FLASH
[24/06/2018] 10 militants arrêtés en France ce dimanche pour un projet d’attentat contre des musulmans. Ils sont soupçonnés d’appartenir au groupuscule AFO: « Action des Forces Opérationnelles » pour venger les attaques islamistes  |  Turquie : après 26.1% des votes comptés, Erdogan a 58.5%, İnce 27.1%, Akşener 7.6%, Demirtaş 5.7%  |  Le Rial, monnaie iranienne, plonge encore tandis que les sanctions américaines se précisent, et c’est autant de terrorisme en moins dans le monde  |  Ce dimanche, Tsahal a pris pour cible un véhicule utilisé par un groupe de colons arabes palestiniens qui tentait de lancer des ballons incendiaires depuis le sud de la bande de Gaza vers le territoire israélien  |  Record d’impopularité pour Macron, record de popularité pour Trump – c’est qui le fou déjà ?  |  Terrorisme islamique : un colon arabe a lancé sa voiture sur 3 Israéliens, qui ont été blessés  |  Effet Trump en Arabie saoudite : levée de l’interdiction de conduire faite aux femmes  |  [20/06/2018] Ah j’ai oublié un détail, mais vous aviez deviné : l’homme qui voulait poignarder des passants à Tours hurlait Allahou Akbar  |  Hollywood anti-Trump est moralement exemplaire. L’acteur Peter Fonda a tweeté qu’il faut kidnapper Barron, le jeune fils de Trump, et qu’il soit violé par des pédophiles  |  Tours : un homme a tenté de poignarder des passants cet après-midi et de jeter un homme par dessus un pont  |  [18/06/2018] Gaza : En réponse à un tir de roquette du Hamas, Israël a bombardé 9 cibles terroristes dans 2 camps militaires et 1 fabrique de munitions du Hamas  |  [17/06/2018] Effrayant : La police du quartier Haringey de Londres a arrêté une femme pas du tout folle qui courait après des enfants juifs avec un couteau en criant « Je veux tuer tous les Juifs »  |  Nigel Farage: « Merkel est le passé, Salvini le futur »  |  [16/06/2018] Après l’administration Bush, Trump se retire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui est un club obsédé par un seul pays, Israël. Pourquoi est-ce que les États-Unis y sont encore ? Parce qu’Obama l’a rejoint quand il a pris ses fonctions  |  Afghanistan : 26 morts et 54 blessés dans un attentat-suicide parmi une foule célébrant un cessez-le-feu inédit entre talibans et forces de sécurité  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 mars 2014

BjBpvoaCcAEIEdu

“Ni notre éducation, ni notre formation à l’école ne nous préparent à accepter la diversité”, déclare Hicham Rachidi, secrétaire général du Groupe antiraciste marocain d’accompagnement et de défense des étrangers (Gadem).

“Je ne m’appelle pas ‘un noir’. J’ai un nom !”. En marocain, ça donne : “Massmiytich Azzi !” et c’est l’intitulé de la campagne contre le racisme quotidien envers les migrants subsahariens au Maroc, lancée le 21 mars à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les discriminations et le racisme de l’ONU.

En choisissant le mot “Azzi” péjorativement utilisé pour qualifier les migrants subsahariens, la campagne veut secouer les Marocains, qui n’admettent pas leur racisme.

Pour Hicham Rachidi, « l’intégration n’est pas réglée si la population ne réalise pas que le racisme est un problème réel chez elle », en référence au racisme anti-noir des arabo-musulmans marocains.

Mais quid du racisme des noirs envers les arabes, envers le blanc ? Le racisme n’est-il pas un peu trop rapidement et superficiellement réputé viser les minorités, seulement les minorité, lesquelles ne sont pas moins racistes que les populations de souche ?

“Le racisme primaire, ce sont les insultes dans la rue, les pancartes affichées dans certains immeubles interdisent la location ‘aux africains’ et surtout le comportement incompréhensible de la police qui donne l’occasion à la population de nous regarder de cette façon”, s’indigne Camara Laye, coordinateur du Conseil des migrants subsahariens au Maroc.

Camara, Guinéen de 30 ans, réfugié au Maroc, pense que la lutte contre le racisme doit passer par la sensibilisation des autorités. Le Maroc, qui s’est engagé dans une grande politique de rapprochement avec les pays subsahariens, implique l’acceptation sociale et culturelle des noirs sur sa terre, ce qui est loin d’aller de soi :

• En août 2013, Toussaint-Alex Mianzoukouta, un Congolais professeur de français à Tanger, décédait d’un traumatisme crânien après avoir été jeté d’un fourgon de police.

• Le 14 août, Ismaila Faye, un ressortissant sénégalais, était tué par un Marocain à la gare routière de Rabat pour une place dans le bus.

• Le 10 octobre 2013, Moussa Seck, un autre Sénégalais, succombait à ses blessures en tombant du 4e étage d’un immeuble à Tanger (au nord du Maroc), alors qu’il tentait d’échapper à des policiers marocains.

• Tina Melon, une ivoirienne de 16 ans, a affirmé avoir été violée par cinq membres des forces auxiliaires marocaines à Tanger.

En réaction, le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) remettait à Mohammed VI un rapport intitulé : “Immigration et étrangers au Maroc : pour une politique d’asile et d’immigration radicalement nouvelle”, où il demande au Maroc de reconnaître le statut de réfugié, d’élaborer une politique d’intégration et aussi de régulariser les “sans-papiers”.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Mohammed VI annonça une réforme en profondeur de la politique migratoire, et le Maroc reconnu pour la première fois son statut de pays d’accueil, alors qu’il s’est toujours considéré comme un lieu de passage pour les migrants.

Le 9 février dernier, 18 migrants subsahariens ont trouvé la mort à Ceuta (enclave espagnole au Nord du Maroc) après que la Guardia Civil espagnole a tiré sur eux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz