Publié par Jean-Patrick Grumberg le 8 avril 2014

salafisme

Selon la Tribune de Genève, il y aurait près de 50 djihadistes suisses en Syrie.

Selon une enquête de la RTS, des dizaines de Suisses sont partis combattre le régime d’al-Assad après avoir été formés au terrorisme par al Qaïda et l’ISIS (Etat islamique d’Irak et de Syrie), réputé encore plus violent qu’al Qaïda, et qui a enlevé, battu et exécuté un célèbre prêtre jésuite, le père Francis Van Der Lugt, 75 ans, il y a 24 heures.

Qui sait, l’un de vos futurs voisins de palier a peut-être participé à son exécution ? Il est certain qu’il ne fait pas partie de ceux qui se sont fait exploser lors des très nombreuses attaques suicides.

Mais votre voisin, s’il revient de Syrie comme ce musulman qui a livré son témoignage à la RTS, a les moyens de terroriser et de semer la mort. « Sébastien » c’est le nom que la RTS a choisi de lui donner pour adoucir ses contours, raconte avoir appris à manier la Kalashnikov – il ne raconte pas combien de personnes il a tué.

Ce bon citoyen suisse s’est convertit à l’islam en 2013. Il a alors 23 ans. En quelques mois, il se radicalise sur internet, et part livrer le jihad en Syrie, recruté par Abu al-Hassan, un personnage-clé dans le recrutement des djihadistes franco-belges selon les enquêteurs belges.

50 radicaux norvégiens sont rentrés de Syrie, les autorités ne savent déjà plus où ils sont !

Même scénario en Norvège : une cinquantaine de radicaux musulmans norvégiens sont rentrés de Syrie, mais avec une nuance de taille : les autorités ne savent déjà plus où ils sont !

Les services de sécurité de la police norvégienne (PST) ont averti le gouvernement qu’un nombre non spécifié de citoyens norvégiens sont revenus de Syrie durant les trois premiers mois de l’année 2014,rapporte l’agence d’information officielle norvégienne.

Pour tenter de calmer les esprits, le PST a déclaré que ces jihadistes ne posent pas « automatiquement » une menace.

Selon les services de renseignement norvégiens, environ 40 à 50 jeunes musulmans, y compris des jeunes filles, ont voyagé de Norvège vers la Syrie pour combattre avec les groupes rebelles anti Assad.

« Plusieurs d’entre eux sont revenus depuis le nouvel an » a déclaré Martin Bernsen, un des porte paroles du PST.

L’un d’eux est un jeune de 22 ans qui vivait à Fredrikstad, une ville du sud dans le comté d’Ostfold.

En octobre 2013, deux sœurs somaliennes de 16 et 19 ont été emmenées en Syrie pour « contribuer » à la guerre civil en Syrie. Toutes les deux étaient citoyennes norvégiennes.

Lars Akerhaug, journaliste norvégien et auteur du livre « Norwegian Jihad – Muslim extremists among us » (le jihad norvégien, les musulmans extrémistes parmi nous), affirme connaître cinq cas de femmes norvégiennes qui sont parties combattre en Syrie.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le PST travaille depuis longtemps pour éviter que des radicaux des communautés musulmanes de Norvège partent dans les zones de combat, de crainte qu’ils soient entrainés au terrorisme et représentent une menace à leur retour.

Leurs efforts semble couronné d’échec.

En mars, Bergens Tidende, un journal local norvégien de Bergen rapportait que le PST avait les noms de quelques personnes d’Hordaland qui sont parties combattre en Syrie.

« Quelques uns ont changé depuis qu’ils sont revenus. Cela donne des raisons de penser qu’ils se sont radicalisés, » a déclaré Oeyvind Tenold, chef du PST d’Hordaland, mais les autres, personne ne sait où ils sont. Ce sont principalement des hommes dans la vingtaine, de différentes origines ethniques.

Pourquoi un jeune suisse de 23 ans se convertit et s’enferme dans l’islam, venant d’une société ouverte et libre comme la Suisse, et pourquoi l’islam a fait de lui un terroriste, voilà des questions qui appartiennent aux peuples européens : l’Europe ne sera plus jamais la douce Europe, elle a changé en moins de quarante ans, la page a été tournée, la lutte n’est plus de mise, l’invasion est irréversible, et consommée.

Vous doutez ? Allez à la sortie des écoles, et faites une projection dans 10 ans…

Le moment est venu, pour les peuples floués, à trouver des niches et s’adapter. 1 000 personnes manifestaient pour demander un référendum sur l’immigration. Les 64 millions restant (-1 000), considèrent sans doute que c’est joué, ou qu’il ne faut pas paraître xénophobe.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

http://www.tdg.ch/suisse/Il-y-aurait-jusqu-a-50-djihadistes-suisses-en-Syrie/story/12829979
http://news.xinhuanet.com/english/world/2014-04/05/c_133241121.htm

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz