FLASH
[21/11/2017] Religion de paix : des dizaines de morts dans une mosquée du Nigéria  |  « Si Fox News avait existé, les agressions sexuelles de Bill Clinton auraient été révélés, et il n’aurait jamais été élu président »  |  [20/11/2017] Les États-Unis réinscrivent la Corée du Nord sur la liste des États terroristes  |  Merkel dit à la presse que les négociations de coalition avec les Verts et les liberaux ont échoué et qu’il y aura de nouvelles élections  |  Religion de paix : une foule de 1000 personnes attaquent une église copte en Egypte. Les chrétiens se sont enfermés dedans pour se protéger  |  Victoire sur la pollution : le serial killer Charles Manson est mort  |  L’arrivée des livres dans la maison a bien plus bouleversé la vie de famille que les smartphones  |  Cocktails molotovs, tirs de mortier et voitures incendiées: nuit multiculturelle à Mantes-La-Jolie  |  Bruxelles : des migrants tentent de squatter un immeuble, 6 blessés lors d’affrontements avec la police  |  [18/11/2017] Espagne : la police espagnole a ouvert le feu sur un Français qui criait « Allahou Akhbar » à un péage près de la frontière française  |  Les tanks de l’armée israélienne ont procédé à des tirs de mise en garde sur les forces syriennes près de la frontière du Golan  |  [17/11/2017] L’explosion d’un pipeline au Bahreïn considérée comme une mise en garde de l’Iran  |  Retrait de sa nationalité à un « Danois de papier » parti combattre avec ISIS  |  La candidature de l’iran à la tête de l’UNESCO n’a pas été retenue  |  [16/11/2017] La deuxième vague de réfugiés balaiera l’Europe, se préoccupe l’ONU  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 11 mars 2014

ORAP-1

Michel Garroté, réd en chef  —  Un groupe d’universitaires vient de créer le premier Observatoire des radicalités politiques. Pour ses débuts, cet organisme se concentre sur les élections municipales et européennes. C’est une première. En France, aucune structure ne s’était proposée d’étudier la radicalité et l’extrémisme en politique. C’est ce que viennent de lancer une dizaine de chercheurs (politologues, historiens, juristes, sociologues) regroupés au sein de l’Observatoire des radicalités politiques (Orap).

Le but de cette équipe : produire des analyses, organiser chaque mois des conférences et, sans doute, un colloque à la fin de l’année. Apparu en pleine campagne municipale, l’Orap a commencé à produire une série de décryptages scientifiques sur l’extrême droite aux municipales. L’équipe de recherche, qui publiait auparavant de manière informelle sur le site Fragments sur les temps présents, est pour le moment largement orientée vers ce secteur politique.

« J’espère bien que nous pourrons étudier l’extrême gauche également, par exemple, celle responsable des récents événements de Nantes », explique Jean-Yves Camus, qui préside l’Observatoire. « Le problème est qu’il n’y a pas de spécialiste de l’ultra gauche en France. C’est un point aveugle de la recherche », précise Jean-Yves Camus.

En effet, en France, la recherche en matière d’extrêmes se focalise sur l’extrême-droite. C’est d’autant plus regrettable que certaines idéologies, par exemple l’israélophobie et la judéophobie qui se cachent derrière « l’antisionisme », est nettement plus radicale à l’extrême-gauche qu’à l’extrême-droite.

En attendant de pouvoir élargir son champ d’action, l’Orap s’est intéressé, lors de sa première conférence, au traitement réservé au Front national par les instituts de sondage. Puis, dans une seconde, il s’est penché sur les rapports entre l’électorat ouvrier et le parti lepéniste.

Particularité de la structure, l’équipe est composée de quadragénaires et de trentenaires. « Une génération de chercheurs qui a grandi avec l’arrivée du FN au centre de la vie politique », explique Jean-Yves Camus. « Ils sont nés après la période de puissance de l’extrême gauche », explique-t-il.

« La génération de l’Orap ne cherche pas à désigner le bien et le mal. Elle pense que l’extrémisme est un sujet majeur et qu’il est révélateur de dynamiques très profondes au sein des sociétés », confirme l’historien Nicolas Lebourg, qui en est membre.

« Pendant longtemps, les recherches sur le FN ont souffert d’un problème: le chercheur était associé à son sujet d’étude », confie Sylvain Crépon, sociologue. « Cela va tout de même mieux aujourd’hui », tempère-t-il. « Il n’empêche que plusieurs d’entre eux rencontrent des difficultés à trouver une place de titulaire dans le monde de la recherche ».

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

Sources :

http://www.jean-jaures.org/La-fondation/Les-Observatoires/Observatoire-des-radicalites-politiques

http://www.lefigaro.fr/politique/2014/03/09/01002-20140309ARTFIG00099-l-extreme-droite-dissequee-par-un-nouvel-observatoire.php

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz