Publié par Gilles William Goldnadel le 11 février 2014

Goldnadel

Et si les scandales les plus intolérables étaient ceux dont précisément on ne parle pas ? Et si celui de la mainmise de l’idéologie sur l’information était le premier ? Démonstration.

Plusieurs syndicats de journalistes ont protesté contre la publication dans Ouest-France d’une publicité en faveur de la Manif pour Tous.  «Au fil des ans, ce qui était inconcevable à Ouest-France, comme accepter des publicités émanant de partis politiques ou susceptibles de heurter la conscience de nos lecteurs, est donc devenu possible !», écrivent la CGT, la CFDT et le SNJ.

Dans le même temps, voici la présentation de la Manif Pour Tous faite sur Arte le 2 février par Leïla Kaddour-Boudadi: « En France, une semaine après la manifestation « jour de colère », qui avait regroupé, au risque de les amalgamer, des citoyens de tous bords exigeant le départ de François Hollande […]. Cette fois des dizaines de milliers de  partisans de « la manif pour tous », vous savez ces militants, qui descendent dans la rue, non pas pour défendre leurs droits mais pour en enlever aux autres, je parle bien entendu du mariage homosexuel. […] voici le reportage sur une France qui se radicalise ».

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Pendant que des syndicats de gauche s’indignent sans complexe qu’un journal privé ne devrait pas accepter, au nom d’un principe inconnu, des publicités payantes partisanes, une télévision de service public, astreinte à une stricte obligation de  neutralité, s’affranchit de toute réserve. La droite pourra se prétendre enfin décomplexée lorsqu’elle n’acceptera plus docilement cette fatalité dans l’asservissement permanent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié avec l’aimable autorisation de Valeurs actuelles.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz