FLASH
[25/09/2018] La France refuse l’Aquarius bourré d’étrangers illégaux et suggère qu’il accoste à Malte  |  Comme l’a expliqué Trump, la Chine ne peut pas gagner son bras de fer tarifaire contre les Etats-Unis. La guerre commerciale de Trump prend une dimension militaire avec la vente d’armes de chasse à réaction à Taiwan  |  [24/09/2018] Allo tonton, pourquoi tu tousses ? A Grenoble un musulman fiché S a tenté de mettre le feu à une chapelle, car l’islam est une religion d’amour  |  Comme promis lors de l’élection, le gouvernement italien serre la vis sécuritaire et anti-étrangers illégaux  |  La Belgique est scandalisée par la libération de Noureddine C., condamné en 2007 à 30 ans de prison pour le meurtre d’une policière  |  Pendant la présidentielle, Benalla posait avec son arme pour un selfie… sans port d’armes, mais la justice n’est pas égale pour tous  |  L’Aquarius demande l’autorisation de débarquer 58 « migrants » (le vrai terme est étrangers illégaux) à Marseille  |  Sous les pressions de l’Italie, le Panama retire son pavillon à L’Aquarius  |  Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 septembre 2013

images

« S’il y a un pou, un médiocre, un magasinier, un voleur, un bouffon, c’est toujours un islamiste», avait tweeté Fazil Say dans une Turquie de plus en plus islamiste.

Un tribunal stambouliote a confirmé vendredi la condamnation à dix mois de prison avec sursis prononcée en avril contre le célèbre pianiste turc Fazil Say, accusé d’insulte à l’islam. Le premier jugement avait été invalidé en appel.

La cour a condamné M. Say, qui n’était pas présent à l’audience, à dix mois d’emprisonnement, avec un sursis-mise à l’épreuve de deux ans, a affirmé l’avocate du pianiste, Meltem Akyol. La juriste a indiqué que cette décision ouvrait la voie à un appel devant la Cour de cassation.

M. Say avait publié des tirades provocatrices contre les islamistes sur Twitter.

Il avait été condamné en avril à dix mois de prison avec un sursis-mise à l’épreuve de cinq ans pour «insulte aux valeurs religieuses d’une partie de la population».

Un autre tribunal saisi en appel avait annulé le 26 avril ce premier jugement en raison d’un «vice de procédure» et renvoyé le dossier à une cour de première instance. Connu pour son athéisme militant, le pianiste virtuose a été poursuivi sur la plainte de trois particuliers qui s’estimaient insultés par ses propos.

Condamnation politique

Dans l’acte d’accusation dressé contre Fazil Say, 43 ans, sont recensés des tweets tels que «je ne sais pas si vous vous en êtes aperçus, mais s’il y a un pou, un médiocre, un magasinier, un voleur, un bouffon, c’est toujours un islamiste».

Il s’était aussi moqué de l’appel à la prière du muezzin, citant des vers du grand poète persan du XIe siècle, Omar Khayyam.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Présent à la seule première audience du procès en octobre 2012, Fazil Say avait clamé son innocence en assurant qu’aucun de ses messages «n’avait pour objectif d’insulter, d’humilier» l’islam et ses fidèles.

«ils veulent me faire croire en Dieu en me faisant passer un an et demi en prison»

Lors d’un entretien télévisé, il avait accusé quelques semaines plus tard le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir depuis 2002 d’être à l’origine des poursuites lancées contre lui. «C’est politique, tout ça», avait-il affirmé, «ils veulent me faire croire en Dieu en me faisant passer un an et demi en prison».

Sa condamnation en avril a suscité une volée de critiques contre la Turquie, régulièrement épinglée par les ONG de défense des droits de l’Homme pour ses atteintes à la liberté d’expression. La Commission européenne s’était déclarée «préoccupée» et avait appelé Ankara à respecter «pleinement» la liberté d’expression – ce qu’elle est s’empressée de ne pas faire.

Source : http://mobile.arcinfo.ch

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz