Publié par Hervé Roubaix le 24 octobre 2013

 P1010007-650

Mort aux cons ! lance au PS le sénateur socialiste et maire de Conflans Philippe Esnol :

L’observateur est tenté d’ajouter : qui l’ignore encore ? – à part les intéressés évidement, puisqu’il est de notoriété que les cons et les morts ont ceci en commun qu’ils sont les seuls à ne pas le savoir…

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Esnol reproche à son camp politique de faire à peu près tout de travers :

• La direction du PS ? : je ne suis « plus en phase avec le PS et ceux qui le dirigent, en particulier Harlem Désir ».

• L’affaire Leonarda ? : « la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ».

• La réforme des rythmes scolaires ? « Plus de problèmes [que] de solutions. »

• La politique fiscale ? : un scandale, « l’imposition nouvelle d’un million de foyers modestes ! »

• Le PS ? : un « parti d’apparatchiks incapables de se faire élire localement et qui s’autorisent à donner à tout le monde des leçons de morale empreintes de pathos sentimental et victimaire pour mieux servir leurs intérêts personnels. »

Et Esnol a claqué la porte du groupe socialiste du Sénat et rejoint celui du Parti des radicaux de gauche (PRG)…

Chaque semaine, dans nos colonnes, Gilles William Goldnadel s’interroge : « Si je ne le dis pas, alors qui va le dire ? »

Goldnadel a sa réponse. Et elle vient du PS, ce qui est normal : aucun honnête homme ne peut croire que le socialisme puisse pervertir 100% de ses cerveaux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

francetvinfo.fr

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz