Publié par Michel Garroté le 3 mars 2014

 

Ukraine-Crimée-1

Michel Garroté, réd en chef  —  Sergeï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a fait cette intéressante déclaration : « Je réitère que nous parlons ici de la protection de citoyens et de compatriotes, de la protection du plus fondamental des droits de l’homme – le droit de vivre – et rien de plus ».

Lavrov : « Ceux qui essaient d’interpréter la situation comme un acte d’agression, nous menacent de sanctions et de boycott, sont les mêmes partenaires qui ont constamment et vigoureusement encouragé les pouvoirs politiques qui leur sont proches, à lancer des ultimatums et à renoncer au dialogue, à ignorer les préoccupations du Sud et de l’Est de l’Ukraine, et en conséquence à polariser la société Ukrainienne ».

Lavrov a précisé que la Russie n’utiliserait pas ses forces militaires pour obtenir des gains géopolitiques sous prétexte de protéger les droits de l’homme : « Les droits de l’homme sont trop importants pour en faire un outil de marchandage dans les affrontements géopolitiques, pour imposer sa propre volonté aux autres; encore moins pour instiller un changement de régime. Une intervention en force sous le prétexte de protéger les civils entraine le contraire, multiplie les souffrances des citoyens pacifiques, et les prive du droit humain fondamental : le droit à la vie », a conclu Lavrov.

Reproduction autorisée avec mention :

© Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

 

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz