Publié par Gilles William Goldnadel le 1 mai 2014

PHO138ff634-d117-11e3-b778-4a73c161dd0e-805x453

Alors qu’Alexandre Arcady était venu sur le plateau de Laurent Ruquier pour présenter son film consacré à l’assassinat d’Ilan Halimi, Aymeric Caron a glissé sur les «enfants victimes des soldats israéliens». Le coup de gueule de Gilles-William Goldnadel.

S’agissant de la question qui fâche à nouveau en France, je ne m’étonne plus de rien.

Je ne m’étonnerai donc pas de la dernière sortie du sieur Caron. N’ayant pas non plus le goût de l’indignation que je laisse aux amis du précité, je ne m’indignerai pas. N’ayant pas d’avantage une grande inclination pour la feinte, je mentirais en disant que je tombe de haut, n’ayant jamais placé l’intéressé au sommet de mon admiration. J’avais en effet remarqué que ce distributeur sans verve ni esprit de bons et de mauvais points s’imaginait disposer d’un magistère moral et intellectuel dont la légitimité ne m’a jamais frappé violemment. Raison pourquoi, je m’étonne de l’étonnement général. Pour ceux qui les ignorent encore, je rappellerai les faits: alors qu’Alexandre Arcady était venu benoîtement chez M.Ruquier évoquer l’excellent film qu’il a consacré à l’assassinat, précédé de tortures, du jeune Ilan Halimi, notre grande conscience enfiévrée du samedi soir, a glissé sur Mohamed Merah, auteur du massacre d’enfants dans une école juive toulousaine et a évoqué, fiches en main, des enfants palestiniens tués par la soldatesque israélienne.

L’air que respire M. Caron empuantit l’atmosphère français depuis des années

L’air qu’a chanté M. Caron est un refrain que l’on psalmodie dans beaucoup de banlieues, l’air que respire M. Caron empuantit l’atmosphère français depuis des années. Contrairement, à ce que l’on a l’air de croire, l’argumentaire de M. Caron n’est pas sorti de son imagination bien bornée.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

L’air qu’a chanté M. Caron, est un refrain que l’on psalmodie dans beaucoup de banlieues, l’air que respire M. Caron empuantit l’atmosphère français depuis des années. Il est l’air de la calomnie antique à l’ère de la connerie médiatique.

Je ne ferai pas l’honneur à M. Caron de discuter avec lui de la question d’Orient pour laquelle il navigue sur Internet avec des idées simples. J’envisagerais donc son hypothèse absurde que les Israéliens tirent à vue sur des enfants par pur plaisir. Quand bien même ? Quel rapport avec les petits enfants massacrés dans une école française ? Quel rapport avec un jeune homme français dérouillé, brûlé avec des mégots avant que d’être poignardé ?

M. Caron n’est pas fou, il est un pur concentré de bêtise et de méchanceté que l’islamo-gauchisme fabrique impunément depuis 40 ans

M. Caron n’est pas fou, il ne descend pas d’une planète lointaine, il est un pur concentré de bêtise et de méchanceté que l’islamo-gauchisme fabrique impunément depuis 40 ans. Sans le savoir, du haut de sa bonne conscience bien cathodique de gauche, M. Caron a contribué à la justification de crimes racistes. Je n’ai pas entendu beaucoup de protestations du côté de ses amis aux idées généreuses. Imaginons à présent un prétendu intellectuel sortir une liste de crimes soi-disant perpétrés par des maghrébins au moment où serait évoquée la mémoire de Malik Oussekine. Je n’ose imaginer sa mise à mort civile: haché menu ? Coulé dans le béton ? Brûlé en place de grève ?

Encore une fois, M. Caron n’est pas le seul à véhiculer pareilles insanités. Quelques semaines après le massacre de Toulouse, un gentil rappeur me sortait les mêmes fadaises chez Thierry Ardisson.

Mais M. Caron émarge au budget de la nation, il travaille au service du public. Et il prêche en chaire chaque semaine. Je sais bien que Mme Catherine Barma, responsable de l’émission, a eu l’excellente idée de ne pas diffuser ses cochonneries. M. Sterling, patron d’une équipe de basket outre-Atlantique n’avait pas voulu rendre publics les propos écoeurants qu’il a proféré à l’encontre des Noirs. Cela n’a pas empêché la NBA de le radier à vie. Je n’en demande pas tant au CSA.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié avec l’aimable autorisation du Figaro.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

14
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz