Publié par Gaia - Dreuz le 24 septembre 2013

Le champ magnétique imputé à l’ordinateur de son voisin l’insupportait : samedi soir, l’homme a tiré avec un fusil à billes. Il a été interné dans une unité psychiatrique.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

L’homme expliquera aux policiers venus l’interpeller que « les ondes » émises par l’ordinateur de son voisin l’indisposaient. Samedi soir, vers 20 h 30, il a donc sorti une arme et tiré sur la fenêtre de son voisin, chemin de l’Estanquet, à Bayonne

Ce dernier alerte la police. Il décrit une personne irascible, les tirs qu’il vient d’essuyer. Quand les policiers arrivent, ils trouvent porte close chez le tireur. Il ne consent qu’à entrouvrir la porte du bâillement permis par la chaînette du verrou intérieur. Les agents entrevoient l’arme. Elle a tout l’air d’être une kalachnikov. « Il s’est finalement enfermé chez lui », relate le procureur adjoint de Bayonne, Marc Mariée.

Les forces de l’ordre vont devoir le déloger. L’aspect de l’arme les contraint à des précautions importantes : « Ils ont pour information qu’il possède potentiellement une kalachnikov. Elle s’avérera factice, une imitation qui tire des billes. Mais avant de pouvoir le constater, la police a dû établir un périmètre de sécurité autour du domicile. Et y entrer. »

Quand les policiers pénètrent dans l’appartement, ils découvrent l’homme assis dans son canapé. Il est ivre. L’arme factice est là. Mais aussi une autre, à côté de lui : un fusil de chasse sous-marine. Marc Mariée : « Le fusil était armé de son harpon. Prêt à l’emploi. » L’interpellation a lieu sans heurt. L’homme, âgé de 48 ans, a récemment été interpellé pour des violences avec arme. Il est placé en garde à vue.

Le procureur adjoint demande qu’un psychiatre l’examine. Le spécialiste va conclure à un déséquilibre mental. Fort de ce diagnostic, le préfet des Pyrénées-Atlantiques donne suite à la demande du parquet d’interner dans une unité spécialisée le voisin qui ressentait des ondes. Hier soir, le gardé à vue a donc été transféré du commissariat de police de Bayonne vers l’unité psychiatrique du Centre hospitalier de Bayonne Côte basque (site de Cam de Prats). Une prochaine expertise devra évaluer son degré de discernement au moment des faits et ainsi orienter les suites pénales dans cette affaire.

http://www.sudouest.fr/2013/09/23/les-ondes-le-derangeaient-1176900-4018.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

5
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz