FLASH
[23/10/2017] Sinaï : L’Etat islamique a capturé 3 membres du Hamas qui creusaient un tunnel terroriste  |  La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 9 décembre 2013

Screen Shot 2013-12-09 at 10.04.21 AM

La réussite de « l’accord du siècle » entre Obama, l’UE, les Nations Unies et l’Iran fait rêver les Arabes-palestiniens. Ils réclament « un accord de Genève » contre Israël.

L’accord de Genève entre l’Iran et les six grandes puissances semble avoir eu un impact négatif sur les pourparlers de paix israélo-palestiniens, actuellement en cours, et parrainés par les USA.

Les Arabes-palestiniens voient en cet accord une formidable opportunité d’arriver à leurs fins, grâce à la pression internationale, et non plus via des négociations directes avec Israël.

Ils assistent avec jubilation à l’accroissement des tensions entre l’administration américaine et le gouvernement israélien sur une série de questions, y compris l’accord de Genève.

La porte-parole palestinienne, Hanan Ashrawi a rapidement exigé que les États-Unis et le reste de la communauté internationale traitent Israël de la même manière qu’ils ont traité l’Iran. Elle a appelé la communauté internationale à « imposer » des sanctions à Israël et à lui demander de rendre des comptes avec la même fermeté dont elle a fait preuve pour mettre fin au programme nucléaire iranien. L’Autorité palestinienne, qui s’est réjouie de l’accord, espère maintenant que la communauté internationale oblige Israël à se conformer à toutes ses exigences, et notamment au retrait complet aux « frontières » d’avant 1967.

Comme Nabil Abou Rudaineh, porte-parole de Mahmoud Abbas, a expliqué :

«Le succès obtenu à Genève offre une excellente occasion de relancer le rôle du Quartet [Etats-Unis, Nations Unies, UE et Russie] pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.»

Abu Rudaineh et d’autres responsables de l’AP se disent encouragés par l’accord obtenu avec l’Iran, car il va isoler Israël sur la scène internationale et le forcer à faire des concessions aux Palestiniens.

Le négociateur en chef de l’OLP, Saeb Erekat, a déclaré :

« L’accord avec l’Iran devrait servir de modèle pour forcer Israël à accepter le droit international et les différentes résolutions. La première étape consisterait à ne plus traiter Israël comme un Etat au-dessus de la loi et de trouver des moyens pour le rendre responsable de ses actes.»

Ce que l’Autorité palestinienne est, en fait, en train d’expliquer, c’est qu’il n’est plus nécessaire de poursuivre ces futiles pourparlers de paix, alors que les États-Unis et les autres grandes puissances pourraient imposer une « solution » à Israël. En d’autres termes, l’AP suggère que si cela a fonctionné avec l’Iran, pourquoi pas avec Israël ?

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Cette « réflexion » fut publiée par le quotidien palestinien « Al Quds » :

« Le temps est venu pour les USA et la communauté internationale d’utiliser tous les moyens disponibles, afin d’imposer une solution équitable pour résoudre le conflit et mettre ainsi fin à un demi siècle de souffrances du peuple palestinien. »

Certains Palestiniens voient dans « l’accord historique » avec l’Iran un signe de la «régression» de l’influence de l’administration américaine au Moyen-Orient. Comme le rôle des USA dans la région a été affaibli, le temps est venu d’ouvrir la voie à d’autres puissances, afin qu’elles interviennent aussi dans ce conflit.

Le commentateur palestinien, Abdel Rahman, affilié à l’AP, a récemment écrit :

« Avec la régression du rôle américain au Moyen Orient, il est urgent que la Russie, la Chine et les membres permanents européens du Conseil de sécurité de l’ONU reprennent les rênes des mains des Américains, ces derniers ayant eu le monopole sur le processus de paix depuis deux décennies déjà. »

Abdel Rahman a exhorté la direction de l’AP de profiter de l’accord de Genève entre les six grandes puissances et l’Iran pour appeler à une conférence internationale, afin de discuter des moyens à utiliser pour imposer une « solution » à Israël.

Pour les Palestiniens, sous la présidence de Barack Obama, le rôle des États-Unis dans la région est en régression constante. Dès lors, ils ne croient plus en l’utilité de poursuivre les négociations de paix avec Israël sous le parrainage des USA, car elles n’aboutiront à aucun résultat.

« L’accord historique « de Genève et l’échec des politiques de Washington dans la région, à commencer par l’Egypte, ont appris aux Palestiniens qu’il serait préférable d’attendre que les États-Unis perdent complètement leur influence au Moyen Orient, pour permettre à d’autres acteurs, tels que la Russie, la Chine et l’UE, d’entrer dans le jeu et imposer une « solution » à Israël. »

Rosaly : Obama n’avait -t-il pas déclaré, lors de sa dernière visite printanière en Israël, que le leader de l’AP était un négociateur fiable pour la paix avec Israël ? Les dirigeants de l’AP ne semblent plus porter Obama dans leur cœur et se réjouissent de la perte d’influence des USA dans la région. Ils sont prêts à accorder leur confiance à d’autres parrains. Pendant ce temps à l’ONU, l’Iran refuse de reconnaître Israël. Pas étonnant que cet accord réjouisse autant les Arabo-palestiniens.

Israël doit être éradiqué de la surface de la terre.

Le nouvel allié «modéré» d’Obama, l’Iran, a publiquement refusé de reconnaître Israël jeudi dernier, lors de la 60e séance plénière de la 68e Assemblée Générale des Nations Unies.

Réaction, toute en couleurs, de l’Ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prosor :

« L’encre utilisée pour signer l’accord nucléaire intérimaire à Genève est à peine sèche, que l’Iran montre sa véritable nature. C’est un régime voyou qui franchit les «red lines», produit du «yellow cake » et bat ses citoyens en «black and blue »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source : Palestinians: We Want a Geneva Accord against Israel. (traduit et adapté par Rosaly)

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz