FLASH
[15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  |  Israël ferme ses missions diplomatiques de Biélorussie, République dominicaine, Érythrée, Irlande et Lettonie pour en ouvrir d’autres en Afrique  |  En Autriche, 20 000 manifestants qui rejettent le principe démocratique contre la coalition gouvernementale incluant l’extrême droite – mais l’extrême gauche criminelle, pas de problème  |  Laurent Wauquiez : « Avec Emmanuel Macron, les clandestins resteront sur notre sol »  |  Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-Ocha a installé un découpage en carton de sa photo pour que les journalistes posent leurs questions, puis il a quitté la conférence de presse  |  Durant la nuit, l’armée israélienne a détruit un tunnel terroriste du Hamas au sud de Gaza  |  [11/01/2018] Des imbéciles affirment que Trump n’a aucun succès économique. Et ça ?! Sondage Quinnipiac: 66% des Américains pensent que l’économie est “Excellente/ bonne” et c’est le meilleur score depuis que ce sondage existe  |  En caméra cachée, James O’Keefe a pris Twitter la main dans le sac avouant qu’ils suppriment des comptes d’opinions politiques qui leur déplaisent – et nous risquons d’être censuré par Twitter de l’écrire  |  Sujet tabou : le racisme anti-blanc des banlieues. 2280 pompiers ont été agressés en 2016 dans les banlieues  |  « Oprah battrait Trump avec un écart à deux chiffres » disent les instituts de sondage. Les médias oublient juste de dire que ces sondeurs affirmaient qu’Hillary battrait Trump dans un raz-de-marée !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Hervé Roubaix le 31 janvier 2014

imgres

Par décision du tribunal, la pourriture ne sera pas élevée au rang de l’honneur. Le terroriste et criminel Georges Ibrahim Abdallah n’est pas resté citoyen d’honneur.

Le 28 janvier dernier, nous expliquions que Marc Everbecq, maire communiste de Bagnolet, était trainé en justice pour avoir fait de Georges Ibrahim Abdallah un citoyen d’honneur de sa ville au motif qu’il était communiste. Qu’il soit criminel, condamné en France à la prison à perpétuité n’est pas un argument qui émeut un communiste : ils n’ont pas honte de porter la couleur politique d’une idéologie qui a fait 100 millions de morts, et les socialistes n’ont pas de honte de faire alliances avec des extrémistes.

Notre confrère JSSNews publie l’info à l’instant :

Le tribunal administratif de Montreuil a suspendu la décision de la mairie communiste de Bagnolet, qui a fait citoyen d’honneur le terroriste libanais emprisonné à vie en France, Georges Ibrahim Abdallah.

La justice était saisie par la préfecture, et elle a rendu une ordonnance de suspension immédiate. Le dossier sera ultérieurement jugé au fond.

Pour le maire, la gifle politique est énorme. Pour les (quelques) défenseurs de la dignité humaine qui restent en France, c’est non pas une victoire mais un soulagement : toute raison n’a pas quitté les esprits. D’abord le préfet qui a porté plainte, puis le juge administratif qui a suspendu la décision délirante du conseil municipal et du maire.

« C’est un grand succès et une première en jurisprudence », s’est félicité l’avocat Jérémie Boulay, qui plaidait pour Jacques Nio, UMP et conseiller municipal d’opposition.

Car, dit Boulay, la nomination du terroriste par le maire « contrevient au principe de neutralité » et « n’a pas d’intérêt public local » puisque Georges Ibrahim Abdallah n’a « joué aucun rôle ni positif ni valorisant » pour la ville.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Contacté par JSSNews, Me Jérémie Boulay explique que « légalement, il n’y avait pas de discussion possible dans cette affaire et la décision du conseil municipal ne pouvait pas passer », ajoutant que « c’est une première dans l’histoire du droit français qu’il y a un recours contre une délibération décernant un titre d’honneur. Cette décision fera donc jurisprudence. »

L’avocat s’est appuyé sur plusieurs points de droit, que nous conseillons à nos lecteurs vivant en France de conserver soigneusement, car il y a de nombreuses mairies communistes en France, et donc de nombreuses occasions de mettre en application cette idéologie autoritaire et liberticide :

« L’article 2121-29 n’autorise la ville qu’à agir dans le seul intérêt local de la ville et là, objectivement, on ne peut pas dire que la promotion de Georges Ibrahim Abdallah soit quelque chose de valorisant et positif pour la ville. L’intérêt local, c’est de construire un stade de football par exemple. Il est illégal pour la ville d’exprimer une revendication politique.

Par ailleurs, la ville de Bagnolet, en disant qu’il s’agit d’un prisonnier politique, renvoie au procès de Kafka, alors que c’est une cours d’assise qui a jugé au nom du peuple français Abdallah, que ce dernier a pu se défendre et présenter ses arguments… Et c’est cette cours d’assise, une autorité légale autonome, qui l’a envoyé en prison pour terrorisme et assassinat. Abdallah n’est pas un prisonnier politique !

Enfin, cette décision n’était pas à l’ordre du jour du conseil municipal. Ils ont voté la délibération à 2h30 du matin alors qu’elle n’était pas jointe aux délibérations prévues. »

Selon plusieurs témoins au procès, ajoute JSSNews, « l’ambiance était particulièrement délétère, la salle était pleine à craquer, la police avait envoyé un bus ! Pendant l’audience, les pro-palestiniens faisaient sonner leurs téléphones pour déranger l’avocat. A la fin de l’audience, des drapeaux palestiniens ont été accroché sur les murs du tribunal. »

Des drapeaux islamistes au mur du tribunal, pauvre France…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz