Publié par Michel Garroté le 14 juillet 2014

bombe-sale-1

Michel Garroté, réd en chef –- Que va faire l’Etat Islamique (EIIL, Califat islamique) du matériel radioactif qu’il a récemment volé ? C’est la question que l’on se pose après avoir appris que les jihadistes de l’EIIL ont investi le site d’Al Muthanna qui a servi sous Saddam Hussein à fabriquer des ADM. Les autorités irakiennes ne savent pas ce que les jihadistes ont fait avec le matériel provenant de l’ancien programme d’armement nucléaire, chimique et bactériologique stocké à Al Muthanna. Le gouvernement irakien a annoncé qu’il n’est plus en mesure de poursuivre le programme de destruction de ces ADM tant qu’ils n’aura pas repris le contrôle d’Al Muthanna. L’EIIL s’est en outre emparé de matériel nucléaire stocké à Mossoul.

Les autorités irakiennes pensent que ce matériel, notamment 40 kg d’uranium, peut servir à la fabrication d’armes de destruction massive. Et même si ce matériel ne pouvait pas être utilisé pour fabriquer une bombe nucléaire, il pourrait servir à la fabrication d’une bombe « radiologique », dite bombe sale (durty bomb), facile à mettre au point dans la mesure où il suffit de faire exploser un mélange radioactif pour contaminer un secteur déterminé. Pour mémoire, à Goiania, au Brésil, en 1987, 20 grammes seulement de césium trouvés dans un appareil de radiologie volé avaient suffi pour contaminer 112’000 personnes en l’espace de quelques heures. En 2002, à Chicago, Abdullah al-Mujahir fut arrêté alors qu’il comptait faire exploser une bombe radiologique pour le compte d’al-Qaïda.

Irak-éclatement-2

Autre problème, l’éventuel éclatement de l’Irak. Les ministres kurdes du gouvernement central irakien ont réagi aux déclarations du premier ministre chiite Nouri al-Maliki — qui a accusé la région autonome du Kurdistan d’être le quartier général des insurgés —   en l’accusant d’attiser les tensions interconfessionnelles et les Kurdes ont annoncé leur décision de suspendre leur participation au gouvernement de Bagdad, ce qui met en difficulté la formation d’un parlement d’unité nationale face à l’offensive de l’EIIL. Les autorités de la région autonome du Kurdistan ont qualifié Nouri al-Maliki d’hystérique et ils ont demandé son départ.

Les forces de sécurité kurdes, les Peshmergas, ont profité du recul des forces militaires irakiennes pour s’emparer de territoires et de champs pétrolifères que se disputent Bagdad et la région autonome du Kurdistan. Cette dernière annonce qu’elle ne rendra jamais ces champs pétrolifères, dont les revenus lui permettront d’assurer l’indépendance du Kurdistan pour laquelle un référendum est annoncé. Le gouvernement central irakien devra ainsi faire face à deux fronts simultanés, l’EIIL et les Kurdes, s’il ne règle pas très rapidement les dissensions internes qui peuvent aboutir à l’éclatement de l’Irak.

L’éclatement de l’Irak n’est pas forcément une mauvaise chose. Car la plupart des pays musulmans de la région ont des frontières qui ne reflètent pas les particularités ethniques et confessionnelles. En revanche, une ou plusieurs bombes« radiologiques », dites bombes sales (durty bombs) aux mains de l’EIIL, voilà qui devrait inquiéter nos dirigeants et nos journalistes, beaucoup trop occupés à faire, toute les dix minutes, le décompte des victimes dans la bande de Gaza, au lieu de se concentrer sur la situation en Irak, en Iran, en Syrie, en Ukraine, au Soudan et ailleurs.

Irak-éclatement-1

Reproduction autorisée avec mention :

M. Garroté réd chef www.dreuz.info

michel.garrote@romandie.com

Sources :

http://www.opex360.com/2014/07/10/les-jihadistes-de-letat-islamique-ont-mis-la-main-sur-du-materiel-nucleaire-en-irak/

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/07/11/irak-les-kurdes-suspendent-leur-participation-au-gouvernement_4455686_3218.html#xtor=RSS-3208

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz