Publié par Jean-Patrick Grumberg le 2 juin 2014

base-de-donnc3a9es-du-djihadisme1

Mehdi Nemmouche, 29 ans, jihadiste arrêté vendredi par hasard à la gare St Charles à Marseille, transportait un sac qui contenait tout ce qu’il fallait pour se faire épingler : des armes, une kalashnikov du type qui a servi à tuer les quatre personnes, de nombreuses munitions, la casquette et les vêtements qui apparaissent sur les images des caméras de surveillance, une caméra Go Pro, une carte mémoire sur laquelle se trouve une vidéo où il revendique l’attaque « contre les juifs », et des coupures de presse de la tuerie du musée juif de Bruxelles le 24 mai dernier.

Et pour le cas où les policiers n’auraient pas fait le rapport, ou qu’un ministre affirme que cela n’a rien à voir avec l’islam, sa Kalashnikov était enveloppée dans un drapeau d’une organisation islamique affiliée à al Qaïda, a révélé le juge d’instruction belge Frederic Van Leeuw.

Ce matin, la France a arrêté dans la région parisienne et dans le sud de la France quatre musulmans impliqués dans un réseau de recrutement qui envoie des français apprendre à tuer et faire leurs premiers pas de jihadistes en Syrie.

On sait que Nemmouche est membre d’al Qaïda. Il a combattu en Syrie avec ISIS, l’état islamique d’Irak et du Levant, la branche la plus extrémiste et la plus vicieuse d’al Qaïda en Irak. Son commandant, Abu Bakr Al-Baghdadi, a fréquemment averti qu’il allait continuer le Jihad aux Etats Unis et en Europe. Si Nemmouche est coupable, c’est chose faite. (Est ce d’ailleurs vraiment la première fois que le cauchemar se réalise, un terroriste d’al Qaïda isolé, surmotivé, surentraîné, porteur d’un passeport européen, et préparé en Syrie pour semer la mort et la terreur à son retour en Europe, ou Merah était-il le premier ?)

On sait également que Nemmouche, qui a été arrêté vendredi lors d’une inspection de routine des douanes était à bord d’un bus qui venait de Bruxelles, alors qu’il habite à Roubaix, à moins de 100km de Bruxelles.

Question : pourquoi a-t-il passé 5 jours à Bruxelles alors que tout ce que compte la ville de lieux et d’islamistes étaient passés au peigne fin, et qu’il savait que chaque policier que compte Bruxelles le recherchait ?

Question : à quel endroit inconnu des milieux policiers a-t-il passé ces 5 jours ? Et s’est-il seulement planqué chez des musulmans ?

Question : pourquoi ne s’est-il pas débarrassé rapidement du sac contenant contenant les éléments qui l’accusent ? Pourquoi n’a-t-il pas détruit la carte mémoire où il avoue le crime, alors qu’il a fui pour ne pas se faire prendre ?

Question : pourquoi se rendre en France, son pays d’origine, où il sait que la police possède son signalement ?

Si Nemmouche est bien le tueur, ces questions sont difficiles à expliquer, même s’il serait imprudent d’exclure qu’il ait fait preuve d’une stupidité crasse.

D’un autre coté, lorsqu’il a quitté la Belgique, et a traversé la frontière belge vers la France, aucun policier n’a remarqué ni fouillé son sac, alors que les polices étaient supposément en état d’alerte totale et qu’une chasse à l’homme était en cours.

Nemmouche a un passé. C’est un délinquant. Il a fait de la prison. Il n’a jamais, dit-on, habité longtemps au même endroit. Avant son jihad en Syrie, on sait maintenant qu’il a voyagé en Turquie, au Liban, en Belgique et en Grande Bretagne, entre autres. De Marseille, il avait prévu de se rendre en Algérie.

Question : qui a payé ses nombreux voyages ? son armement ? Sa planque à Bruxelles pendant 5 jours (une planque, ça coûte infiniment plus cher que le train de vie d’une personne innocente) et son billet pour l’Algérie ?

Question : pourquoi, après avoir affirmé être le tueur dans une vidéo, rester silencieux lors de la garde à vue au lieu de revendiquer fièrement son jihad ?

Ses voyages constants laissent supposer qu’il a servi de porteur de valises pour des organisations terroristes islamiques, et qu’il était payé pour transporter des armes, des fonds, de la drogue, entre différentes cellules dormantes.

Selon certaines sources, il semble – mais ce n’est pas confirmé – qu’en Syrie son affectation était de faire passer des armes entre la Turquie et le Liban pour le compte des milices islamiques qui luttent contre le président Bashar al Assad.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Si tout ceci est exact, Mehdi Nemmouche a peut être servi d’appât, et il ne serait pas le tueur, mais un complice qui a emporté les armes et les preuves pour permettre au vrai coupable de s’échapper, et les a transportées, au lieu de les faire disparaître, afin que, s’il était attrapé, les recherches se tournent vers lui, et écartent les recherches des autres membres d’al Qaïda.

Si c’était bien son rôle, il n’est pas difficile d’imaginer que si al Qaïda sait facilement convaincre un jihadiste de devenir un bombe humaine, il lui est encore plus facile de lui faire accepter de laisser son ADN sur les vêtements et les armes, et d’assumer le rôle de coupable pour la cause d’Allah…

Nemmouche n’est peut être qu’un leurre, et le vrai coupable est peut-être déjà loin, mais les services de renseignement sont convaincus d’avoir attrapé un gros poisson qui va les conduire jusqu’au réseau qui l’a financé.

« De par son comportement en détention, pas une seule seconde j’aurais pu croire qu’il était l’auteur de cette fusillade » a déclaré un surveillant de la prison de Toulon qui l’a côtoyé.

Mais il s’agit d’al Qaïda. Il est peu probable, sauf coup de chance à ne pas écarter, que si Nemmouche n’est pas le tueur, la police belge et française retrouvent le coupable, qui doit être déjà loin. Je n’en dirais pas autant des services de renseignement israéliens, qui ont eu à déplorer la mort d’un couple d’Israéliens, et qui mettent le temps qu’il faut, quelques décennies quelques fois, pour arriver à leurs fins.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous