Publié par Jean-Patrick Grumberg le 29 mai 2014

7338282-ados-palestiniens-tues-l-horreur-capturee-sur-video-surveillance-500x247

« Le 15 mai, jour de manifestation de la Nakba, deux ados palestiniens sont tués par l’armée israélienne à Beituna près de Ramallah. »

C’est en ces termes que les médias ont accusé Israël sans s’encombrer de l’élémentaire éthique du métier de vérification de faits aussi grave, sans s’embarrasser de les corroborer par des sources indépendantes, à la simple vue d’une vidéo plus que douteuse.

Voici la vidéo qu’ils diffusèrent :

Plusieurs choses sautent aux yeux : les ados « assassinés » tombent au sol en amortissant leur chute avec leurs avant bras tendus. L’instant d’après, les témoins reprennent leurs activités au lieu de s’abriter, et l’on ne voit aucune trace de sang, ni au sol, ni sur les vêtements.

Le blog ElderofZyon a révélé le pot aux roses, en publiant la vidéo de la répétition, on appelle ça les rush, de la scène que les médias du monde – aucunement effrayés par le ridicule – ont qualifié « d’horreur absolue ». Il s’agissait bien d’une scène fabriquée, qui avait été répétée plusieurs fois, comme le prouve cette vidéo :

« Par tradition, les journalistes ne s’excusent pas », écrivait Maurice Szafran, attrapé puis condamné par la justice pour avoir laissé sa journaliste construire un mensonge sur Robert Ménard dans les colonnes de Marianne.

En 2001, dans l’affaire Outreau, les journalistes furent crucifiés pour leur précipitation à faire leurs gros titres de rumeurs infondées, pour leur manquement aux règles élémentaires de prudence, pour leur excitation à croire le pire sans chercher à le vérifier, pour accuser en bafouant la présomption d’innocence, bref, pour avoir abandonné sans vergogne les principes de base du journalisme.

« Par tradition, les journalistes ne s’excusent pas. » Szafran pourrait ajouter : « Par tradition, les journalistes n’apprennent pas. »

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Voici quelques uns des grands noms de la presse (que les sites qui dénoncent les Hoax protègent jalousement) qui pour le scoop anti-israélien ont rejoué l’affaire Outreau :

• « Blessés par balle à la poitrine » écrit Le Nouvel Obs contemplant ces blessés par balle qui ne saignent pas :

• BFMTV, qui ne mentionne les sources israéliennes qu’au conditionnel, cite cash et toute honte bue les propos d’un journaliste palestinien, Abbas Momani, qui ailleurs signe des pétitions pour dénoncer les agressions, menaces et censures des journalistes, où d’autre qu’en Israël ! Plus neutre tu meurs.

• Tout comme l’Express, qui accusa Israël sur la foi du témoignage du journaliste palestinien Mohammed Abed qui a étudié le journalisme à l’université islamique de Gaza, et qui, bien entendu, est insoupçonnable de soutenir un camp plus que l’autre.

• Comme Corentin Bainier (@cbainier), journaliste aux Observateurs de France 24, qui ne voit pas une goutte de sang, mais « estime qu’il est probable que l’armée ait tiré à balles réelles. »

• Même source au dessus de tous soupçons pour 20 minutes, Swissinfo, Le Figaro, RTL, La Liberté, RFi, Euronews, Le soir, etc.

Comment voulez-vous que les Français leur fassent encore confiance ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex