Publié par Hervé Roubaix le 19 mai 2014

welcome-to-new-york-photo-5374b9c2bdcd7

Un homme demande à Depardieu, dans une scène post-coïtale d'orgie: "pourquoi vous baisez autant?" (Why do you do all this fucking?). DSK ou Depardieu - on ne sait plus tant l'acteur est superbe - répond, magistral: "quoi, vous préférez jouer au golf ?"

Welcome to New York, qui n'était pas officiellement présenté à Cannes, a inauguré un nouveau genre : le off Cannes qu'il ne faut surtout pas rater mais qu'il faut absolument détester.

C'était le film évènement. Le plus couru, qu'aucun journaliste n'a manqué. Projeté samedi 17 mai dans une petite salle, les 500 places ont été la denrée la plus rare que Cannes a connu ce jour là : tout le monde voulait son morceau du couple DSK Anne Sinclair, pour ensuite pouvoir cracher sur le film en évitant soigneusement le sujet.

Le sujet :

• Les accusations et les poursuites pénales contre DSK pour viol contre Nafissatou Diallo dans la suite du Sofitel ont été abandonnées parce que la femme de chambre est une grosse menteuse.

• Nafissatou Diallo a poursuivi DSK au civil, et un arrangement financier dont le montant n'a pas été publié mais que différentes sources estiment à 1.5 million de dollars a été trouvé.

• Bien que le délit pénal n'a pas été retenu, la carrière politique de DSK, en France, a été fauchée, et le chouchou de la gauche à la présidentielle a humilié cette dernière, révélant quelle sorte d'homme elle était prête à soutenir.

• Après le Sofitel, une série d'accusations salaces ont fait surface. D'abord la journaliste Tristane Banon qui a accusé DSK d'avoir tenté de la violer, la mère de Banon qui avoue avoir recommandé à sa fille, à l'époque, de ne pas déposer plainte, puis le scandale des orgies à l'hôtel Carlton de Lille.

• DSK est inculpé de "proxénétisme aggravé", et les magistrats ont renvoyé Dominique Strauss-Kahn devant le tribunal correctionnel ou il sera jugé courant 2014, notant que durant les parties fines organisées pour DSK «il n’était nullement question de libertinage, mais "d’abattage"»

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Et le film ?

En France, il a été décidé que le film serait rejeté à cause d'une tirade antisémite. On ne parle plus que de ça. C'est l'os sur lequel l'intelligentsia s'acharne pour discréditer l'œuvre dont la personnalité du caractère central renvoie à la deliquescence morale de ceux qui l'avaient choisi pour diriger la France.

Etrangement, pas un mot d'une scène antisémite sous la plume des sérieux critiques de cinéma américains invités à la projection, Scott Foundas de Variety et Jordan Mintzer du Hollywood Reporter, qu'il sera difficile -impossible en réalité - d'accuser d'indulgence, de tolérance à l'antisémitisme, de manque de professionnalisme, ni de connivence avec les milieux de la gauche politique française.

"Le "bad Lieutenant" de la France [DSK] reçoit la fessée qu'il mérite" 

Avec ce film, dit Mintzer, "le "bad Lieutenant" de la France [DSK] reçoit la fessée qu'il mérite avec le scandaleux, hilarant et par moment fastidieux compte rendu d'Abel Ferrara sur l'affaire DSK" tandis que Scott Foundas, dans Variety, relève que dans le film, “Ferrara fait certaines choses qui relèvent du style documentaire,” mais que “la chose la plus excitante du film est de voir Gérard Depardieu délivrer l'une de ses plus belles performances."

"Welcome to New York" réussit à établir la nature compulsive du caractère central, et son sens de l'impunité."

Scott Foundas : "Comme dans “Le loup de Wall Street" qu'il complémente à plus d'un titre (le film de Martin Scorsese avec Leonardo DiCaprio tourne autour de l'argent, du pouvoir, des femmes, du sexe et de la drogue), "Welcome to New York" réussit à établir la nature compulsive du caractère central, et son sens de l'impunité."

Scott Foundas : "dès les premiers instants du film, il est clair que Ferrara voit dans l'affaire DSK non pas tant un incident isolé, mais le maillon d'une longue chaîne de désintégration du capitalisme et de l'exploitation du tiers monde par l'Occident."

Milos Forman : "immense performance de Depardieu"

Sur l'affiche américaine du film, le célèbre metteur en scène Milos Forman est cité affirmant "immense performance de Depardieu" et "le meilleur film d'Abel."

Faits marquants autour du film :

• Vincent Maraval, coproducteur du film: "Je ne suis pas adepte de la théorie du complot. Mais là, les faits parlent pour moi et illustrent, à l'instar de ce que nous subissons depuis trois ans, les relations incestueuses qu'entretiennent dans ce pays les élites, les politiques, les médias" qui ajoute que les pressions ne viennent même pas de DSK ou d'Anne Sinclair, mais d'un petit milieu qui s'auto censure.

Maraval : "Je viens d'apprendre qu'UGC essaie d'empêcher la sortie du film sur ses écrans en Belgique en faisant pression sur ses exploitants. Deux partenaires médias importants nous demandent de retirer leur logo sur l'affiche. Ça me sidère."

Maraval : "Aucune chaîne de télé française n'a voulu nous financer, alors que nous avions deux immenses stars internationales. On a proposé le scénario à Canal+ et à Orange, qui ont eu des réactions positives avant de refuser."

Maraval : "Dan Franck [ami de l'ex-couple DSK-Sinclair], que j'ai croisé une fois dans ma vie, à qui on n'a jamais proposé d'intervenir sur le scénario en dépit de ce qui a été dit, m'a même menacé lors d'un dîner auquel assistaient une quinzaine de personnes. Je cite : "Sache une chose, Anne Sinclair dépensera toute sa fortune à détruire ta vie."

• Gérard Depardieu a accepté de n'être payé que 100 000 euros pour tourner le film.

• Isabelle Adjani a énormément fait pour la promotion du film : alors que le film était en pré-production, elle a renoncé à jouer dedans, critiquant son "intrusion destructive dans la vie privée de ces deux personnalités", DSK et Sinclair.

• Les avocats de Dominique Strauss Kahn ont indiqué qu'ils téléchargeront le film dès sa sortie, et qu'ils vont "le disséquer à la loupe, le code pénal dans une main, la loi de 1881 sur la liberté d'expression dans l'autre."

Dominique Strauss Kahn a lancé en mars une procédure en diffamation contre l'écrivain Régis Jauffret suite à la parution de son livre La Ballade de Rikers Island qui évoque le président d'une organisation internationale accusé de viol.

Plus récemment, DSK a lancé une action pénale contre le tenant de bordel belge Dodo la Saumure - un des co-accusés avec Strauss Kahn dans l'affaire de l'hôtel Carlton - qui a ouvert un nouveau bordel du nom de Dodo Sex Klub, dont je vous laisse assembler les initiales.

Mise à jour 19 mai à 10h30 : Dominique Strauss-Kahn va porter plainte pour diffamation à l'encontre du film d'Abel Ferrara, Welcome To New York, a annoncé son avocat, Me Jean Veil, lundi 19 mai sur Europe 1. L'ancien directeur du FMI serait "effrayé et écœuré" par ce film, "du fait des accusations de viol, des insinuations".

Un excellent booster de publicité.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

Sources :
variety.com
hollywoodreporter.com
thedailybeast.com
lejdd.fr
themalaymailonline.com
latimes.com

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

69
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz