Publié par Gaia - Dreuz le 25 mai 2014

Le DJ antillais avait été lynché par des jeunes d’une cité du Blanc-Mesnil lors d’une soirée du Nouvel An 2011. Le deuxième accusé a été acquitté.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

À la mort du DJ antillais Claudy Elisor en 2011, Nicolas Sarkozy avait demandé que «chaque responsable de ce crime odieux soit retrouvé et sévèrement puni». Le principal accusé, Amadou Fall, a été condammé à 18 ans de prison pour avoir tué le disc-jockey en 2011, la nuit de la Saint-Sylvestre tandis que le coaccusé Alassane Diop a été acquitté par la cour d’Assises de Bobigny. L’avocat général Anne-Laure Brutin avait requis jeudi matin vingt ans de prison contre Amadou Fall – «C’est le chef, le leader, celui qui désigne la victime, qui frappe le premier et s’acharne, ne vise que la tête» – et huit contre Biop.

Amadou Fall a fait appel de cette décision a annoncé vendredi son avocat. Il est «serein» à l’idée d’un nouveau procès a précisé Me Gilles-Jean Portejoie. À l’annonce du verdict, une certaine tension avait envahi la salle, au point que la police avait dû intervenir. Comparaissant libre après être sorti de prison il y a trois mois à la faveur d’un problème de fax au tribunal, Amadou Fall avait été menotté juste après.

Fabienne Élisor, la veuve de la victime, s’est déclarée «déçue» qu’un seul des deux accusés soit condamné: «On va dire qu’on en a eu “un sur X”» parmi les multiples agresseurs. Amadou Fall est condamné pour avoir avoir tué le disc-jockey la nuit de la Saint-Sylvestre 2011. Il est 4 heures du matin cette nuit-là lorsque Claudy Elisor, un DJ amateur est frappé à mort par une dizaine de personnes après avoir refusé à l’un d’entre eux l’entrée d’une soirée qu’il organisait au Blanc-Mesnil. Les témoins affirment qu’un jeune homme avec un pitbull montait la garde pendant le lynchage. Claudy Elisor, plongé dans un coma profond, meurt quelques jours plus tard.

Des témoins incertains

Le procès a mis en lumière les carences de l’affaire. En l’absence de vidéosurveillance et d’indices matériels – une empreinte génétique a bien été trouvée sur une bouteille mais elle n’a pas permis de remonter jusqu’à un suspect -, les jurés n’ont pu s’appuyer que sur des témoins souvent hésitants pour prendre leur décision. Un seul témoin, une amie de Claudy Elisor, s’est déclarée sûre «à 200%». Le videur, l’un de ceux qui a vu les agresseurs de plus près, a déclaré qu’il ne pouvait être certain de rien.

«C’est le dossier du témoignage et de sa fragilité» a regretté Me Gilles-Jean Portejoie, l’avocat d’Amadou Fall. «Les certitudes sont bien maigres, suffisamment maigres pour que vous ne soyez pas en mesure de condamner M. Fall» a-t-il plaidé. Les deux accusés ont toujours nié les faits qui leur sont reprochés. Alassane Diop raconte être resté boire des verres avec des amis, dont Amadou Fall, avant de rentrer chez lui pour jouer «un peu à la PlayStation» et se coucher selon le quotidienFrance-Antilles . Amadou Fall qui admet s’être fait refouler de la fête nie être revenu par la suite.

La famille éprouvée

«La seule vérité, la seule certitude, est que ce malheureux Claudy Elisor est mort pour rien, victime d’une violence aveugle et imbécile» a déclaré mercredi Me Bernard Benaïem, l’avocat de la veuve et des enfants de la victime. Le procès a particulièrement été éprouvant pour la famille du DJ antillais. L’audience de mardi a dû être suspendue lorsque Fabienne Elisor, la veuve, a fait une crise de nerfrapporte France-Antilles.

Un incident a particulièrement ébranlé la famille de la victime au cours de cette affaire. Amadou Fall, principal suspect du meurtre a été libéré en février pour une erreur de fax. Le parquet de Bobigny n’avait plus d’encre dans l’appareil et un papier n’est jamais parvenu à la chambre de l’instruction. Amadou Fall, comme il l’avait assuré à l’époque à une équipe de BFMTV, s’est présenté en homme libre à son procès. «Je veux comparaître parce que je veux prouver mon innocence. Je n’ai pas à fuir» avait-il déclaré.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/05/22/01016-20140522ARTFIG00329-le-meurtrier-du-dj-au-blanc-mesnil-condamne-a-18-ans-de-prison.php

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz