Publié par Michel Garroté le 5 décembre 2013

 

Human origins

hominidé du pléistocène

Michel Garroté, réd en chef  –-  Une équipe internationale a réussi à lire l’ADN d’un hominidé qui vivait au pléistocène moyen (voir source en bas de page). L’hominidé vivait à la préhistoire dans le nord de l’Espagne, plus précisément dans la Sierra de Atapuerca (en français, Atapuerca se traduit littéralement par « attache la truie »). Là se trouve un site archéologique exceptionnel, baptisé Sima de los Huesos (le gouffre des os) possédant des conditions de conservation exceptionnelles.

D’innombrables os, venant de 28 individus, certains presque complets, y ont été exhumés. Ils datent de plus de 300.000 ans. L’un des scénarios évolutionnistes classiques de l’histoire des hominidés est que, après leur sortie d’Afrique, ils ont progressivement colonisé (au sens préhistorique du terme) l’Europe et l’Eurasie, se scindant en deux groupes il y a 300.000 ans.

Si vraiment la personne humaine descend du singe, alors, il est normal que parfois elle y remonte. Du reste, sur ce point, le débat a récemment été très vif en France. On y allègue que les gaulois de souche descendent du bonobo albinos et qu’Henriette, connue sous le titre de Miss Guyane, n’a aucun lien de parenté avec l’hominidé d’Atapuerca. Selon la thèse évolutionniste hexagonale, les Français souchiens descendent du singe tandis qu’Henriette et le siens ont été créés par Dieu.

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

Source :

http://www.lefigaro.fr/sciences/2013/12/04/01008-20131204ARTFIG00465-le-plus-vieil-adn-humain-connu-livre-ses-secrets.php

Guyane-1

Henriette – Et Dieu créa la femme

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz