Publié par Jean-Patrick Grumberg le 10 mars 2014

0226-ocitizens_full_600
Olga est Ukrainienne et russophone. Elle se trouve présentement en France, et elle a nous transmis ce témoignage destiné aux lecteurs de Dreuz et aux représentants de l’Union des Russophones de France :

« Je suis Ukrainienne et russophone, je vis à Donetsk – la région la plus russophone du pays.

Personne ne m’a jamais interdit de parler la langue russe. Je n’ai jamais été poursuivie parce que j’étais russophone, et je ne me sens pas du tout menacée par les Ukrainiens.

Pour démontrer l’absurdité de ces accusations [accusations de Poutine, prétexte à son intervention], je vous donne deux exemples :

– d’après la dernière enquête menée dans la région de Donetsk par le ministère de l’éducation, 48% des enfants de la région sont scolarisés dans les écoles ou les classes ukrainiennes (c’est le choix de leurs parents et pas une obligation), et 52% dans les écoles et classes russes.

– Si l’on prend des grandes villes comme Donetsk, seulement 21 % des enfants sont scolarisés dans les écoles ukrainiennes, contre 79 % dans les écoles russes.

Franchement, est-ce que ça ressemble à l’atteinte aux droits des Russophones ?!

Plutôt le contraire je dirais… »

Olga

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz