Publié par Gaia - Dreuz le 21 mai 2014

« Pour aller à l’église le dimanche, nous devons traverser une foule de gens qui tentent de nous intimider », explique Matthew Limo* à l’AED. « Les maisons autour de notre paroisse appartiennent à des musulmans. Ils nous hurlent que nous sommes stupides d’aller à l’église ou que nos femmes sont dévêtues.
Beaucoup de commentaires sont dirigés contre nos femmes et nos enfants. »

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Meurtres de prêtres

Sur l’île, les Chrétiens deviennent de plus en plus prudents depuis la vague d’attaques perpétrées contre des religieux dès décembre 2012. A cette date, le père Ambrose Mkenda est grièvement blessé lors d’une embuscade. En février 2013, le père Evariste Mushi est abattu de trois balles alors qu’il arrive en voiture devant le parvis de la cathédrale Saint-Joseph pour célébrer la messe dominicale. Le même mois, le pasteur Mathayo Kachili subit un sort similaire.
Les auteurs des exactions sont toujours en liberté, et selon de nombreux chrétiens, la police locale a entravé l’enquête en falsifiant des preuves sur les lieux du crime. « Ils ne viennent pas de l’extérieur », explique Matthew Limo à propos des auteurs des faits.« Ce sont des habitants de l’île, des populations locales radicalisées et formées par Al-Shabab. » L’organisation terroriste islamiste est étroitement liée au groupe religieux Uamsho (« réveil ») qui vise la création d’un État islamique indépendant à Zanzibar.

Peur de la conversion


« Quand il y a des élections, comme ce sera le cas l’année prochaine, l’atmosphère est souvent explosive. Dans la rue, les gens essaient de vous provoquer. Pendant ces périodes, je rentre tôt à la maison et ne sors pas le soir. » Aujourd’hui, Matthew Limo se sent suffisamment en sécurité pour voyager mais il se fait du souci pour ses enfants. « À la maison, nous essayons de les encourager, de leur enseigner l’amour du Christ et de l’Église. Mais on entend souvent des histoires de musulmans qui tentent de convertir les enfants. Malheureusement, nous devons dire à nos enfants de faire attention quand ils se lient d’amitié avec des enfants musulmans. »
(* Pour des raisons de sécurité, les noms ont été changés).

http://www.lesobservateurs.ch/2014/05/20/tanzanie-ils-veulent-convertir-mes-enfants-a-lislam/

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz