FLASH
[23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  |  Après avoir accusé les policiers de -chier dans leur froc- et de ne pas -avoir les couilles- d’aller dans les quartiers difficiles, #YannMoix est invité par un syndicat policier à un reportage en zone sensible. « On verra s’il a les couilles »  |  Affaire Kavanaugh : Un 3e témoin cité par Christine Ford comme ayant été présent rejette ses allégations  |  [22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 19 octobre 2013

Gone-Chaaba-11

« Un noyau de jeunes, une demi-douzaine à une douzaine suivant les jours, a fait du centre social [de Kérourien] sa base arrière où se préparent leurs combats contre le quartier de Pontanézen. Ils occupent les lieux, se montrent violents vis-à-vis des animateurs et de la directrice »
– André Perros, directeur de la Caisse d’allocations familiales, dont dépend le centre social de Kérourien.

La Caisse d’allocations familiales a évacué et abandonné aux bandes le centre social de Kérourien et la halte-garderie, pour les trois semaines à venir. Le personnel, menacé par les bandes, n’y était plus en sécurité.

« C’est à contrecœur que nous avons pris cette décision exceptionnelle, mais ce n’est plus possible de continuer dans ces conditions », expliquait le directeur André Perros.

« La sécurité des salariés n’est plus assurée », dit Perros.

Tout peut arriver, à l’improviste. Une semaine, le climat peut être calme, l’autre, cela peut dégénérer

« Il y a un petit noyau dur, d’une dizaine de jeunes gens, qui sème la terreur dans le quartier. Ces jeunes ont confisqué le centre social aux habitants », ajoute Perros. Le personnel (dix salariés) vit en permanence dans la peur. Tout peut arriver, à l’improviste. Une semaine, le climat peut être calme, l’autre, cela peut dégénérer.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le 18 octobre, une altercation a éclaté entre un des membres du personnel et trois de ces futurs jihadistes, en raison d’intimidations faites sous la menace d’un couteau.

Puis ces jeunes ont pris possession du centre social et l’utilisent comme leur base arrière, d’où ils préparent des attaques sur Pontanézen.

« Nous ne sommes pas formés pour ça se plaint Perros. Je ne peux pas exposer indéfiniment les salariés. J’ai déjà perdu une équipe, usée par ce climat. » Et d’ajouter : «le premier [objectif de l’évacuation du centre] est de permettre aux salariés de souffler. Le second est de faire prendre conscience aux habitants de la gravité de la situation… ».

« On a l’impression que tout un quartier est pris en otage par quelques jeunes. Et la peur s’installe », conclut un riverain.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

ouest-france.fr

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz