FLASH
[24/09/2018] Allo tonton, pourquoi tu tousses ? A Grenoble un musulman fiché S a tenté de mettre le feu à une chapelle, car l’islam est une religion d’amour  |  Comme promis lors de l’élection, le gouvernement italien serre la vis sécuritaire et anti-étrangers illégaux  |  La Belgique est scandalisée par la libération de Noureddine C., condamné en 2007 à 30 ans de prison pour le meurtre d’une policière  |  Pendant la présidentielle, Benalla posait avec son arme pour un selfie… sans port d’armes, mais la justice n’est pas égale pour tous  |  L’Aquarius demande l’autorisation de débarquer 58 « migrants » (le vrai terme est étrangers illégaux) à Marseille  |  Sous les pressions de l’Italie, le Panama retire son pavillon à L’Aquarius  |  Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  |  [23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Hervé Roubaix le 9 janvier 2014

imgres

Si Dieudonné est libre de s’exprimer, cela veut dire que l’humour contre les noirs et les arabes est libre aussi ? Tiens, je vais m’y mettre… si vous voulez vous joindre à moi – dans les limites fixées par le tribunal administratif de Nantes sur la liberté d’expression, bien entendu. Tout débordement sera censuré.

Une ville de province est envahie de pigeons. Le maire ne sait plus comment s’en débarrasser. Il a toute essayé. Les ultras sons, les épouvantails, tout.

Et les pigeons dégradent les façades des immeubles, chient sur les passants, et pire, ils sont porteurs de maladies au point que les enfants ne peuvent même plus jouer dans le sable, dans les jardins publics.

Un jour se présente un homme qui dit pouvoir libérer la ville de tous ses pigeons. Il demande à voir le maire, qui, à bout, décide de le recevoir.

« Je peux vous débarrasser de vos pigeons, et je suis prêt à le faire gratuitement, dit l’homme mystérieusement. Mais si vous me demandez comment j’ai fait, si vous me poser la moindre question, alors cela vous coûtera 1 million d’euros. »

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le maire, évidemment, accepte, car même s’il doute du résultat, il se dit qu’il n’a rien à perdre, et de toutes façons, il n’a aucune intention de poser de questions, donc de débourser 1 million.

Le lendemain, l’homme arrive très tôt avec une cage en or, qu’il pose au milieu de la place de la mairie. Il ouvre la porte, et en sort un oiseau d’un rouge intense. L’oiseau commence à tourner dans les airs au dessus des bâtiments, et miracle, les pigeons se mettent à le suivre et à tourner avec lui. L’oiseau rouge tourne, tourne, et rapidement, des dizaines de milliers de pigeons volent derrière lui.

Au bout de deux heures, alors que le ciel est noir de pigeons au dessus de la petite ville, l’oiseau rouge, soudainement, se met à voler vers une direction inconnue, suivi par des centaines de milliers de pigeons. Il vole et disparait à l’horizon.

Il n’y a plus un pigeon en ville.

Le lendemain, l’oiseau rouge revient, rentre dans sa cage, l’homme ferme la porte de la cage, et s’apprête à partir, contrat rempli.

C’est alors que le maire arrive en courant, et l’arrête : Monsieur, je sais que nous avons un contrat, mais je ne peux pas résister à vous poser une question. Alors voilà, vous trouverez dans cette mallette 1 million d’euros, et voici ma question : « vous n’avez pas la même chose pour nous débarrasser des arabes ? »

PS/ Manuel Valls a fait appel de la décision du tribunal administratif de Nantes, et a saisi le Conseil d’Etat, qui se réunira à 17 heures pour statuer. Si le Conseil d’Etat interdit le spectacle, il nous faudra donc supprimer cette page…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz