FLASH
[15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  |  Israël ferme ses missions diplomatiques de Biélorussie, République dominicaine, Érythrée, Irlande et Lettonie pour en ouvrir d’autres en Afrique  |  En Autriche, 20 000 manifestants qui rejettent le principe démocratique contre la coalition gouvernementale incluant l’extrême droite – mais l’extrême gauche criminelle, pas de problème  |  Laurent Wauquiez : « Avec Emmanuel Macron, les clandestins resteront sur notre sol »  |  Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-Ocha a installé un découpage en carton de sa photo pour que les journalistes posent leurs questions, puis il a quitté la conférence de presse  |  Durant la nuit, l’armée israélienne a détruit un tunnel terroriste du Hamas au sud de Gaza  |  [11/01/2018] Des imbéciles affirment que Trump n’a aucun succès économique. Et ça ?! Sondage Quinnipiac: 66% des Américains pensent que l’économie est “Excellente/ bonne” et c’est le meilleur score depuis que ce sondage existe  |  En caméra cachée, James O’Keefe a pris Twitter la main dans le sac avouant qu’ils suppriment des comptes d’opinions politiques qui leur déplaisent – et nous risquons d’être censuré par Twitter de l’écrire  |  Sujet tabou : le racisme anti-blanc des banlieues. 2280 pompiers ont été agressés en 2016 dans les banlieues  |  « Oprah battrait Trump avec un écart à deux chiffres » disent les instituts de sondage. Les médias oublient juste de dire que ces sondeurs affirmaient qu’Hillary battrait Trump dans un raz-de-marée !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 28 septembre 2013

Demonstrators hold Tunisian flags

Ennahda, le parti islamiste tunisien, a accepté que le gouvernement tunisien démissionne à l’issue de négociations qui débuteront la semaine prochaine entre les islamistes et l’opposition laïque pour former un cabinet intérimaire et organiser de nouvelles élections, a déclaré à l’instant un responsable du parti islamiste.

C’est la puissante centrale syndicale UGTT qui a mis la pression pour sortir la Tunisie de l’enfer islamiste dans laquelle elle sombrait tandis que les leaders européens font l’éloge des bienfaits de l’islam.

L’assassinat des opposants laïques Chokri Belaïd en février et Mohamed Brahmi fin juillet a été le point culminant de cette terreur hélas banale en terre d’islam.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

« Le dialogue s’ouvrira lundi ou mardi », a déclaré Lotfi Zitoun, un dirigeant du parti islamiste au pouvoir, ajoutant que « Ennahda a accepté le plan sans condition pour sortir le pays de la crise politique. » En fait, Ennahda est traumatisé à l’idée que le boomerang égyptien lui revienne, alors que la destitution de Ben Ali avait engaillardi le peuple égyptien en 2011.

L’UGTT a donné trois semaines à Ennahda et à l’opposition laïque pour s’entendre sur la date des nouvelles élections et la composition de l’administration intérimaire, période au terme de laquelle le gouvernement devra remettre sa démission.

Ennahda avait dans un premier temps rejeté la proposition de l’UGTT, en exigeant des garanties sur la fin de la rédaction de la Constitution et sur le calendrier électoral, ce qui avait incité des milliers de Tunisiens à manifester jeudi dans plusieurs villes du pays pour demander une démission immédiate du gouvernement.

Brandissant des drapeaux et scandant le slogan « Dégage » (les français ont vu ce slogan cet été sur les plages, concernant François Hollande), les manifestants voyaient que les islamistes modérés du parti Ennahda étaient en train d’inclure la sharia dans le droit civil.

Le revirement d’Ennahda a été confirmé il y a une heure par l’Union générale tunisienne du travail, qui a précisé que les négociations pourraient s’ouvrir la semaine prochaine.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz