Publié par Hervé Roubaix le 3 avril 2014

Christiane Taubira, la ministre la plus détestée des Français, et dont nous avions annoncé le départ grâce à un tuyau qui s’est avéré percé, reste donc au gouvernement.

Nous réitérons nos excuses pour les fausses joies que nous avons fait naître.

La France est malade d’un poison qui s’appelle le socialisme, existe-t-il une figure plus socialiste ?

Elle qui menace la sécurité des Français, obsédée à éviter la prison aux voyous (elle vient en catimini de proposer que soit réduite la garde à vue de 96 heures pour les escrocs en bande organisée), a-t-elle passé un pacte avec le diable, à toujours alléger les peines et jamais l’inverse ?

url

N’est-elle pas le meilleur anti-venin contre le socialisme ? N’est-elle pas l’incarnation de ce que le socialisme a de pire : l’entêtement à imposer une idéologie déconnectée des réalités, l’obstination dogmatique, les belles paroles cachant à peine le mépris pour ceux qu’elle est payée pour servir.

Et j’oubliais : menteuse.

Une menteuse à la justice ! Autant confier la sécurité intérieure à un islamiste et le ministère de la défense à un objecteur de conscience.

Menteuse lorsqu’elle dit n’avoir aucun rapport avec Anticor dont elle soutient l’action en justice contre Patrick Buisson, et dont elle va devoir s’expliquer devant un juge.

Menteuse lorsqu’elle dit ne rien savoir des écoutes de Sarkozy, lettres prouvant le contraire à la main.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Menteuse encore – nous venons de l’apprendre – sur ses diplômes de docteur en économie et en ethnologie dont elle accepte injustement le bénéfice sans rendre justice de leur inexistence.

Menteuse aussi avec la loi de 2001 qui reconnait la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité, en refusant de nommer les négriers arabes et noirs africains, pour n’accuser que les blancs.

Menteuse par omission enfin lorsqu’elle insulte les identitaires en métropole, alors qu’elle scandait « La Guyane aux Guyanais » en 1999, et qu’elle s’alarmait, dans son livre publié sur le site de son parti politique Walwari, que « les Guyanais de souche sont devenus minoritaires sur leur propre terre », et qu’il fallait établir une « Charte de la citoyenneté sociale », une préférence nationale visant à favoriser le recrutement de Guyanais.

Personne ne sait – à part les racailles – le mal qu’elle va encore faire. Mais elle œuvre aussi pour le bien en éveillant les consciences à cette sinistre pensée socialiste réactionnaire, hypocrite et à bout de souffle.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

17
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz