Publié par Michel Garroté le 29 juillet 2014

Zizanie

Michel Garroté, réd en chef –- La France est prête à accorder l’asile aux chrétiens d’Orient, dont la situation est dramatique en Irak et en Syrie, déclaraient hier lundi les ministères français des Affaires étrangères et de l’Intérieur. « Nous sommes prêts, s’ils le souhaitent, à en favoriser l’accueil sur notre sol au titre de l’asile », ont déclaré Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve.

« L’ultimatum lancé contre ces communautés à Mossoul par l’EIIL est le dernier exemple tragique de la terrible menace que font peser les groupes djihadistes en Irak, mais aussi en Syrie et ailleurs, contre ces populations historiquement partie intégrante de cette région », ont-ils ajouté dans un texte commun.

La communauté chrétienne de Mossoul a fui vers le Kurdistan irakien après un ultimatum des djihadistes de l’EIIL lui ordonnant de se convertir à l’islam ou de payer l’impôt des non-musulmans, mettant fin à deux millénaires de présence chrétienne dans la deuxième ville d’Irak.

Le cardinal Philippe Barbarin, lui, a estimé, avec une extraordinaire naïveté, qu’il fallait encourager les chrétiens d’Irak à rester dans ce pays. Interrogé sur la proposition faite par le gouvernement français de favoriser l’asile des chrétiens d’Irak, le cardinal Barbarin a déclaré : « C’est à la fois quelque chose de bon de la part de la France, de généreux, et de difficile parce qu’on va aggraver l’exode et on va aggraver la situation. Il vaut mieux partir que de se faire tuer évidemment, mais le but n’est pas que tout le monde parte, c’est qu’on arrive à rester et à continuer à vivre ensemble ».

Le vice-président du Front National, Louis Aliot est carrément opposé à l’accueil en France de chrétiens d’Irak : « Si on commence à accueillir toute la misère du monde, ça va faire du monde qui doit venir chez nous, car il y a beaucoup de misère dans le monde ». Il a néanmoins affirmé être « très contrarié, très inquiet, très en colère, contre la persécution des chrétiens d’Orient ».

Pour une fois que la gauche française veut accueillir, non pas des musulmans, mais des chrétiens menacés d’extermination, ce sont l’épiscopat français et le Front national qui s’y opposent. Le premier au nom du « vivre ensemble » (vivre ensemble avec l’EIIL…) et le second car « ça va faire du monde qui doit venir chez nous ».

Il est vrai que la France, je ne plaisante pas, est un pays crypto-musulman et que par conséquent les chrétiens d’Irak y seraient molestés par les islamistes hexagonaux, comme c’est déjà le cas pour les chrétiens coptes égyptiens ayant cru avoir trouvé refuge et paix au pays des droits de l’homme.

Reproduction autorisée avec mention :

© M. Garroté réd chef www.dreuz.info

michel.garrote@romandie.com

  

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz