FLASH
[12:11] Explosion entendue partout en région parisienne : c’est un avion qui a passé le mur du son  |  Les sénateurs Républicains élaborent un projet de loi pour protéger les femmes, et empêcher les transsexuels de participer aux compétitions sportives féminines  |  Le directeur politique de Biden au Texas impliqué dans une escroquerie de collecte de bulletins de vote par correspondance  |  Le FBI déclassifie un document alléguant que l’affaire de la collusion russe était l’idée d’Hillary Clinton, Obama a été informé  |  Un trafiquant de drogue belge détourne un hélicoptère loué à son PROPRE NOM pour libérer sa femme prisonnière, découvre que la prison est trop petite pour y atterrir  |  Plus de 3 100 victimes de coups de feu dans le Chicago démocrate cette année  |  De Blasio dit qu’il infligera une amende à toute personne à New York qui ne porte pas de masque – le taux d’infection dépasse les 3 %  |  Le mouvement Amal condamne Macron pour avoir accusé les chiites d’avoir provoqué l’échec de formation du gouvernement libanais  |  Nasrallah : Les accusations de trahison de Macron sont inacceptables et condamnables  |  Les troupes indiennes ouvrent le feu à la frontière dans la région himalayenne contestée du Cachemire  |  Arménie vs Azerbaïdjan. 4ème journée : les combats continuent, des Kurdes et des Turcs syriens auraient été recrutés  |  Portland : Une émeutière menace de déféquer devant la porte d’un policier si sa voiture est rayée  |  L’agresseur de Charlie Hebdo accusé de tentative d’assassinat terroriste  |  Le débat présidentiel commence. Suivez nos commentaires sur le fil Twitter de Dreuz  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 septembre 2013

images

« S’il y a un pou, un médiocre, un magasinier, un voleur, un bouffon, c’est toujours un islamiste», avait tweeté Fazil Say dans une Turquie de plus en plus islamiste.

Un tribunal stambouliote a confirmé vendredi la condamnation à dix mois de prison avec sursis prononcée en avril contre le célèbre pianiste turc Fazil Say, accusé d’insulte à l’islam. Le premier jugement avait été invalidé en appel.

La cour a condamné M. Say, qui n’était pas présent à l’audience, à dix mois d’emprisonnement, avec un sursis-mise à l’épreuve de deux ans, a affirmé l’avocate du pianiste, Meltem Akyol. La juriste a indiqué que cette décision ouvrait la voie à un appel devant la Cour de cassation.

M. Say avait publié des tirades provocatrices contre les islamistes sur Twitter.

Il avait été condamné en avril à dix mois de prison avec un sursis-mise à l’épreuve de cinq ans pour «insulte aux valeurs religieuses d’une partie de la population».

Un autre tribunal saisi en appel avait annulé le 26 avril ce premier jugement en raison d’un «vice de procédure» et renvoyé le dossier à une cour de première instance. Connu pour son athéisme militant, le pianiste virtuose a été poursuivi sur la plainte de trois particuliers qui s’estimaient insultés par ses propos.

Condamnation politique

Dans l’acte d’accusation dressé contre Fazil Say, 43 ans, sont recensés des tweets tels que «je ne sais pas si vous vous en êtes aperçus, mais s’il y a un pou, un médiocre, un magasinier, un voleur, un bouffon, c’est toujours un islamiste».

Il s’était aussi moqué de l’appel à la prière du muezzin, citant des vers du grand poète persan du XIe siècle, Omar Khayyam.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Présent à la seule première audience du procès en octobre 2012, Fazil Say avait clamé son innocence en assurant qu’aucun de ses messages «n’avait pour objectif d’insulter, d’humilier» l’islam et ses fidèles.

«ils veulent me faire croire en Dieu en me faisant passer un an et demi en prison»

Lors d’un entretien télévisé, il avait accusé quelques semaines plus tard le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir depuis 2002 d’être à l’origine des poursuites lancées contre lui. «C’est politique, tout ça», avait-il affirmé, «ils veulent me faire croire en Dieu en me faisant passer un an et demi en prison».

Sa condamnation en avril a suscité une volée de critiques contre la Turquie, régulièrement épinglée par les ONG de défense des droits de l’Homme pour ses atteintes à la liberté d’expression. La Commission européenne s’était déclarée «préoccupée» et avait appelé Ankara à respecter «pleinement» la liberté d’expression – ce qu’elle est s’empressée de ne pas faire.

Source : http://mobile.arcinfo.ch

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz