FLASH
[25/09/2018] La France refuse l’Aquarius bourré d’étrangers illégaux et suggère qu’il accoste à Malte  |  Comme l’a expliqué Trump, la Chine ne peut pas gagner son bras de fer tarifaire contre les Etats-Unis. La guerre commerciale de Trump prend une dimension militaire avec la vente d’armes de chasse à réaction à Taiwan  |  [24/09/2018] Allo tonton, pourquoi tu tousses ? A Grenoble un musulman fiché S a tenté de mettre le feu à une chapelle, car l’islam est une religion d’amour  |  Comme promis lors de l’élection, le gouvernement italien serre la vis sécuritaire et anti-étrangers illégaux  |  La Belgique est scandalisée par la libération de Noureddine C., condamné en 2007 à 30 ans de prison pour le meurtre d’une policière  |  Pendant la présidentielle, Benalla posait avec son arme pour un selfie… sans port d’armes, mais la justice n’est pas égale pour tous  |  L’Aquarius demande l’autorisation de débarquer 58 « migrants » (le vrai terme est étrangers illégaux) à Marseille  |  Sous les pressions de l’Italie, le Panama retire son pavillon à L’Aquarius  |  Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Hervé Roubaix le 26 novembre 2013

marine-le-pen_245043k

BusinessWeek analyse sans état d’âme le programme économique du FN :

Le Front national (FN) est devenu le parti politique le plus populaire de France. Ce qui est surprenant, c’est que le programme du FN pour redresser l’économie ressemble beaucoup à un “manifeste du prolétariat”.

Nationaliser les banques, créer des barrières commerciales protectionnistes, augmenter le salaire minimum, ce sont des propositions de l’extrême gauche – et elles se trouvent dans le programme de Marine Le Pen.

En ne parlant que d’immigration et de criminalité, qui étaient ses marques de fabrique, Marine Le Pen explique dans une interview que le FN avançait comme un boiteux. « Quand vous passez de 10 pour cent à 25 pour cent dans les sondages, vous devenez un véritable parti, et vous avez besoin de vous comporter de cette façon. Je me suis donc décidée à donner de la visibilité à notre programme économique et social, et à construire une véritable plate-forme sur ces questions ».

Le Pen déclare que la France a été « laissée nue à l’abandon” face à la mondialisation incontrôlée. Elle veut que la France quitte l’Union européenne et sorte de l’euro afin de garder un contrôle serré sur ses importations tout en dévaluant sa monnaie “pour relancer les exportations et l’emploi. »

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le FN appelle à une taxe de 3% sur toutes les importations, qui serait utilisée pour donner une prime mensuelle de 200€ aux travailleurs les moins bien payés du pays.

Elle souhaite également que le gouvernement joue un rôle plus important dans le contrôle de l’économie, par exemple en nationalisant temporairement les banques et les forçant à transformer leurs pratiques. « Nous croyons toujours dans le marché libre», dit-elle. « Le danger est l’ultra-libéralisme, où les marchés financiers imposent toutes les règles. »

Le Pen n’est pas le seul personnage politique français qui dénonce les financiers. Le Président socialiste François Hollande les a désignés comme son « ennemi » au cours de sa campagne de 2012. Mais lui n’est jamais allé aussi loin en proposant de nationaliser les banques.

Alors que François Hollande a augmenté les impôts dans un effort de réduction de son déficit budgétaire, le FN s’est embarqué dans une foule de promesses coûteuses, telle la réduction de 20% de la taxe sur le gaz et l’abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans (que Nicolas Sarkozy, de centre-droit, a relevé à 62 ans il y a seulement trois ans).

Le Pen affirme également que le gouvernement peut économiser de l’argent en réduisant les gaspillages, en mettant fin aux avantages sociaux offerts aux immigrants, et en arrêtant les paiements à l’UE.

Le Pen n’est pas non plus une militante anti-impôts. « Je suis pour un système de protection sociale à la française», dit-elle. « Dans ce pays, nous sommes prêts à payer un certain niveau de taxes afin d’assurer un certain niveau de vie. »

Jean Luc Melenchon pourrait endosser la totalité du programme économique du FN – d’ailleurs il ne s’en écarte guère.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

http://www.businessweek.com/articles/2013-11-20/the-far-left-economics-of-frances-far-right#r=nav-r-story

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz