Publié par Jean-Patrick Grumberg le 24 septembre 2013
13ramadan_t607
Image d’archive

Un musulman a demandé qu’on le laisse décapiter une femme qui s’était rebiffée après qu’il lui ait mis la main aux fesses dans une boîte de nuit bruxelloise.

Vers 5 heures du matin, dans une boîte de nuit du boulevard d’Anvers, une chance pour la Belgique met la main aux fesses d’une femme.

La femme se retourne, et lui donne un coup de poing au visage.

L’agresseur sort furieux de l’établissement puis revient, armé d’une hache de boucher et d’un grand couteau à viande.

Il explique alors à la sécurité qu’il veut décapiter la femme qui l’a frappé, et demande qu’on le laisse entrer dans la boite de nuit. L’agent de sécurité refuse.

Etonné qu’on ne le laisse pas laver son honneur à l’intérieur de l’établissement, le musulman exige alors que l’on fasse sortir la jeune femme pour pouvoir la décapiter dans la rue. L’agent de sécurité, une fois de plus, refuse. Alors le « jeune » (comme on dit en langage journalistique codé), indique qu’il patientera jusqu’à l’aube s’il le faut.

L’agent de sécurité a finalement désarmé l’individu, qui a ensuite été interpellé par un policier.

Ne comprenant toujours pas pourquoi la loi de la Sharia ne s’appliquait pas encore en Belgique, et parce qu’il était toujours menaçant, le chien policier l’a mordu.

Un chien islamophobe que la LDJM (ligue de défense juridique des musulmans) devrait selon moi poursuivre en justice.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130924_00365227

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz