Publié par Michel Garroté le 30 juin 2014

Militia fighters in Aleppo Syria

Michel Garroté, réd en chef –- Des combattants de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL ; ISIS en anglais), qui contrôlent de larges portions des territoires irakiens et syriens, ont annoncé la création d’un califat islamique. Ils ont appelé tous les mouvements sunnites à leur prêter allégeance. C’est leur coup de pub du jour.

Dans Foreign Policy, Michael Weiss a récemment écrit : « Iran has long played a double game in Mesopotamia and the Levant, both enabling Sunni extremists to infiltrate countries such as Iraq, Syria, and Lebanon and then swooping in as the only safeguard heralded against the very forces they helped unleash » (lien vers source en bas de page).

En résumé, Michael Weiss estime que l’Iran a longtemps joué un double jeu en Mésopotamie et au Levant, permettant aux extrémistes sunnites d’infiltrer des pays comme l’Irak, la Syrie et le Liban, pour ensuite se profiler comme la seule sauvegarde contre les forces qu’il a d’abord lui-même aidés. En clair, Michael Weiss pense que l’Iran joue entre autre un double jeu avec l’EIIL (ISIS). Mais il ne pense pas que l’EIIL (ISIS) soit à la solde exclusive de l’Iran ou que l’Iran contrôle exclusivement l’EIIL (ISIS). Son analyse semble à la fois pertinente, subtile et nuancée.

De son côté, sur Slate.fr, la journaliste persanophone Bahar Makooi écrit (lien vers source en bas de page) : « Depuis son accès au pouvoir, le Premier ministre Nouri al-Maliki a commis beaucoup d’erreurs. Il s’est enfoncé dans une politique sectaire contre les sunnites, les excluant des postes à haute responsabilité dans l’armée. La répression de certaines rébellions par des bombardements et l’envoi de milices chiites extrémistes ultraviolentes ont conduit, sans surprise, d’anciens militaires du parti Baas de Saddam Hussein à se rallier à l’EIIL (ISIS). Certaines populations sunnites préfèrent aujourd’hui la protection des djihadistes à celle, défaillante, de leur propre Etat ».

Bahar Makooi ajoute : « En tant que République islamique et chiite, l’Iran se positionne évidemment en protecteur des chiites. Des lieux saints fondamentaux du chiisme se situent sur le sol irakien et sont directement visés par les djihadistes. Des centaines de milliers d’Iraniens s’y rendent chaque année en pèlerinage. Notamment Kerbala où se trouve le mausolée de l’imam Hussein, petit-fils de prophète Mahomet qui y a perdu la vie dans des combats contre les sunnites en 680. La nation iranienne fera tout pour défendre les lieux saints, a prévenu le président iranien Hassan Rohani mi-juin. De la même manière, Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah au Liban, a déclaré que les mausolées chiites d’Irak revêtaient une telle importance aux yeux du Hezbollah qu’ils étaient prêts pour les défendre à se sacrifier cinq fois plus qu’en Syrie ».

Reproduction autorisée avec mention :

M. Garroté réd chef www.dreuz.info

Sources :

http://www.foreignpolicy.com/articles/2014/06/23/iran_is_funding_isis_syria_iraq_proxy_war?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=trust-iran-only-as-far-as-you-can-throw-it

http://www.slate.fr/story/89199/chiites-sunnites-eiil-iran-irak-syrie


Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

1
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz