Quantcast
FLASH
[20/11/2019] #Israël a encore bombardé des sites de caches d’armes en Syrie appartenant aux Iraniens, et arrêté 4 missiles tirés depuis la #Syrie  |  [18/11/2019] Horrible nouvelle – La majorité des Américains ne veut pas de destitution, 76 % ne font pas confiance aux démocrates et croient que les médias font pression pour la destitution  |  [17/11/2019] La zone verte fortifiée de Bagdad, qui abrite des ambassades et des bâtiments gouvernementaux, a été touchée par une roquette. Pas de victime  |  Deux croix gammées ont été découvertes dans les toilettes d’une école du Maryland  |  Tout va mieux avec Macron : 7 Français sur 10 préfèrent avoir froid plutôt qu’allumer le chauffage  |  Netanyahou dimanche matin « Notre politique de sécurité n’a pas changé, pas même légèrement. Nous avons gardé toute notre liberté d’action et nous porterons atteinte à ceux qui veulent nous atteindre”  |  [16/11/2019] C’est reparti. Les foules de Téhéran crient « Mort au Dictateur » et « Reza Shah repose en paix. »  |  Syrie : Une grosse explosion frappe un terminal de bus à Al-Bab sous contrôle turc. 10 civils auraient été tués, milices Kurdes soupçonnés  |  Regime répressif de Macron contre les Gilets Jaunes : 24 interpellations et plus de 2000 contrôles avant la manif de Paris  |  [15/11/2019] Cette nuit #Israël a bombardé les cibles terroristes du Jihad islamique en réponse aux dernières attaques de roquettes de #Gaza  |  [13/11/2019] Les partisans de Quaido envahissent l’ambassade du Venezuela au Brésil et annoncent la nomination d’un nouvel « ambassadeur »  |  Isère : 20 et 12 ans de prison requis contre le couple salafiste  |  #Israël/ #Gaza: la France condamne les tirs de roquettes terroristes sur l’Etat juif  |  #Israël : une roquette terroriste a percuté une maison d’Ashkélon, au sud du pays, lors du dernier tir de roquettes de #Gaza  |  L’armée de l’air israélienne vient de « BOUM » une escouade de terroristes du Jihad islamique qui tentaient de tirer des roquettes sur #Israël  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 13 décembre 2013

 

Flanby-1

 

Michel Garroté, réd en chef  –-  Un grand scénario diplomatico-militaire avait été mis au point par les dirigeants français (extraits adaptés ; source en bas de page). Tout était écrit comme sur du papier à musique. Jeudi 5 décembre, vote d’une résolution par le Conseil de sécurité des Nations unies autorisant une opération franco-africaine pour rétablir la sécurité dans un pays sombrant dans l’anarchie.

Vendredi 6 et samedi 7, sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, avec une quarantaine de dirigeants du continent à Paris. Et dimanche 8 au petit matin, début des opérations militaires sur le terrain.

Les choses ne se passent jamais comme prévu. Claironnée depuis des jours et approuvée par le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’arrivée des Français dans les rues de Bangui a fini par donner des idées à certains. Notamment aux anciens partisans du président Bozizé, chassé du pouvoir par la rébellion en mars dernier, et aux milices antibalakas, qui se sont formées pour résister aux exactions des hommes de la Séléka, majoritairement musulmans.

Les antibalakas semblent avoir essayé de reprendre la ville, juste avant que les militaires français reçoivent l’ordre de sortir de leur base sur l’aéroport M’Poko. Mais leur affaire a mal tourné et, dans la seule ville de Bangui, un demi-millier de personnes ont été massacrées, dans ce qui restera comme un jour sombre de l’histoire tragique de cette région.

Or, ces violences ont surgi dans le vide créé de toute pièce par la stratégie de l’Elysée et que l’on peut résumer ainsi : annonce politique, résolution des Nations unies, sommet franco-africain, début des opérations. Soit une semaine. Il n’a fallu qu’une matinée à certains Centrafricains, peu soucieux de la communication élyséenne, pour y ajouter l’épisode des massacres.

L’Opinion peut témoigner combien, ce jeudi 5 décembre à Paris, les plus hauts responsables de la Défense ont été pris au dépourvu par ce dérapage de la situation. Et comment l’Elysée a, dans l’urgence, été contraint d’accélérer le tempo de l’opération Sangaris, une fois les massacres commis. La communication politique avait trop précédé l’action militaire, laissant le champ libre aux perturbateurs (fin des extraits adaptés ; source en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté www.dreuz.info

Source :

Secret Défense

   

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz