FLASH
[26/04/2018] Nikki Haley, l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU : « le Hamas doit arrêter d’utiliser les enfants de Gaza comme « chair à canon »  |  Mike Pompeo, fraîchement nommé secrétaire d’Etat, se rendra en Israël dimanche pour son 1er voyage officiel à l’étranger  |  Alors que Mahmoud Abbas paye les terroristes qui tuent des juifs, Israël a condamné un policier à 9 mois de prison pour la mort d’un arabe. Soit vous êtes pour le camp terroriste palestinien, soit pour la démocratie  |  France : 2 hommes interpellés près du domicile d’Emmanuel Macron au Touquet (62), après avoir tenté de renverser des piétons qui traversaient  |  Durant la nuit, Tsahal a arrêté 5 terroristes recherchés en Judée Samarie occupée par les Arabes, dont 2 armés de fusils d’assaut M-16 et de cartouches  |  [25/04/2018] Si Melania Trump était démocrate, elle serait chaque mois en couverture des magazines féminins du monde entier. Et les journalistes se disent neutres et honnêtes ?  |  Harry Reid aux démocrates : « Moins on parle d’impeachment [de Trump], mieux c’est pour nous »  |  Dennis Prager sur Fox : « Attention, la liste des best-sellers du New York Times n’est pas réelle. Elle ne mentionne pas les livres conservateurs et religieux ! »  |  Effet Trump : « le site nucléaire de Corée du Nord a été détruit », affirment des scientifiques  |  Effet Macron : Ricoh licencie 360 personnes en France. Effet Trump : Apple crée 20 000 emplois aux USA. Et c’est Trump le taré ?  |  [24/04/2018] Effet Trump : le PIB des Etats-Unis dépasse les prévisions et atteint son plus haut en 15 ans : de quoi être exciter la haine des médias  |  Allemagne 1930 : un leader juif met en garde de ne pas porter de kippa en public en raison des attaques antisémites. Cette mise en garde vient d’être réitérée en 2018  |  Dans une déclaration, l’Autorité palestinienne refuse tout compromis pour atteindre la paix avec Israël  |  La religion de paix frappe encore : 6 morts, 15 blessés dans 3 attentats suicides à Quetta au Pakistan  |  [23/04/2018] Sky News a vu trois camions de l’armée se rendre sur le banc de Salisbury où l’ancien espion Sergei Skripal et sa fille Yulia ont été retrouvés après avoir été empoisonnés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 mars 2014

BjBpvoaCcAEIEdu

“Ni notre éducation, ni notre formation à l’école ne nous préparent à accepter la diversité”, déclare Hicham Rachidi, secrétaire général du Groupe antiraciste marocain d’accompagnement et de défense des étrangers (Gadem).

“Je ne m’appelle pas ‘un noir’. J’ai un nom !”. En marocain, ça donne : “Massmiytich Azzi !” et c’est l’intitulé de la campagne contre le racisme quotidien envers les migrants subsahariens au Maroc, lancée le 21 mars à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les discriminations et le racisme de l’ONU.

En choisissant le mot “Azzi” péjorativement utilisé pour qualifier les migrants subsahariens, la campagne veut secouer les Marocains, qui n’admettent pas leur racisme.

Pour Hicham Rachidi, « l’intégration n’est pas réglée si la population ne réalise pas que le racisme est un problème réel chez elle », en référence au racisme anti-noir des arabo-musulmans marocains.

Mais quid du racisme des noirs envers les arabes, envers le blanc ? Le racisme n’est-il pas un peu trop rapidement et superficiellement réputé viser les minorités, seulement les minorité, lesquelles ne sont pas moins racistes que les populations de souche ?

“Le racisme primaire, ce sont les insultes dans la rue, les pancartes affichées dans certains immeubles interdisent la location ‘aux africains’ et surtout le comportement incompréhensible de la police qui donne l’occasion à la population de nous regarder de cette façon”, s’indigne Camara Laye, coordinateur du Conseil des migrants subsahariens au Maroc.

Camara, Guinéen de 30 ans, réfugié au Maroc, pense que la lutte contre le racisme doit passer par la sensibilisation des autorités. Le Maroc, qui s’est engagé dans une grande politique de rapprochement avec les pays subsahariens, implique l’acceptation sociale et culturelle des noirs sur sa terre, ce qui est loin d’aller de soi :

• En août 2013, Toussaint-Alex Mianzoukouta, un Congolais professeur de français à Tanger, décédait d’un traumatisme crânien après avoir été jeté d’un fourgon de police.

• Le 14 août, Ismaila Faye, un ressortissant sénégalais, était tué par un Marocain à la gare routière de Rabat pour une place dans le bus.

• Le 10 octobre 2013, Moussa Seck, un autre Sénégalais, succombait à ses blessures en tombant du 4e étage d’un immeuble à Tanger (au nord du Maroc), alors qu’il tentait d’échapper à des policiers marocains.

• Tina Melon, une ivoirienne de 16 ans, a affirmé avoir été violée par cinq membres des forces auxiliaires marocaines à Tanger.

En réaction, le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) remettait à Mohammed VI un rapport intitulé : “Immigration et étrangers au Maroc : pour une politique d’asile et d’immigration radicalement nouvelle”, où il demande au Maroc de reconnaître le statut de réfugié, d’élaborer une politique d’intégration et aussi de régulariser les “sans-papiers”.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Mohammed VI annonça une réforme en profondeur de la politique migratoire, et le Maroc reconnu pour la première fois son statut de pays d’accueil, alors qu’il s’est toujours considéré comme un lieu de passage pour les migrants.

Le 9 février dernier, 18 migrants subsahariens ont trouvé la mort à Ceuta (enclave espagnole au Nord du Maroc) après que la Guardia Civil espagnole a tiré sur eux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz