Publié par Hervé Roubaix le 26 juin 2014

7216664_f260

La Cour Suprême des Etats Unis vient d’envoyer Barack Obama dans les cordes, aujourd’hui 26 juin, en déclarant qu’il a abusivement profité des périodes où le Sénat était en congé pour nommer des personnes de son bord à des postes clefs du Conseil national du travail responsable des rapports avec les syndicats salariés.

Dans une décision unanime des juges – une première – la Cour Suprême a donné raison au Sénat contre Barack Obama, lequel, suivant une longue pratique, a profité des moments où le Sénat est en congé pour nommer des hommes à lui à des postes aux très fortes implications politiques.

Obama a avancé, pour sa défense, que le Sénat était en long congé lorsqu’il a nommé des dirigeants à la tête du Conseil national du travail en 2012, et que les brèves sessions où le Sénat s’est réuni tous les trois jours pendant cette période étaient une mascarade destinée à l’empêcher de remplir les postes vacants.

La justice a rejeté ses arguments, et a déclaré que le Sénat n’était pas formellement en congé lorsque Obama a profité des fenêtres de trois jours entre deux réunions.

Le juge Stephen Breyer a insisté sur le fait que selon la Constitution, un congé du Congrès doit durer au moins 10 jours pour être considéré comme une absence.

« Trois jours, c’est trop court pour parler de congé. Donc nous concluons que le président n’avait pas l’autorité pour nommer les personnes dont il est question ici, » a expliqué Breyer.

Le chef des Républicains au Sénat, Mitch McConnell, qui était parmi ceux qui critiquaient le président pour avoir pris des décisions unilatérales pour nommer des dirigeants du Conseil national du travail, a applaudit la décision de la haute Cour.

« Le président s’est emparé d’une manière qui ne s’est jamais vue, d’un pouvoir [qu’il n’a pas] pour placer des alliés politiques à des postes clefs d’une puissante agence fédérale, pendant que le Sénat se réunissait régulièrement, et sans même se préoccuper d’attendre ses conseils et son accord, » a déclaré McConnell dans un communiqué. « Une décision à l’unanimité de la Cour Suprême a rejeté cette prise de pouvoir éhontée. »

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

La goutte d’eau qui fit déborder le vase fut lorsque la majorité Démocrate du Sénat changea les règles afin de rendre très difficile, voire impossible, pour les Républicains, de bloquer les nominations du président.

Sans parler du fait que si, en novembre prochain, les Républicains emportent les élections comme cela semble se dessiner, cette nouvelle règle, qui concerne aussi l’appointements des juges et les directeurs des agences fédérales indépendantes, se retournera immédiatement comme un boomerang contre les Démocrates.

Les accointances fortement politisées concernées par les nominations irrégulières de Barack Obama sont :

• Juges Earl Warren et William Brennan,

• Deux directeurs du Conseil national du travail et un du bureau de protection financière des consommateurs, Richard Cordray.

• L’ex ambassadeur auprès des Nations unies John Bolton,

Par ailleurs, John Boehner, président du parti Républicain au Congrès a déclaré qu’il entend déposer plainte contre le président pour abus de son pouvoir exécutif qui court circuite le Congrès et fausse le processus démocratique.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

9
0
Merci de nous apporter votre commentairex