Publié par Michel Garroté le 21 février 2014

Syrie-Guerre-1

Michel Garroté, réd en chef  –-  Une étude du MIT contredit les rapports des renseignements américains et français, qui ont accusé le dictateur syrien du massacre chimique du 21 août 2013. Ces renseignements frauduleux auraient pu mener à une action militaire américaine injustifiée basée sur de fausses informations, souligne l’étude du MIT. Les chercheurs du MIT affirment notamment que l’attaque a été perpétrée depuis une zone rebelle (lien vers étude du MIT en bas de page). Sur dreuz.info, j’avais contesté, dès le début, la version officielle, donnée par Obama, sur ce dossier.

Reproduction autorisée avec mention :

M. Garroté réd chef www.dreuz.info

Source :

https://s3.amazonaws.com/s3.documentcloud.org/documents/1006045/possible-implications-of-bad-intelligence.pdf

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz