FLASH
[23/02/2019] Situation tendue à la frontière du Venezuela et de la Colombie. 3 gardes nationaux ont brisé le blocus avec leurs tanks et fait défection  |  #ActeXV des #giletsjaunes : deux figures iséroises du mouvement interpellées à l’aube – vive la liberté, l’égalité et la fraternité  |  Effet Trump : la stratégie gagnante d’un grand président : Lors de la réunion dans le Bureau oval, les Chinois se sont engagés à acheter 10 millions de tonnes métriques supplémentaires de soja américain  |  L’envoyé du Canada Kelly Knight Craft est nommé ambassadeur des États-Unis à l’ONU par Trump  |  3e mois: Les #Giletsjaunes résistent à Paris, Bordeaux, Rennes, Toulouse, Clermont-Ferrand et ce sont les juifs qui prennent  |  [22/02/2019] Fusillade mortelle à Colomiers, dans la banlieue ouest de Toulouse : 1 mort  |  [21/02/2019] L’administration dépense trop ? Pas grave, qu’ils payent : Île-de-France, nouvelle taxe sur les parkings  |  Excellente nouvelle : le jihadiste français Fabien Clain a été tué mercredi en Syrie  |  Jussie Smollett, l’acteur de Empire et proche d’Obama qui a fabriqué son attaque raciste par des pro-Trump, dort ce soir au poste  |  [20/02/2019] L’aviation israélienne a bombardé une position terroriste de Gaza en riposte à l’attaque avec explosifs attachés à un ballon plus tôt aujourd’hui  |  L’ado catho de Covington accusé à tort de propos racistes contre un natif indien, poursuit le Washington Post pour 250 millions de dollars pour avoir menti sur l’incident viral  |  [19/02/2019] Seulement quelques heures après avoir annoncé sa candidature, le socialiste Démocrate Bernie Sanders récole 1 million $ de dons – le gros pognon, il est chez les socialos  |  Trump lance une campagne mondiale pour mettre fin à la criminalisation de l’homosexualité dans des dizaines de pays, dirigée par l’ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell (homosexuel)  |  #Marseille : l’homme a tiré sur la police qui a répliqué le blessant grièvement  |  #Marseille : un homme a attaqué au couteau 4 personnes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 13 décembre 2013

 

Flanby-1

 

Michel Garroté, réd en chef  –-  Un grand scénario diplomatico-militaire avait été mis au point par les dirigeants français (extraits adaptés ; source en bas de page). Tout était écrit comme sur du papier à musique. Jeudi 5 décembre, vote d’une résolution par le Conseil de sécurité des Nations unies autorisant une opération franco-africaine pour rétablir la sécurité dans un pays sombrant dans l’anarchie.

Vendredi 6 et samedi 7, sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, avec une quarantaine de dirigeants du continent à Paris. Et dimanche 8 au petit matin, début des opérations militaires sur le terrain.

Les choses ne se passent jamais comme prévu. Claironnée depuis des jours et approuvée par le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’arrivée des Français dans les rues de Bangui a fini par donner des idées à certains. Notamment aux anciens partisans du président Bozizé, chassé du pouvoir par la rébellion en mars dernier, et aux milices antibalakas, qui se sont formées pour résister aux exactions des hommes de la Séléka, majoritairement musulmans.

Les antibalakas semblent avoir essayé de reprendre la ville, juste avant que les militaires français reçoivent l’ordre de sortir de leur base sur l’aéroport M’Poko. Mais leur affaire a mal tourné et, dans la seule ville de Bangui, un demi-millier de personnes ont été massacrées, dans ce qui restera comme un jour sombre de l’histoire tragique de cette région.

Or, ces violences ont surgi dans le vide créé de toute pièce par la stratégie de l’Elysée et que l’on peut résumer ainsi : annonce politique, résolution des Nations unies, sommet franco-africain, début des opérations. Soit une semaine. Il n’a fallu qu’une matinée à certains Centrafricains, peu soucieux de la communication élyséenne, pour y ajouter l’épisode des massacres.

L’Opinion peut témoigner combien, ce jeudi 5 décembre à Paris, les plus hauts responsables de la Défense ont été pris au dépourvu par ce dérapage de la situation. Et comment l’Elysée a, dans l’urgence, été contraint d’accélérer le tempo de l’opération Sangaris, une fois les massacres commis. La communication politique avait trop précédé l’action militaire, laissant le champ libre aux perturbateurs (fin des extraits adaptés ; source en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté www.dreuz.info

Source :

Secret Défense

   

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :