« Et pendant ce temps, Hollande s’imagine, naïf, qu’il joue un rôle clé dans les décisions sur la Syrie ! » se moque le quotidien new-yorkais.

Aux guignols de l’info, une exception dans le paysage médiatique consensuel, Hollande est montré visitant une école et demandant à Obama la permission d’aller faire pipi. Je ne suis même pas sûr que les élèves demandent encore la permission.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Si Hollande pensait que sa décision d’adopter une posture volontaire aux cotés des Etats Unis, pour lancer une frappe contre la Syrie, lui donnerait une stature internationale, et l’aiderait à regagner un peu d’autorité en France, les évènements de la semaine passée ont du lui faire l’effet d’une douche froide :

  • L’opinion publique s’est retournée : le sondage publié par le Figaro de ce week end indique que plus des 2/3 des Français sont hostiles à toute action contre la Syrie.
  • De plus en plus de voix, à gauche comme à droite, demandent un vote de l’Assemblée nationale, ce que la loi n’exige pas.
  • Les tentatives d’aide du secrétaire d’état John Kerry, qui a comparé le refus de la France aux accords de Munich de 1938, ont produit l’effet inverse, révélant que le président français avait besoin de la bouée de sauvetage de la Maison blanche pour ne pas se noyer, et ont souligné ses faiblesses au lieu de le grandir.
  • Alors que son intervention au Mali lui a valu un éphémère regain de popularité, sa décision d’intervenir en Syrie, si elle était motivée par l’attrait de remonter dans les sondages, a été un échec total – et l’opération n’a pas commencé.
  • Coincé entre le ridicule, lui qui annonçait fièrement, un lundi : « nous pourrions frapper la Syrie dès jeudi », et le risque de s’écrouler dans les sondages si – et c’est probable – les Français lui mettent sur le dos le drame humanitaire et l’embrasement de la région qui pourrait découler d’une intervention militaire, Hollande en est réduit à attendre, impuissant comme un anonyme citoyen, le vote du parlement américain qui décide pour la France. Et cela, personne n’a manqué de le remarquer.
  • Hollande est maintenant l’objet d’une avalanche de critiques – souvent contradictoires -tant de son camp politique que de la Droite. Qui de lui reprocher d’avoir parlé à la légère, qui d’avoir engagé trop vite la France dans un conflit où elle devra affronter la Russie, qui d’être trop timide d’attendre le bon vouloir des Etats Unis et des Nations unies, qui de lui reprocher de ne pas tenir compte de l’opinion majoritairement hostile des Français, et donc de ne plus les représenter, ou, à l’inverse, d’avoir porté préjudice à la fonction présidentielle qui lui confère le droit d’employer la force sans faire appel à l’Assemblée nationale.
  • Comme en Grande Bretagne, comme aux Etats Unis, la France pose maintenant les questions fondamentales auxquelles la diplomatie français peine à répondre : pouvons-nous agir ? Est-ce en conformité avec le droit international ? Est-ce que cela va servir à quelque chose ? Est-ce que le conflit ne va pas, avec ou sans frappes, s’éterniser ? Assad ne va-t-il pas devenir encore plus agressif après l’intervention occidentale ? Est-il vraiment l’auteur des attaques chimiques ?

Le pire de tout, ajoute le New York Times, est probablement que François Hollande, qui n’a aucune expérience en politique étrangère, a échoué dans une tâche essentielle : celle de protéger la fierté et l’image de la France, et d’avoir présenté au monde entier l’image d’un président impuissant, un laquais des Etats Unis.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.nytimes.com/

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :