FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 12 octobre 2013

p1030090

S’il fallait trouver un symbole de la transformation profonde que subit présentement la France, celui-ci pourrait être le recours massif au béton et à l’enlaidissement dont je traitais ici la semaine dernière.

Celui-ci pourrait être aussi (et l’un va de pair avec l’autre) le mouvement de démolition des églises de France qui s’est mis en marche et qui s’accentue. Un quartier ou un village qui perd son église est un quartier ou un village qui perd une part cruciale de son âme et de son ancrage dans ce qu’était la France jusqu’à une période récente : un pays de tradition et de valeurs chrétiennes.

On me dira, bien sûr, que les églises sont vides et qu’une déchristianisation est en marche, et je répondrai que c’est, hélas, exact.

Mais la disparition des églises ne peut qu’accentuer le mouvement et, en aucun cas, le freiner ou permettre de conserver quelque espoir qu’il puisse un jour s’inverser : c’est, au contraire, accélérer le mouvement.

On me dira aussi que l’entretien des églises coûte cher aux municipalités qui prennent ce type de décisions.

Je dirai là qu’il s’agit d’un argument abominablement hypocrite : au regard des gaspillages financiers immenses qui s’observent à tous les échelons de l’État et des municipalités elles-mêmes, au regard du coût de la tonne de béton, l’entretien des églises représente très peu. Et, derrière ce type d’argument, il y a autre chose, qui avance dissimulé : une volonté, précisément d’éradiquer la tradition et les valeurs que les églises incarnent.

La montée des idées et des dogmes de gauche en ce pays va de pair avec une volonté de faire table rase de cette tradition et de ces valeurs. Cela passe par la démolition des églises. Cela passe aussi par les attaques incessantes contre le christianisme. Cela ne peut être dissocié du fait que le christianisme peut sans cesse se trouver diffamé, attaqué, traîné dans la boue, quand ce n’est pas dans les excréments et dans l’urine.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Ceux que le grand penseur américain Russell Kirk appelait les « ennemis des choses permanentes » sont à l’œuvre : ils entendent broyer les repères éthiques qui, depuis des siècles, permettent de distinguer le bien du mal et permettre à l’être humain de se tenir debout face à la barbarie et les remplacer par un relativisme et une volonté de remodelage d’essence totalitaire hérité de ce que les Lumières en France ont eu de pire, et qui a conduit à 1793, à Robespierre et à la Terreur.

Ils sont à l’origine de la prolifération de l’obscénité et de la pornographie, de l’irrespect croissant pour la vie humaine, de la mansuétude envers le crime, de la destruction qui monte de la famille. Il n’y a, de fait, pas que les églises qu’ils démolissent.

Et, pendant qu’ils démolissent les églises, pendant qu’ils sèment le béton et l’enlaidissement, ils créent, en fait, une situation où tous les repères se désagrègent et s’abolissent, et que j’ai définie voici quelques mois en reprenant un mot à Émile Durkheim, l’anomie – qui est, précisément, la dissolution de tous les repères culturels et moraux permettant à une société de fonctionner.

Pendant qu’ils créent l’anomie en cédant à ce que Friedrich Hayek appelait la « présomption fatale », ils facilitent aussi, par ce qui semble être un mouvement de haine envers leur propre civilisation, la construction d’autres édifices qui, eux, sont aisément pleins : des mosquées.

Si les églises disparaissent, les mosquées, elles, se construisent. Elles correspondent à un changement de population. Elles correspondent aussi à une non-intégration des populations musulmanes qui, ne discernant plus à quoi s’intégrer et n’étant, de toute façon, pas du tout incitées à s’intégrer, se tournent vers leurs valeurs d’origine.

Le monde musulman étant secoué par l’islam radical, les mosquées se font ici ou là les vectrices de l’islam radical. L’anomie, dès lors, s’ourle d’un fanatisme délétère.

La France subit une transformation profonde, disais-je en commençant. Parler de transformation n’est peut-être pas pertinent : les pelleteuses qui démolissent les églises de France renvoient à une démolition beaucoup plus vaste, aux allures d’effroyable anéantissement.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière dans les 4 vérités

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz