Publié par Gaia - Dreuz le 20 juin 2014

Les industriels de la charcuterie ont connu la « pire crise de leur histoire » en 2013, avec suppressions d’emplois et baisse de la production.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Tous les chiffres sont dans le rouge : production en repli de 1,4%, 1.100 emplois supprimés, des investissements en chute libre (-40%) par rapport aux dernières années et des exportations en baisse de 5%.
Les industriels de la charcuterie ont connu en 2013 une année noire, s’est alarmée mardi 17 juin leur fédération (Fict).

Seule la consommation reste quasi-stable (-0,4%). Les ventes aux particuliers augmentent même de 1,2%, mais la consommation hors-domicile chute de 4,7%. « Nous connaissons vraiment un coup de frein, c’est la pire crise de notre histoire », a commenté auprès de l’AFP Robert Volut, président de la Fict, à l’occasion du bilan annuel du secteur.

La charcuterie bannie de la restauration collective pour des motifs religieux

« Le bannissement de la charcuterie en restauration collective pour des raisons confessionnelles ces trois/quatre dernières années pèse et on n’arrive pas à redresser la barre », commente Robert Volut. L’année en cours ne s’annonce pas meilleure, prévient-il, surtout si la guerre des prix dans la grande distribution continue ainsi.

Le décompte est simple, illustre Robert Volut: depuis 10 ans, les prix de la viande de porc ont augmenté de 28%, ceux des produits transformés vendus à la grande distribution de 7% et le prix de vente aux consommateurs par la grande distribution de 14%.

Dans ce contexte, les entreprises qui s’en sortent le mieux sont celles qui ont des marques fortes, et celles qui produisent pour les marques des distributeurs (MDD) souffrent énormément, selon lui.

Relever le défi de l’implantation sur le marché chinois

« En 2014, ça ira mieux si on arrive à avoir de meilleures relations avec la grande distribution et si on réussit à avancer sur le marché chinois qui s’est ouvert en mars à la charcuterie française », ajoute-t-il.

La semaine dernière, les industries agroalimentaire (Ania), les agriculteurs (FNSEA) et les coopératives agricoles (Coop de France) avaient poussé un énième cri d’alerte et décidé de saisir le Premier ministre Manuel Valls sur le sujet.

Cette guerre « poursuivie, entretenue et amplifiée par les enseignes de la grande distribution » pourrait coûter « 15.000 à 20.000 emplois », avaient-ils prévenu.

http://www.rtl.fr/actu/economie/la-charcuterie-francaise-plongee-dans-la-crise-7772692454

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

4
0
Merci de nous apporter votre commentairex