Publié par Michel Garroté le 3 juin 2014

islam-France

Lesquels d’entre eux sont-ils des activistes islamistes ?

Michel Garroté, réd en chef –- Le procureur de la République de Paris, François Molins, l’a reconnu, en tout cas, sans l’ombre d’une hésitation : Medhi Nemmouche a été appréhendé « lors d’un contrôle douanier inopiné » (extraits adaptés ; lien en bas de page). En clair : ce n’est pas grâce à une information fournie par les services. Et pourtant quand, le 4 décembre 2012, Nemmouche sort de cinq années d’emprisonnement en France, il est clairement répertorié comme un islamiste qui s’est radicalisé en prison. Le procureur Molins a précisé : « On sait qu’il se radicalise durant son dernier séjour en prison ». Peut-être même avant 2009. Le 31 décembre 2012, quand il part en Syrie, via Bruxelles, Londres, Beyrouth et Istanbul, la police n’est informée que trop tard.

Il y reste sur place un peu plus d’un an. Et à son retour, la DGSE (Direction générale des services extérieurs), censée traquer nos djihadistes nationaux en Syrie, semble le rater. Ce sont les douanes allemandes qui le détectent en mars 2013, intriguées par les méandres de son itinéraire de retour, entre la Malaisie, Bankok et Istanbul. L’Allemagne signale ce passage à Paris, et là, officiellement, la DCRI, future DGSI, l’inscrit comme personne à surveiller. Un suspect qui fait donc l’objet d’une fiche dite « S ». Du mois de mars au 30 mai, jour de son arrestation fortuite, soit durant plus de deux mois donc, Nemmouche a totalement disparu des radars (fin des extraits adaptés ; lien en bas de page).

Presque au même moment que le terroriste musulman Nemmouche était arrêté à Marseille par des douaniers français, Europol publiait son rapport annuel sur le terrorisme en Europe (extraits adaptés ; liens en bas de page). En voici les principaux enseignements tirés du rapport annuel d’Europol : La France est au premier rang des pays exposés au risque terroriste en Europe. C’est le bilan que dresse l’agence Europol, dans son rapport annuel sur l’évolution du terrorisme, publié jeudi. On y apprend, notamment, qu’entre 2009 et 2013, le nombre d’arrestations d’activistes islamistes a doublé en Europe. Par ailleurs, c’est en France qu’a été recensé le plus grand nombre d’activistes islamistes.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2013, 216 terroristes islamistes présumés ont été arrêtés en Europe, dont 143 en France. Les deux tiers des suspects interpellés au niveau européen l’ont donc été dans notre pays. [Les musulmans vivant en France] semblent se radicaliser particulièrement rapidement. Entre 2012 et 2013, le nombre d’activistes islamistes présumés arrêtés a presque doublé, passant de 91 à 143.

Fin 2013, [les djihadistes] étaient entre 1.200 et 2.000 Européens, d’après Europol. Et ce chiffre augmente encore depuis le début de l’année. L’agence policière européenne estime donc que le retour de ces djihadistes dans l’Union constitue désormais une sérieuse préoccupation. Par ailleurs, le nombre de [musulmans venus de France] en Syrie a augmenté de 75% en quelques mois. » (fin des extraits adaptés ; liens en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention :

M. Garroté réd chef www.dreuz.info

Sources :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/01/01016-20140601ARTFIG00201-des-failles-dans-la-chaine-du-renseignement-francais.php

http://ripostelaique.com/europol-la-france-concentre-66-des-terroristes-musulmans-deurope.html

https://www.europol.europa.eu/content/returning-fighters-syrian-conflict-cause-concern-eu

https://www.europol.europa.eu/sites/default/files/publications/europol_tsat14_web.pdf

http://www.europe1.fr/France/C-est-en-France-qu-on-trouve-le-plus-d-activistes-islamistes-2137071/

 

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz