FLASH
[19:31] Louisville va exploser ce soir. Le Grand Jury a inculpé le policier de 3 chefs d’accusation mineur. Aucune autre inculpation dans la mort de Breonna Taylor  |  La sénatrice Murkowski fait marche arrière et votera pour le siège vacant à la Cour suprême, tuant les espoirs des Démocrates de bloquer le candidat de Trump  |  la ministre des Armées reconnait que les militaires de Creil qui avaient rapatrié les Français de Wuhan le 31 janvier n’ont jamais été testés à leur arrivée en France  |  La sénatrice Kelly Loeffler publie une publicité se qualifiant de « plus conservatrice qu’Attila le Hun ». Son adversaire souligne qu’Attila était polygame et a tué des milliers de chrétiens  |  Une femme poursuit Instagram (propriété de Facebook) pour avoir espionné des utilisateurs par le biais de la caméra iPhone  |  Gucci met en vente des salopettes en denim avec un effet « tache d’herbe » pour 1 400 dollars  |  Libéralisme: Bolsonaro poursuit sa campagne de privatisation au Brésil  |  Fâchée par les liens arabo-israéliens, les Paleostiniens quittent la présidence des sessions de la Ligue arabe  |  La crise en Méditerranée orientale et les liens avec la Turquie domineront les élections présidentielles du mois prochain en Chypre du Nord  |  Pourparlers de réconciliation inter-palestiniens entre le Hamas et le Fatah en Turquie (indice : c’est la 20e fois)  |  Assange pourrait faire une tentative de suicide dans une prison britannique s’il est extradé vers les États-Unis  |  Six blessés par armes à feu à New York malgré l’affirmation selon laquelle la violence armée est en baisse  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Hervé Roubaix le 26 novembre 2013

marine-le-pen_245043k

BusinessWeek analyse sans état d’âme le programme économique du FN :

Le Front national (FN) est devenu le parti politique le plus populaire de France. Ce qui est surprenant, c’est que le programme du FN pour redresser l’économie ressemble beaucoup à un “manifeste du prolétariat”.

Nationaliser les banques, créer des barrières commerciales protectionnistes, augmenter le salaire minimum, ce sont des propositions de l’extrême gauche – et elles se trouvent dans le programme de Marine Le Pen.

En ne parlant que d’immigration et de criminalité, qui étaient ses marques de fabrique, Marine Le Pen explique dans une interview que le FN avançait comme un boiteux. « Quand vous passez de 10 pour cent à 25 pour cent dans les sondages, vous devenez un véritable parti, et vous avez besoin de vous comporter de cette façon. Je me suis donc décidée à donner de la visibilité à notre programme économique et social, et à construire une véritable plate-forme sur ces questions ».

Le Pen déclare que la France a été « laissée nue à l’abandon” face à la mondialisation incontrôlée. Elle veut que la France quitte l’Union européenne et sorte de l’euro afin de garder un contrôle serré sur ses importations tout en dévaluant sa monnaie “pour relancer les exportations et l’emploi. »

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le FN appelle à une taxe de 3% sur toutes les importations, qui serait utilisée pour donner une prime mensuelle de 200€ aux travailleurs les moins bien payés du pays.

Elle souhaite également que le gouvernement joue un rôle plus important dans le contrôle de l’économie, par exemple en nationalisant temporairement les banques et les forçant à transformer leurs pratiques. « Nous croyons toujours dans le marché libre», dit-elle. « Le danger est l’ultra-libéralisme, où les marchés financiers imposent toutes les règles. »

Le Pen n’est pas le seul personnage politique français qui dénonce les financiers. Le Président socialiste François Hollande les a désignés comme son « ennemi » au cours de sa campagne de 2012. Mais lui n’est jamais allé aussi loin en proposant de nationaliser les banques.

Alors que François Hollande a augmenté les impôts dans un effort de réduction de son déficit budgétaire, le FN s’est embarqué dans une foule de promesses coûteuses, telle la réduction de 20% de la taxe sur le gaz et l’abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans (que Nicolas Sarkozy, de centre-droit, a relevé à 62 ans il y a seulement trois ans).

Le Pen affirme également que le gouvernement peut économiser de l’argent en réduisant les gaspillages, en mettant fin aux avantages sociaux offerts aux immigrants, et en arrêtant les paiements à l’UE.

Le Pen n’est pas non plus une militante anti-impôts. « Je suis pour un système de protection sociale à la française», dit-elle. « Dans ce pays, nous sommes prêts à payer un certain niveau de taxes afin d’assurer un certain niveau de vie. »

Jean Luc Melenchon pourrait endosser la totalité du programme économique du FN – d’ailleurs il ne s’en écarte guère.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

http://www.businessweek.com/articles/2013-11-20/the-far-left-economics-of-frances-far-right#r=nav-r-story

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz