FLASH
[22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  |  Joie chez les antisémites: Des centaines de terroristes musulmans se livrent ce soir à des émeutes à plusieurs endroits le long de la clôture de sécurité avec Gaza et tentent de la saboter pour s’infiltrer en Israël et assassiner des Juifs  |  3 feux de forêt dans le Negev israélien provoqués par des ballons incendiaires palestiniens – et toujours aucune condamnation des écologistes  |  2 Marocains se faisant passer pour réfugiés mineurs d’origine libyenne et arrêtés à Rotterdam planifiaient des attentats à Paris (source NLTimes.nl)  |  L’armée israélienne va démolir le bâtiment où le terroriste qui a assassiné le soldat Ronen Lubarsky a vécu. Le ministre de la Défense a déclaré : « Pas de compromis avec la terreur »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 décembre 2013

NjYbISnOyyHVbTc-556x313-noPad

Il était une fois des femmes de banlieue qui en avaient marre de traverser le périphérique jusqu’à Paris pour boire un verre au café.

Elles occupent les cafés d’Aubervilliers

L’histoire a commencé en avril 2011, au Roi du café, à Aubervilliers, raconte Sylvia Zappi1 sur un blog du Monde.

Monique est enseignante à la retraite. Elle voulait simplement aller prendre un café. « Il n’y avait que des hommes qui me regardaient comme si je n’étais pas à ma place. J’ai trouvé ça insupportable. Sur le trajet du métro, je me suis aperçue que toutes les terrasses étaient masculines », dans cette banlieue dont les traditions françaises ont été remplacées par celles du Maghreb, où les femmes doivent rester à la maison.

Ni une ni deux, Monique a osé. Elle a contacté ses copines et leur a proposé de passer à l’action. Son email a fait boule de neige, la suite est délicieuse.

Le Pile ou face, un troquet d’Aubervilliers, deviendra le symbole de la reconquête. Un collectif, Place aux femmes, se crée.

Monique et ses copines occupent l’espace : « On est arrivée deux par deux, grignotant la terrasse chaise après chaise, jusqu’à former un groupe occupant une bonne moitié de l’espace », dit Monique. On était regardées de travers par les jeunes, les dealers qui se postaient contre le mur en faisant masse. Des voitures se sont garées juste devant, la radio à fond. Même la police est passée deux fois ! »

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

« Mais on n’avait pas peur et on est devenu l’événement du quartier », ajoute Maguy.

Et elle ont tapé l’incruste. Semaine après semaine. Puis elles sont passées à un autre café, et un autre, et encore un autre.

Elles ont reconquis une trentaine de bistrots

Dix huit mois plus tard, elles ont reconquis une trentaine de bistrots jadis mixtes, puis devenus lieux exclusifs des hommes musulmans.

« C’est parfois difficile d’oser entrer et s’asseoir, c’est un vrai engagement », dit Nadia, une prof. « Au fur et à mesure, on gagne en confiance : des habitudes se créent, les femmes s’arrêtent et entrent », ajoute une autre.

Au Roi du café, la partie a été gagnée : le lieu est redevenu mixte, les femmes entrent de nouveau. Le patron a même reçu un label, un autocollant : « ici, les femmes se sentent chez elles aussi ».

ici les femmes se sentent chez elles

Dans le même temps, ces courageuses femmes – elles sont maintenant une soixantaine – seront sans doute ravies de savoir qu’en Grande Bretagne, on s’organise aussi. Une pétition circule pour retrouver la mixité confisquée par l’islam. De l’autre coté du channel, ce n’est pas dans les cafés que le combat se porte, mais dans les universités – oui, dans les universités – car les universités ont publié un guide pour séparer les hommes des femmes dans un amphithéatre « lorsqu’un professeur exige que selon sa croyance, une ségrégation des étudiants soit effectuée selon leur sexe ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

banlieue.blog.lemonde.fr/femmes-de-banlieue-elles-occupent-les-cafes-daubervilliers

change.org/en-GB/petitions/david-cameron-ban-gender-segregation-in-british-universities

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz