FLASH
[21/11/2017] « Si Fox News avait existé, les agressions sexuelles de Bill Clinton auraient été révélés, et il n’aurait jamais été élu président »  |  [20/11/2017] Les États-Unis réinscrivent la Corée du Nord sur la liste des États terroristes  |  Merkel dit à la presse que les négociations de coalition avec les Verts et les liberaux ont échoué et qu’il y aura de nouvelles élections  |  Religion de paix : une foule de 1000 personnes attaquent une église copte en Egypte. Les chrétiens se sont enfermés dedans pour se protéger  |  Victoire sur la pollution : le serial killer Charles Manson est mort  |  L’arrivée des livres dans la maison a bien plus bouleversé la vie de famille que les smartphones  |  Cocktails molotovs, tirs de mortier et voitures incendiées: nuit multiculturelle à Mantes-La-Jolie  |  Bruxelles : des migrants tentent de squatter un immeuble, 6 blessés lors d’affrontements avec la police  |  [18/11/2017] Espagne : la police espagnole a ouvert le feu sur un Français qui criait « Allahou Akhbar » à un péage près de la frontière française  |  Les tanks de l’armée israélienne ont procédé à des tirs de mise en garde sur les forces syriennes près de la frontière du Golan  |  [17/11/2017] L’explosion d’un pipeline au Bahreïn considérée comme une mise en garde de l’Iran  |  Retrait de sa nationalité à un « Danois de papier » parti combattre avec ISIS  |  La candidature de l’iran à la tête de l’UNESCO n’a pas été retenue  |  [16/11/2017] La deuxième vague de réfugiés balaiera l’Europe, se préoccupe l’ONU  |  Une Suédoise violée par des réfugiés se suicide après que le procureur ait conclu à un « manque de preuves »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 septembre 2013

images

« S’il y a un pou, un médiocre, un magasinier, un voleur, un bouffon, c’est toujours un islamiste», avait tweeté Fazil Say dans une Turquie de plus en plus islamiste.

Un tribunal stambouliote a confirmé vendredi la condamnation à dix mois de prison avec sursis prononcée en avril contre le célèbre pianiste turc Fazil Say, accusé d’insulte à l’islam. Le premier jugement avait été invalidé en appel.

La cour a condamné M. Say, qui n’était pas présent à l’audience, à dix mois d’emprisonnement, avec un sursis-mise à l’épreuve de deux ans, a affirmé l’avocate du pianiste, Meltem Akyol. La juriste a indiqué que cette décision ouvrait la voie à un appel devant la Cour de cassation.

M. Say avait publié des tirades provocatrices contre les islamistes sur Twitter.

Il avait été condamné en avril à dix mois de prison avec un sursis-mise à l’épreuve de cinq ans pour «insulte aux valeurs religieuses d’une partie de la population».

Un autre tribunal saisi en appel avait annulé le 26 avril ce premier jugement en raison d’un «vice de procédure» et renvoyé le dossier à une cour de première instance. Connu pour son athéisme militant, le pianiste virtuose a été poursuivi sur la plainte de trois particuliers qui s’estimaient insultés par ses propos.

Condamnation politique

Dans l’acte d’accusation dressé contre Fazil Say, 43 ans, sont recensés des tweets tels que «je ne sais pas si vous vous en êtes aperçus, mais s’il y a un pou, un médiocre, un magasinier, un voleur, un bouffon, c’est toujours un islamiste».

Il s’était aussi moqué de l’appel à la prière du muezzin, citant des vers du grand poète persan du XIe siècle, Omar Khayyam.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Présent à la seule première audience du procès en octobre 2012, Fazil Say avait clamé son innocence en assurant qu’aucun de ses messages «n’avait pour objectif d’insulter, d’humilier» l’islam et ses fidèles.

«ils veulent me faire croire en Dieu en me faisant passer un an et demi en prison»

Lors d’un entretien télévisé, il avait accusé quelques semaines plus tard le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir depuis 2002 d’être à l’origine des poursuites lancées contre lui. «C’est politique, tout ça», avait-il affirmé, «ils veulent me faire croire en Dieu en me faisant passer un an et demi en prison».

Sa condamnation en avril a suscité une volée de critiques contre la Turquie, régulièrement épinglée par les ONG de défense des droits de l’Homme pour ses atteintes à la liberté d’expression. La Commission européenne s’était déclarée «préoccupée» et avait appelé Ankara à respecter «pleinement» la liberté d’expression – ce qu’elle est s’empressée de ne pas faire.

Source : http://mobile.arcinfo.ch

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz