Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 14 juin 2014

Screen Shot 2014-06-14 at 18.23.24 PM

Le Pape a été poignardé dans le dos par des palestiniens, à l’occasion de la généreuse invitation à une prière inter-religieuse faite aux présidents israélien Shimon Peres et palestinien Abu Mazen (Mahmoud Abbas). 

A cette occasion, et alors que le texte des prières avait été publié en plusieurs langues sur le bulletin officiel de la presse vaticane, un appel au Jihad contre les chrétiens, qui n’était pas inclut dans les prières pour la paix, a été déclamé dans les jardins du Vatican par l’imam palestinien.

J’ai contacté l’historien politique et auteur Germano-égyptien Hamed Abdel-Samad qui a le premier entendu et signalé le verset récité.

Hamed Abdel-Samad, pouvez-vous m’expliquer ce que l’imam a dit dans sa prière lors de la rencontre au Vatican entre les présidents Peres et Abbas, et le pape ?

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Hamed Abdel-Samad
Hamed Abdel-Samad

Hamed Abdel-Samad : « l’imam priait Allah. A la fin de sa prière, il a dit : vous êtes notre supporter, aidez nous à obtenir la victoire sur la nation des incroyants. C’est la fin du verset de la Sura 2 (la vache) dans le coran ».

Où étiez-vous exactement à ce moment là ?

« Je regardais la cérémonie du Vatican à la télé allemande. Voici la vidéo. A la minute 50:47, l’imam chante pour la victoire contre les « incroyants » [en Allah] :

Est-ce que quelqu’un s’est plaint ou a fait mention de l’affront à part vous ?

« Je suis le premier qui s’est plaint. Radio Vatican, dans un premier temps, a nié ce que j’ai dit, mais plus tard, après que des experts ont confirmé ce qu’a dit l’imam, Radio Vatican a confirmé ce que l’imam a déclaré, mais a ajouté qu’il ne fallait pas exagérer le sens du verset du coran. »

L’incident tel que je le vois est intéressant à plus d’un titre.

Le Pape François avait invité les deux leaders politiques à une prière d’« invocation pour la paix », dans les jardins du Vatican, le 8 juin 2014, et l’imam palestinien a été d’une honnêteté irréprochable : déférent de la sainteté des lieux, il n’a pas senti le besoin de cacher que les Palestiniens ne veulent pas faire la paix avec les Juifs, et il l’a exprimé en ajoutant une prière qui n’avait pas été prévue dans le protocole car elle aurait été refusée.

Ainsi, en usant de ce stratagème habituel où les palestiniens disent vouloir la paix lorsqu’ils parlent anglais, et la guerre lorsqu’ils s’expriment en arabe, l’imam n’a pas produit le texte en anglais dont il savait qu’il serait refusé, et il a exprimé au monde qui parle arabe qu’il n’était pas question de paix avec Israël, mais de demander à Allah qu’il donne la victoire aux palestiniens.

Les arabes palestiniens ont profité de la tribune internationale que leur offrait le pape pour faire avancer la paix, et ils l’ont trompé, trahi, et lui ont planté, en arabe, un couteau dans le dos.

Oserai-je ajouter qu’il serait bien surprenant que les médias, habitués à maquiller en agneaux les terroristes arabes de Palestine, en parlent ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz